jeudi 11 avril 2024

Philip Schofield), Tim Causer, Chris Riley (dir.) : The Correspondence of Jeremy Bentham, Volume 13, July 1828 to June 1832

 UCL Press - Avril 2024


The Correspondence of Jeremy Bentham, Volume 13 contains authoritative and fully annotated texts of all known and publishable letters sent both to and from Bentham between 1 July 1828 and his death on 6 June 1832. In addition to 474 letters, the volume contains three memorandums concerning Bentham’s health shortly before this death, his Last Will and Testament, and extracts from both the Autobiography and the manuscript diaries of Bentham’s nephew George. Of the letters that have already been published, most are drawn from the edition of The Works of Jeremy Bentham, prepared under the superintendence of Bentham’s literary executor John Bowring. A small number of letters have been reproduced from newspapers and periodicals.

This volume publishes for the first time all the extant correspondence between Bentham and Daniel O’Connell, the Irish Liberator. Other new acquaintances included Charles Sinclair Cullen, barrister and law reformer, and John Tyrrell, the Real Property Commissioner. Throughout the period, Bentham maintained regular contact with old friends and connections, but he also entered into sporadic correspondence with such leading figures in government as the Duke of Wellington, Robert Peel and Henry Brougham. Further afield, Bentham corresponded, amongst others, with the Marquis de La Fayette in France, Edward Livingston in the United States of America and José Del Valle in Guatemala.

acheter ce livre


Bruno Deschênes : Une phénoménologie de l’écoute

 L'Harmattan - Avril 2024


La vision est l’archétype emblématique de la phénoménologie et de la philosophie. L’écoute, quant à elle, est usuellement considérée comme n’ayant qu’un rôle subsidiaire. Selon Bruno Deschênes, la vision et l’écoute sont subordonnées l’une à l’autre par un substrat ontologiquement vital à la perception humaine : l’espace. Si la vision engendre une distance entre soi et ce qui est perçu dans notre monde, l’écoute est, au contraire, relationnelle, énactive, conjointe.
En tant que modalité intentionnelle de notre présence au monde, elle n’est jamais que pour soi. Elle nous engage activement dans notre rapport au monde et à autrui, soit un monde vu, écouté et vécu en commun. Selon cet auteur, le point de départ de tout dialogue est l’écoute, et non la parole ; nous parlons afin d’être écoutés. Nous écoutons, nous nous écoutons, autant que nous sommes écoutés.

Bruno Deschênes est chercheur, compositeur et musicien, interprète du shakuhachi japonais. Ses deux principaux champs de recherche sont l’écoute (Une philosophie de l’écoute musicale, L’Harmattan, 2020 ; L’écoute de la musique à l’esprit. Conformité, historicité et socialité, L’Harmattan, 2022) et ce qu’il qualifie de « transmusicalité », soit la situation de musiciens qui optent pour la musique d’une culture autre ( Transmusicality, Mastering a Music from Another Culture, Zagreb, Croatian Musicological Society, 2022).

acheter ce livre

Thierry Delcourt : La capacité créative. Du soin psychique à l'existence

 Erès - Avril 2024


Comment restaurer la capacité créative d’un être en errance et en souffrance ? Savoir ce que l’on fait, pourquoi on le fait et si cela produit un soin efficace, pouvoir en transmettre le processus et le dispositif aux soignants guide la pratique de l’auteur. Créer peut aider à endiguer le mal-être, à en permettre une expression viable, libératrice, sans qu’il soit question d’être artiste. Le défi d’un traitement psychique créatif qui incite le patient à se soigner lui-même oblige le soignant à mettre au travail ses acquis sans pour autant lâcher ses références de la psychopathologie et du soin neuropsychique. A partir de son expérience clinique dont il livre de nombreuses illustrations, l’auteur explore les divers champs où les enjeux de cette créativité sont opérants, et pourquoi, comment, à quelles conditions.

Pédopsychiatre, psychanalyste, à Reims, Thierry Delcourt, partage son temps de travail entre sa pratique clinique et une recherche dans les domaines de la psychopathologie et du processus créatif dans la construction psychique.

acheter ce livre


Barbara Carnevali, Emiliano Cavaliere, Katie Ebner-Landy (dir.) : En deçà du bien et du mal. Morales de la littérature, de la Renaissance à l'âge contemporain

 Hermann - Avril 2024


En 2007, Pierre Jourde pouvait écrire sans crainte d’être démenti qu’« en ce qui concerne la littérature contemporaine, parler de bien et de mal paraît tout à fait obsolète ». Ce genre de position n’est plus aisément défendable aujourd’hui : elle se doit d’être justifiée et expliquée, sous peine de se voir reprocher une attitude intellectuelle nostalgique et passéiste, voire d’être à son tour classée comme arrière-garde culturelle ou comme anachronisme, face à un horizon de réception ainsi qu’à des paradigmes critiques radicalement bouleversés. Au moment où le champ de la théorie littéraire connaît un tournant éthique encore impensable il y a quelques années, ce livre saisit l’occasion d’examiner les nombreux liens entre la littérature et la morale.

Les essais de ce volume se déploient de manière chronologique, du début de l’époque moderne à la période contemporaine, examinant chacun une intersection particulière de la littérature et de la morale : leur ambition est de repérer et de problématiser les logiques des rapports qui caractérisent esthétique et éthique.

Barbara Carnevali est directrice d’étude en philosophie à l’École des hautes études en sciences sociales de Paris.
Emiliano Cavaliere est doctorant à l’EHESS (CRAL). Il travaille sur l’ironie stendhalienne et sur ses implications éthiques.
Katie Ebner-Landy est Junior Fellow à la Harvard Society of Fellows. Ses recherches portent sur l'histoire des idées.

acheter ce livre


Le Carnet PSY 2024/3 (N° 268) : La présence

 La Carnet psy - Avril 2024


Page 4 : Kevin Hiridjee - La perte de la présence | Page 5 à 8 : David Muhlmann et Kevin Hiridjee - « Le capitalisme s’est étendu par expansion mentale » | Page 10 à 11 : Benjamin Lévy - La Maladie du faux soi. | Page 11 à 12 : Jean-Marc Orjubin - L’Enveloppe psychique | Page 13 à 14 : Francine Caraman - Le Psychanalyste amoureux | Page 14 à 15 : Chantal Harb - Familles et transmission à l’épreuve de la migration | Page 16 : Geneviève Delaisi de Parseval - Quarante Voleurs en carence affective | Page 17 : Pierre Delion - La Pédopsychiatrie aujourd’hui | Page 18 à 22 : Denys Ribas - La créativité pour Donald Wood Winnicott | Page 23 à 25 : Damien André et Adrien Blanc - Jouer sur un champ de mines | Page 26 à 28 : Anthony Brault, Clara Duchet et Vincent Estellon - Présentation | Page 29 à 31 : Vincent Estellon - Cliniques de l’entour atmosphérique d’une rencontre | Page 32 à 34 : Julia Kristeva - La psychanalyse est un combat pour la vie | Page 35 à 37 : Vanessa de Matteis - Le rythme des corps en présence | Page 38 à 40 : Emanuele Ferrigno - L’hallucination : symptôme d’une « crise de la présence » | Page 41 à 43 : Lionel Raufast - Aux chairs que brûle la violence : pensée scénique et présence en psychoboxe | Page 44 à 47 : Laurent Tigrane Tovmassian - La tendresse, essence d’une présence transformatrice de la détresse | Page 48 à 50 : Actualité des évènements.

acheter ce livre


Philippe Chevallier : Michel Foucault et le christianisme (Nouvelle édition revue et augmentée)

 ENS Lyon - Avril 2024


Des rites antiques à la confession moderne, le christianisme fut pour Foucault une interrogation constante, aiguillée par notre actualité : quel destin cette religion a-t-elle eu dans nos vies, dans la manière de nous conduire, de connaître notre désir, de chercher notre salut ? Ce livre propose la première synthèse de l'ensemble des lectures chrétiennes de Foucault, d’Histoire de la folie au grand livre posthume Les aveux de la chair, enrichie par la consultation de ses archives. Écartant les conclusions hâtives, ce parcours épouse la logique d’un travail que Foucault voulut autant historique que philosophique : une certaine manière de lire les textes anciens et d’inciser notre passé. Loin des lieux communs d’un christianisme ascétique et intransigeant, Foucault définit l’originalité chrétienne comme la reconnaissance d’un rapport précaire à la vérité.

Initialement publié en 2011, cet ouvrage pionnier bénéficie d’une mise à jour intégrale, qui tient compte des découvertes les plus récentes que permet l’archive.

acheter ce livre

mercredi 10 avril 2024

Houria Abdelouahed, Jean-François Chiantaretto, Jean-Michel Hirt (dir.) : L’ Écriture du malaise

 Ithaque - Novembre 2023


Comment de nos jours rester freudiens dans notre réflexion sur les maux de la civilisation ? Seule aujourd'hui une écriture reliée à celle de Freud – mais sous quelle forme ? – nous permettrait-elle de questionner le système de pensées, étayé sur le langage de l’histoire, qui conditionne notre penser ? Et d'interroger dans le même mouvement ce qui dans l'état actuel de la culture, et donc de la psychanalyse, nous empêche de penser ? Mais alors qu’en est-il lorsque l’écriture prend le malaise pour motif ? Comment le malaise dans la culture est-il articulé au malaise dans la cure ? Et en quoi cela viendrait-il spécifier l’écriture de l’analyste, par rapport à celle de l’écrivain ? Des psychanalystes seront ainsi conviés à partager les questions de l’écriture quand celles-ci sont envisagées sous l'angle du travail de culture – comme possible transformation de la destructivité et de l’auto-destructivité – et de ses empêchements. Différentes figures du malaise contemporain seront ainsi abordées, notamment : dans l’identité (du sexe au genre), dans l’emprise du virtuel sur l’intime, la parole et les liens, dans la formation psychanalytique, dans le transfert et son écriture… 

Contributions de Houria Abdelouahed, Janine Altounian, Gilles Bibeau, Jean-François Chiantaretto, Ellen Corin, Brigitte Dollé-Monglond, Nicolas Evzonas, Janine Filloux, Dominique Geay, Catherine Herbert, Jean-Michel Hirt, Pierrette Laurent, Monique Lauret, Ghyslain Lévy, Catherine Matha, Martine Mikolajczyk, Adam Prigent, Sylvie Sesé-Léger, Jean-François Solal, Ana de Staal, Olivia Todisco.

acheter ce livre


Marcello Vitali-Rosati : Éloge du bug. Être libre à l'époque du numérique

 La Découverte - Mai 2024


" Ça marche, c'est tout ", nous dit la publicité pour un smartphone. C'est simple, c'est intuitif. Il n'y a pas à se poser de questions. Le passage au numérique tel que nous le vivons aujourd'hui correspond largement à une délégation généralisée des choix politiques, éthiques, culturels et sociaux à des opérateurs privés qui ont su rapidement proposer des " solutions fonctionnelles " pour à peu près tout.
Dans cet essai provocateur, le philosophe Marcello Vitali-Rosati prend le contre-pied de cet " impératif fonctionnel " au coeur de la vision du monde dans laquelle les GAFAM nous enferment.
Il propose au contraire de réfléchir à partir de ce qui heurte le flux bien huilé des rhétoriques de l'immatérialité, de la simplicité, de l'intuitivité et du bon fonctionnement : le bug. En anglais, ce mot signifie " insecte ", mais aussi " spectre ". En court-circuitant la machine qu'il habite et qu'il hante, le bug nous pousse à ouvrir la boîte noire.
C'est aussi ce à quoi ce livre nous invite. Au lieu de nous laisser séduire par un discours qui, nous promettant de nous délivrer de toutes les tâches matérielles, finit par nous asservir à une poignée de plateformes, nous pouvons cultiver une connaissance critique des technologies à même de nous libérer de cette emprise.

Marcello Vitali-Rosati est philosophe et spécialiste des questions relatives aux technologies numériques. À partir de l'étude et de la pratique du code, il analyse la manière dont les algorithmes, les formats, les logiciels et les plateformes redéfinissent les notions d'humain, d'identité, de connaissance ou de littérature. Contributeur actif à la théorie de l'éditorialisation, il travaille à la conception de nouvelles formes de production et de diffusion du savoir. Il est professeur à l'Université de Montréal et titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur les écritures numériques.

acheter ce livre




Jelena Jovivic : Sensibilités nostalgiques Perceptions affectives de l'espace et du temps au XIXe siècle

 Droz - Avril 2024


La culture du sensible et la politique des sentiments bénéficient aujourd’hui d’un intérêt marqué : les Sensibilités nostalgiques s’insèrent dans ce champ de recherche. L’ouvrage examine quelques étapes de l’évolution du concept de nostalgie dans la France du XIXe siècle, depuis la symptomatologie pittoresque qu’envisageait la médecine de l’époque, jusqu’à l’acceptation sociale d’un certain nombre de ces sensibilités. Recourant à une analyse discursive de plusieurs sites emblématiques du XIXe siècle, privés et publics (cartes géographiques, lettres d’exil, souvenirs d’enfance, photographies), Jelena Jovicic propose une synthèse des savoirs relatifs à la nostalgie (scientifiques, littéraires, philosophiques, technologiques) et invite à une réflexion d’ordre plus général sur l’historicité et la contingence des inclinations affectives dont le statut axiologique varie selon les époques.

acheter ce livre


Léa Bismuth : L'art de passer à l'acte

 PUF - Avril 2024


Passer à l'acte. Arrêter d'attendre. Se lancer sans filet. Dans la psychanalyse, la criminologie ou le langage courant, le passage à l'acte désigne toujours une sorte de saut dans le vide, un acte qui serait impulsif autant qu'irrationnel. Et si c'était le contraire ? Et s'il y avait dans le passage à l'acte quelque chose comme un véritable élan de pensée et de création, de réflexion et d'invention ? Et si le passage à l'acte était avant tout une manière d'accorder une puissance propre à l'étincelle de l'instant ou à l'intensité de l'appel d'air ? Dans cet essai élégant et sensible où se croisent des philosophes braqueurs de banque et des meurtrières au geste inexplicable, les oeuvres de Marguerite Duras, Chantal Akerman, Pierre Michon ou Francis Ponge et les idées de Michel Foucault, Jacques Lacan ou Gilles Deleuze, Léa Bismuth propose une réflexion inédite sur le rôle que jouent les crises, les bifurcations brusques, les explosions qu'il est devenu impossible de contenir dans des existences que nous croyons maîtriser. Et si l'art de passer à l'acte était avant tout l'art des commencements aventureux ? Et si l'art de passer à l'acte était l'art de vivre la vie elle-même ?

Léa Bismuth est docteure en théorie de l'art de l'EHESS, critique d'art et commissaire d'exposition. Elle enseigne l'art contemporain et l'esthétique à l'université d'Amiens.

acheter ce livre


Antoine Grandjean (dir.) : Kant (in)actuel

 PUF - Avril 2024


Trois cents ans après sa naissance, Kant reste l'un des rares philosophes auxquels toute pensée au présent doit, à un moment ou un autre, se confronter. Il y a du Kant, approprié ou récusé, dans les problèmes, thèses et débats d'aujourd'hui. L'actualité de Kant ne signifie toutefois pas la permanence de la pertinence de ses analyses. Elle désigne le fait qu'il se trouve engagé dans et par les questionnements présents. L'actualité de Kant est celle d'un Kant depuis aujourd'hui, celle d'un Kant contemporain. Et Kant est tout aussi contemporain dans son inactualité : c'est dans son écart à notre présent qu'il peut servir à le manifester, comme il peut inquiéter ses évidences et peut-être l'ouvrir à son avenir. Cet ouvrage rassemble huit contributions consacrées à cette (in)actualité de Kant. Elles envisagent les positions kantiennes qui permettent d'éclairer certains débats contemporains, qui eux-mêmes nourrissent des lectures renouvelées de Kant. Elles s'intéressent par ailleurs à la manière dont le rapport contemporain à Kant peut prendre la forme d'un retour, qu'il s'agisse d'un retour de Kant, d'un retour à Kant, d'un retour critique sur Kant, voire d'un recours à lui.

Directeur d'ouvrage et contributeur : Antoine Grandjean, spécialiste de philosophie allemande, est professeur de philosophie à l'université de Lille. Autres contributeurs : Catherine Malabou, Michael Foessel, Béatrice Longuenesse, Raphaël Ehrsam, Inga Römer, Jean-François Kervégan, Michèle Cohen-Halimi

acheter ce livre


Guilain Chaussard : La Vierge et l'archange. La métaphysique de Terrence Malick

Presses Sorbonne Nouvelle - Avril 2024


Consacré à l’œuvre de Terrence Malick, cet ouvrage en explore les implications métaphysiques, jugées essentielles, à travers trois films éloignés dans le temps mais qui forment ensemble une trilogie : La Ligne rouge, The Tree of Life et Voyage of Time. Fondé avant tout sur une approche esthétique, le livre montre comment le sens de l’œuvre et les références qu’elle mobilise sont toujours travaillés par le cinéaste en des termes proprement cinématographiques qui requièrent, pour être véritablement mis au jour, une analyse attentive à l’image et à ses tensions avec les éléments sonores. On y rattache les films de Malick, lorsque cela permet de les éclairer, à une pluralité de sources (philosophiques, théologiques, littéraires, picturales, musicales ou encore filmiques) qui puisent pour l’essentiel dans la tradition platonico-chrétienne et le romantisme, ainsi que dans la philosophie et la théosophie d’Orient. Les développements et les analyses qu’il comporte, bien que mobilisant parfois des notions complexes, ne sont jamais opaques et restent toujours en prise avec la matière esthétique des films analysés. L’ouvrage a ainsi pour vocation première de rendre plus accessible cette œuvre originale mais largement incomprise à son public.

Table des matières

Premier chapitre : La ligne rouge : les rouages de la lutte et de l'amour

Introduction

La dualité de la nature

La vision fraternelle

Le "rocher" du monde, entre enfer et cieux

Le calme et l'immortalité

Les formes de la Nature

La question sans réponse

Les interventions de la lumière

La mort comme gloire

Deuxième chapitre : The Tree of Life : le règne de la grâce

Introduction

La porte mystique

Les fondements d'ascèse

Origine et récit de la lumière

L'Arbre cosmique

Le guide de l'âme

La rive de l'éternité

Troisième chapitre : Voyage of Time : de la feuille à l'arbre

Introduction

Déréliction et réponse de la lumière

Sonorités, couleurs et formes de la Providence

La phase expansive : émerveillement

La rétractation : abattement

L'enfant de la Providence

La fin du voyage : retour à la source.


acheter ce livre

mardi 9 avril 2024

Guglielmo Ferrero : Pouvoir. Les génies invisibles de la cité

 Les Belles Lettres - Mai 2024


Qu’est-ce que le pouvoir ? Quels principes le fondent, l’organisent et le perpétuent ? Pourquoi les sociétés, en dépit des mouvements qui périodiquement les secouent – révoltes, révolutions –, retrouvent-elles toujours ordre et harmonie ? Quels liens mystérieux tiennent soudés les groupes humains ?

Avec Pouvoir. Les Génies invisibles de la Cité, Guglielmo Ferrero a donné au xxe siècle son classique de la philosophie politique.

Guglielmo Ferrero est né en 1871 en Italie et mort en 1942 en Suisse où il était en exil depuis 1929. Après la publication de sa synthèse sur la Rome antique (Grandeur et décadence de Rome, 6 volumes, 1902), il est appelé dans le monde entier pour donner des conférences qui le mènent jusqu’aux États-Unis à l’invitation du Président Théodore Roosevelt. Historien de la Rome antique, il l’est aussi de la Révolution française sur laquelle il écrit notamment Bonaparte en Italie (1796-1797) et Reconstruction : Talleyrand au Congrès de Vienne (1814-1815) parus en France respectivement en 1936 et 1940.

acheter ce livre


Karl Philipp Moritz : Sur l'ornement

 Rue d'Ulm - Mai 2024


La dispute de l’ornement que nous ont rendue familière les travaux de l’historien de l’art Aloïs Riegl et le célèbre pamphlet d’Adolf Loos, tout comme les prises de positions des artistes du modernisme et du minimal art, a une longue histoire. Les Concepts préliminaires en vue d’une théorie des ornements de Karl Philip Moritz rédigés en 1793, constituent une étape décisive. Signé par l’un des tenants de la Klassik, héritier de Winckelmann et de Herder, dont l’influence sur Goethe est notoire, l’ouvrage étonne par son enquête empirique et sa pratique de la description. Une théorie des ornements et non de l’ornement se construit dans l’étude des motifs, la connaissance des productions qu’un long voyage en Italie et l’observation des demeures berlinoises ont procurées à l’auteur. Moritz montre que la pensée de l’ornement est une pièce maîtresse de la réflexion esthétique sur la beauté. À l’opposé de l’allégorie, les ornements sont des formes libres qui n’imitent rien, qui n’ont pas de signification. Ils dévoilent la dimension anthropologique du besoin d’art et contribuent à la promotion de l’imagination. Conçu dans le contexte de l’Académie des arts de Berlin, ce texte a un rôle éducatif; il remplit aussi une fonction politique, à l’heure d’une industrialisation croissante des arts appliqués autour de 1800.

Edition : Clara Pacquet 

Auteur incontournable des Lumières allemandes, Karl Philipp Moritz (1756- 1793) est écrivain, grammairien, psychologue et théoricien de l’art. Il a marqué l’esthétique en tant que précurseur d’une théorie de l’autonomie de l’art.
Docteur en philosophie, Clara Pacquet enseigne l’histoire et la théorie de l’art à l’École supérieure d’art Pays basque.

acheter ce livre



Fabrice Hadjadj : Écologie tragique

 MAME - Mai 2024


Devant les dégâts que l'activité humaine déréglée produit sur les écosystèmes et fait planer sur nos sociétés, le doute n'est plus guère permis : le nom du sursaut attendu est "écologie". Mais il est décliné de tant de façons différentes qu'on ne peut que s'interroger : "Quelle écologie ?" Car si la Nature est puissance de fécondité, elle est indissociable, aussi, de la violence et de la mort. Entre idéalisation excessive et désespoir, entre muséification généralisée et pulsion nihiliste, il s'agit donc de trouver la juste attitude qui donne réellement sa chance à la vie. Le pari de ce livre est que la solution, ô combien inconfortable, est chercher dans la volonté de tenir ouverte la contradiction - c'est-à-dire dans la tragédie. Car la Vie, en effet, est peut-être moins désir de conservation de soi que désir de se donner tout entier, dans un geste fugace aussi dérisoire que sublime.

acheter ce livre

Juliette Morice : Renoncer aux voyages. Une enquête philosophique

 PUF - Mai 2024


À l'heure de la transition écologique, ne pourra-t-on plus jamais voyager comme avant ? Faut-il limiter ses déplacements, voire renoncer aux voyages ? Ces questions n'ont rien inédit. Les philosophes de l'Antiquité, sans avoir ni l'avion, ni Internet, les avaient pour l'essentiel déjà posées. Car les voyages ont toujours eu un caractère ambigu et polémique. A contre-courant des idées reçues, Juliette Morice propose de penser le voyage, depuis ses tout débuts jusqu'à l'ère du tourisme de masse. Ce que l'on découvre alors, ce ne sont pas tant les contradictions de cette pratique, que les nôtres propres, désir d'évasion et refus de l'inconnu, entre mensonges exotiques et besoin d'ailleurs.

acheter ce livre

Jean-Yves Lacoste : Le différend du temps et de l'histoire

 PUF - Mai 2024


Il était illusoire de penser que la philosophie de l'histoire était possible. L'histoire, parce qu'elle est inachevée, ne peut être pensée en totalité sauf en débordant sur le territoire de la théologie (seul le point de vue divin permettrait de voir les fins dernières de l'homme et du monde). L'échec des philosophies de l'histoire permet-il de penser enfin l'histoire de manière purement philosophique ? Jean-Yves Lacoste nous invite à modifier notre regard et dans un premier temps à limiter les prétentions de la philosophie. Pour ce faire, il invite à réconcilier le temps de l'histoire et le temps vécu. Puisque l'histoire en sa totalité nous est inaccessible, il faut prendre toute la mesure du temps tel que je le vis et que nous le vivons. Ce temps vécu se déploie comme une histoire, celle que je suis et celle que nous sommes. Nous ne pouvons prétendre comprendre l'histoire, ou du moins tenter de le faire, qu'en prenant en compte ce temps de l'expérience qui est essentiel pour rendre l'histoire intelligible.

acheter ce livre


Gilles Hanus : Une langue unique. Rousseau, Babel et la civilisation

 Eliott - Mai 2024


La civilisation désigne le processus par lequel l'humain actualise son humanité ; processus linguistique, technique et social qui ne va pas sans risques et menace constamment de s'inverser. Là où les hommes devaient s'élever, il arrive souvent qu'ils s'effondrent. Ce retournement, Rousseau l'a pointé de façon très claire, dont les textes résonnent avec les versets bibliques relatant l'épisode de la tour de Babel : celui d'une civilisation, d'un ensemble d'hommes possédant « une seule langue », au bord de sa propre caricature. La mise en regard, inattendue, de textes philosophiques et bibliques, interroge leur consonance par-delà leurs différences notables sur les questions du langage, de la technique et de la socialité et soulève la question plus générale de ce qui, d'un texte à l'autre, fait écho dans l'esprit du lecteur - question ici illustrée par la lecture parallèle de Rousseau et de Babel.

Docteur en histoire et sémiologie du texte et de l'image, Gilles Hanus enseigne la philosophie dans le secondaire et dirige les Cahiers d'études lévinassiennes. Il est l'auteur de Échapper à la philosophie ? Lecture de Lévinas (Verdier, 2012) ; Benny Lévy, l'éclat de la pensée (Verdier, 2013) ; Penser à deux ? Sartre et Benny Lévy face à face (L'Âge d'homme, 2013) ; Sans images ni paroles : Spinoza face à la révélation (Verdier, 2018) ; Relief de la mémoire. Théorie des trous de mémoire (Liber, 2022) ; Éloge du tact (Liber, 2023).

acheter ce livre