mardi 18 janvier 2022

Monica Horovitz et Piotr Krzakowski (dir.) : Ecrits intimes de psychanalystes pendant la pandémie -Journal de voyage en Confinia

 L'Harmattan - Janvier 2022


Ce témoignage est né de la pandémie du COVID 19 et de l’initiative de Monica Horovitz et Janine Puget, en Mars 2020. Ces deux psychanalystes, intéressées à la clinique de l’excès, répondaient à la nécessité de penser les effets d’une société néolibérale piégée dans la temporalité d’une vie subitement à l’arrêt.L’inédite situation a donc rassemblé 14 psychanalystes, de France, Argentine, Italie et du Liban, pour 4 télé-séminaires ayant donné lieu à un journal dévoilant au jour le jour, l’impératif éthique de maintenir le travail engagé auprès des patients, par temps de crise majeure. Cet ouvrage se lit aussi comme une forme spontanée de recherche, d’interrogation du processus analytique étendu à la pratique de la téléconsultation. Et puis, Janine Puget nous a quitté en novembre 2020, à l’âge de 93 ans, enthousiaste de voir ce travail paraitre et rappeler sa passion pour ce qu’il y a d’incertain et imprévu dans chaque souffle de la vie humaine, jusqu’au dernier !Vivre en Confinia est devenu plus supportable, en faire notre alliée, plus imaginable...

Monica Horovitz est membre titulaire de la S.P.P. et de la société italienne S.P.I. . Fondateur des rencontres internationales « Bion In Marrakech ». Ses travaux sur la pensée de W. Bion ont été publiés dans plusieurs revues et ouvrages collectifs internationaux.
Janine Puget (1926-2020), psychiatre et psychanalyste argentine. Elle est connue pour son enseignement et publications dans le champ de la recherche clinique, de la psychanalyse du lien, des situations de traumatisés, des psychothérapies de groupe et de famille.
Piotr Krzakowski est docteur en psychologie clinique, membre titulaire de la S.P.P. lauréat de l’International Journal of Psychoanalysis Awards 2020. Auteur de nombreux articles, il participe activement aux manifestations scientifiques internationales.

acheter ce livre


Revue philosophique de la France et de l'étranger 2022/1 (Tome 147) : Miscellanea

 PUF - Janvier 2022

Page 3 à 21 : Florian Laguens - Descartes et la pesanteur. Le dixième point des Sixièmes Réponses | Page 23 à 42 : Zaki Beydoun - Le problème du schématisme transcendantal : son rôle dans l’évolution de la théorie kantienne des facultés | Page 43 à 60 : François Bafoil - La sexualité, un « concept limite » dans la pensée de Max Weber | Page 61 à 73 : Georges Chapouthier - Réflexions sur la biologie postdarwinienne et l’évolution | Page 75 à 90 : Francesco Saverio Nisio - Lévy-Bruhl, il caso è chiuso | Page 91 à 149 : Analyses et comptes rendus | Page 151 à 152 : Ouvrages déposés au bureau de la revue (juillet-septembre 2021).

acheter ce livre




Genesis, n° 53 : Sartre-Beauvoir : genèses croisées

Sorbonne Université Presses - Décembre 2021


Sartre et Beauvoir ont vécu, pensé, écrit ensemble durant de longues années : leurs deux œuvres, dotées chacune d’une parfaite autonomie – pas d’écriture à quatre mains dans leur cas –, n’en sont pas moins profondément liées. Les études réunies dans ce numéro illustrent cette autonomie en s’attachant à présenter avec rigueur la genèse de quelques textes romanesques ou autobiographiques, tout en questionnant la genèse croisée de leurs œuvres, dont peu de traces subsistent, mais décisive pour saisir la singularité de ce couple d’écrivains.

TABLE DES MATIERES

Jean Bourgault et Jean-Louis Jeannelle, Présentation : "Sartrébeauvoir"

ENJEUX
Gilles Philippe et Michel Contat, Peut-on encore écrire, si l’on ne peut plus se relire ? Sartre, le brouillon et le style
Hélène Baty-Delalande, L’architecture interstitielle des Mémoires

ÉTUDES
Les écrits de soi
Jean-Louis Jeannelle, « [M]on passé, l’Algérie, ça ne va pas ensemble » : le poids de l’histoire dans La Force des choses
Genèses romanesques
Esther Demoulin, « Les tentatives seront des gestes brisés aussitôt qu’ébauchés » : tentative d’existence et la réécriture de soi
Isabelle Grell, Les toboggans de La Dernière Chance

INÉDITS
Éliane Lecarme-Tabone, « Dernières nouvelles sur Zaza »
Jean-François Louette, « Dans mon humble superbe ». À propos d’une page des Mots

MATÉRIAUX
Gregory Cormann, Genèse du problème de l’enfance chez Sartre et Beauvoir. Le manuscrit « L’Enfant et les groupes », 1948
Les diplômes
Jean Bourgault, Le concept chez Leibniz : diplôme d’études supérieure de Simone de Beauvoir, sous la direction de Léon Brunschvicg (1928-1929)
Juliette Simont, La question du mysticisme dans la formation de Sartre et Beauvoir

VARIA
Francis Walsh, Pour une genèse de l’énonciation diaristique : le journal de jeunesse de Blossom Margaret Douthat (1943-1958), lectrice de Beauvoir
Jeanne Rohner, Image de la star et construction du personnage : Micheline Presle dans Le Diable au corps (1946-1947)CHRONIQUES
Baudelaire, deux siècles après (Aurélia Cervoni, Jean-Marc Chatelain, Andre Schellino)
Comptes rendus d’ouvrages
Nouvelles acquisitions

acheter ce livre

Luc Boltanski : Rendre la réalité inacceptable. À propos de "La production de l'idéologie dominante"

 Seuil - Janvier 2022 - Points


Dans l’effervescence des années 1970, de jeunes sociologues créent autour de Pierre Bourdieu une nouvelle revue : Actes de la recherche en sciences sociales. Cet objet scientifique non identifié associe, au service d’une approche critique, des enquêtes rigoureuses à des moyens graphiques empruntés à la bande dessinée. Dans un des premiers numéros, Pierre Bourdieu et Luc Boltanski publient « La production de l’idéologie dominante » (1976). Ce texte analyse la façon dont se fabriquent les thèmes qui, forgés dans des lieux de pouvoir, nourrissent les débats qui font l’actualité.
Trente ans plus tard, Luc Boltanski revient sur la genèse de ce texte : il est toujours actuel, même si les thématiques dont se nourrit l’idéologie dominante ne cessent de se déplacer.
Une idéologie pour rester dominante doit évoquer la nécessité d’un changement permanent. 

Luc Boltanski : Sociologue, directeur d’études à l’EHESS, il a publié chez Gallimard notamment Le Nouvel Esprit du capitalisme (avec Ève Chiapello, 1999), De la critique (2009) et Enrichissement (avec Arnaud Esquerre, 2017).

acheter ce livre

Vanina Mozziconacci : Qu'est-ce qu'une éducation féministe ? Égalité, émancipation, utopie

 Ed. de la Sorbonne - Janvier 2022


À l'heure où la défense des « éducations à l'égalité » semble plus audible et plus urgente et où les polémiques autour de la « théorie du genre » à l’école dramatisent la nécessité de se positionner en tant que féministe sur le terrain éducatif, cet ouvrage constitue une rupture épistémologique avec des impératifs tactiques qui semblent s’imposer d’eux-mêmes. En refusant de considérer qu’il va de soi que l’éducation est une modalité de la lutte féministe, l’autrice se propose de faire un pas de côté afin de mener un travail de clarification conceptuelle. Il s’agit ici de suspendre le postulat selon lequel l’éducation serait une évidence féministe pour laquelle les seules questions qui persistent seraient d’ordre technique, et se réduiraient au « comment faire ? », afin de revenir à une interrogation plus fondamentale, celle du « pourquoi faire ? ». En effet, si l’éducation est bien omniprésente historiquement dans les revendications féministes, sa place mérite d’être problématisée philosophiquement. Alors même que le féminisme connaît de nombreuses transformations et variations, l’éducation en est une constante historique, et c’est précisément pour cela qu’elle mérite d’être étudiée de façon critique : la forte persistance de cette tradition jette en effet un soupçon sur sa consistance théorique et politique. De l’éducation conçue comme un droit auquel les femmes devraient également avoir accès jusqu’aux institutions éducatives utopiques qui subvertissent la frontière entre privé et public, en passant par la coéducation, la sororité émancipatrice et les pédagogies féministes, cette recherche vise à mettre en lumière les partis-pris épistémologiques, les dialectiques et les tensions qui traversent la conceptualisation de l’éducation au prisme des féminismes.

acheter ce livre


Aliénor Ballangé : La démocratie communautaire. Généalogie critique de l'Union européenne

 Ed. de la Sorbonne - Janvier 2022


En commentant l'actualité européenne à partir des seules sciences politiques, économiques ou juridiques, le risque est grand de réduire l'histoire de l'Union européenne à ce qu'est l'UE aujourd'hui. Cette approche court le risque d'une lecture téléologique et déterministe du processus d'intégration et, de surcroît, elle rabat l'histoire controversée de la construction européenne sur le seul discours hégémonique actuel. Or, à la naissance du projet communautaire, trois grands courants idéologiques s'affrontent dans leur vision du « bon gouvernement » de l'Europe : personnalistes, fédéralistes et ordolibéraux ont tous élaboré une définition singulière de la démocratie – communautaire pour les uns, populaire pour les autres, « de marché » pour les derniers. De cette synthèse impossible est née la crise politique qui agite l'Europe depuis une dizaine d'années. Ces tensions – qui font à la fois la richesse et la complexité du modèle démocratique communautaire – ne se comprennent qu'à la lumière des discours concurrentiels qui ont sédimenté le modèle politique actuel. La généalogie « française », c'est-à-dire personnaliste et communautaire, de la construction européenne est abordée dans la première partie de l'ouvrage. Étudiée dans la deuxième partie, la généalogie « italienne », hamiltonienne et populaire, porte le premier discours défendant une intégration par le « peuple européen ». La généalogie ordolibérale et conservatrice de la construction européenne occupe la troisième partie de l'ouvrage. À partir des notions de « constitution économique européenne », de « marché institutionnel » et d'« économie sociale de marché », elle aborde le rapport complexe que la théorie ordolibérale entretient avec la démocratie.

acheter ce livre


Başak Aray : Otto Neurath et le Cercle de Vienne de gauche

 Ed. de la Sorbonne  - Janvier 2022


L'empirisme logique, mouvement incontournable dans l'histoire de la philosophie analytique, apparut dans l'entre-deux-guerres viennois comme une réaction progressiste à la pensée méta-physique. Continuant la mission des Lumières, ce mouvement moderniste est représenté par le Cercle de Vienne formé de Moritz Schlick, Rudolf Carnap et Otto Neurath, entre autres scientifiques. Ce livre invite à une réflexion sur la dimension politique méconnue de l'empirisme logique à travers la vie et l'œuvre d'Otto Neurath (1881-1945), figure notable de « l'aile gauche » du Cercle. Il examine comment les travaux innovatifs de Neurath en matière d'infographisme, sa vision pédagogique et son socialisme s'articulent autour de la philosophie néo-empiriste des sciences.

Introduction

Les moments de l'investigation

1. L'histoire du Cercle de Vienne

1.1 Le Cercle de Vienne et la conception scientifique du monde

1.2 L’austromarxisme

1.3 Le mouvement pour l’habitat

1.4 Les origines culturelles et politiques de la Société Ernst-Mach

1.5 Le climat politique dans l’enseignement supérieur

1.6 La montée du nazisme dans le monde scientifique

1.7 L’empirisme logique continental vs. nord-américain – histoire d’une transformation

2. L’empirisme logique face à ses détracteurs de gauche

2.1 Le CVG aujourd’hui – un état de la littérature

2.2 Le physicalisme de Neurath

2.3 Neurath et Horkheimer – dialogue avec l’École de Francfort

2.4 Le constructivisme et la critique sociale

3. Les principes empiristes pour un langage démocratique

3.1 Une épistémologie négative contre la droite philosophique

3.2 Clarté et quantification comme valeurs empiristes

3.3 L’intérêt pédagogique et politique de la langue physicaliste

3.3.1 L’intérêt pédagogique

3.3.2 L’intérêt politique

3.4 Les avantages de la visualisation dans l’enseignement selon Neurath

4. L’information à la portée de tous

4.1 L’histoire de l’Isotype

4.1.1 La période viennoise

4.1.2 La période postmigratoire

4.2 La technique Isotype de visualisation

4.2.1. Sérialisation

La calculabilité

L’objet des sciences sociales

4.2.2 Iconicité

4.2.3 Méthode combinatoire contextualisée

4.2.4 Standardisation

4.2.5 Fonctionnalité et minimalisme

4.3 La muséologie moderne

4.4 La personnalité et l’histoire de l’art

5. Le physicalisme et l’économie socialiste

5.1 Le matérialisme historique et la « sociologie physicaliste »

5.2 Neurath dans la tradition de la statistique sociale

5.3 La rationalité de la science économique

5.3.1 De l’éthique physicaliste à l’économie planifiée

5.3.2 Les limites de la calculabilité économique

5.3.3 L’efficacité technique du socialisme

5.3.4 La place de la pensée utopiste dans la connaissance scientifique

Conclusion

Bibliographie

Index des personnes


acheter ce livre


lundi 17 janvier 2022

Le Journal des psychologues 2022/1 (n° 393) : L’inceste : questions et analyses

 Martin média - Janvier 2021


Page 3 : Patrick Conrath et Maria Ouazzani - 2021 à 2022 : ruptures ou continuité ? | Page 7 à 8 : Patrick Conrath - Les enveloppes psychiques, un colloque d’envergure | Page 14 : Claude Tapia - Autopsie de l’inceste | Page 16 à 23 : Jeanne Defontaine - Les trois modes d’expression d’Antœdipe : inceste, incestuel, meurtriel | Page 24 à 31 : Martine Lani-Bayle et Manuela Braud - Comment vivre après l’inceste ? | Page 32 à 37 : Ivy Daure - Inceste dans la fratrie : une lecture transgénérationnelle | Page 38 à 44 : André Sirota - S’affranchir d’un contrat de silence pour retrouver son souffle de vie | Page 45 à 50 : Claude Tapia et Claudine Haroche - Essai d’anatomie de l’inceste | Page 51 à 52 : Bibliographie | Page 53 à 59 : Henri-Pierre Bass et Daniel Oppenheim - Aider à résister à la tentation de la destructivité en actes | Page 60 à 65 : Raphaele Goujat - La dialectique du verbe et ses aléas chez l’alcoolodépendant | Page 66 à 68 : Alexandrine Sanchez - Un dispositif de prise en charge systémique des violences conjugales | Page 69 à 72 : Louis David - Gants de boxe et peinture | Page 73 à 77 : Anne-Sophie Bourdaud - L’oiseau tombé du nid.

acheter ce livre


Zissimos Lorentzatos : Le Centre perdu

 Allia - Janvier 2022


Traduit du grec par Jacques Touraille.

“Quand le vase de l’art poétique s’est brisé en Europe, le contenu, la poésie – dans son fonctionnement, non dans son essence – s’est vidé et dispersé aux quatre vents. C’est cela maintenant – cette chose beaucoup plus profonde que les brisures au flanc du vase ou à la surface de la prosodie – que nous entendons sans bien le comprendre, quand nous disons que la poésie se trouve en crise.”

“Personne ne croit plus un mot de ce que dit le poète en notre siècle”. À la source de cette crise, notre oubli des principes supérieurs qui guidaient l’art. Cette perte n’a abouti qu’à de vaines querelles d’artistes, à l’apparition­ incessante de nouveaux mouvements comme autant d’impasses.

“Pour ‘sauver’ l’art, il faut le ‘perdre’ tel qu’il se fait, ou tel qu’il fonctionne aujourd’hui”. À cette fin, Zissimos Lorentzatos indique la Grèce, et sa position singulière en Europe, chaînon manquant entre l’Orient et l’Occident. À ses yeux, seuls Rimbaud, Lautréamont et Artaud ont éprouvé le gouffre béant laissé par cette tradition perdue, pourtant invisible­ aux yeux de leurs contemporains déboussolés. Ils ont montré la destruction en cours, celle de la poésie et, à travers elle, de l’art européen.

Dans une langue saisissante et visionnaire, habitée par un souffle poétique­ et mystique, Le Centre perdu nous propose de refonder l’art et le langage, pour que la poésie redevienne synonyme de vérité. “Il nous faudra de nouveau vivre vraiment pour que nous puissions de nouveau parler vraiment.”

acheter ce livre



Philosophie 2022/1 (N° 152) : varia

 Editions de Minuit - Janvier 2022


Ici traduit en français pour la première fois par Arnaud Dewalque, l’essai d’Oskar Kraus sur Le Besoin (1894) est une application de la psychologie descriptive brentanienne à l’économie. On définit parfois l’économie comme le système des besoins humains. Mais qu’est-ce qu’un « besoin » ? Qu’est-ce qui distingue les besoins humains au sens fort des simples privations et des instincts animaux ? Et quelles sont les différentes classes (ou types) de besoins ? Contre les théories hédonistes, Kraus soutient que tous les besoins ne sont pas tournés vers l’obtention du plaisir ou la suppression du déplaisir. Il présente ainsi une analyse descriptive plus riche des phénomènes volitifs ou conatifs.

Dans « Décrire n’est pas tout : Kurt Lewin sur l’émotion », Denis Seron s’intéresse au psychologue Kurt Lewin, qui dans les années 1920 avait proposé une approche originale et féconde des émotions, qui se distingue par trois prises de position : d’abord, il rejette la méthodologie analytique ; ensuite, il en appelle à une psychologie des émotions qui soit génétique, causale et dynamique ; enfin, la psychologie des émotions doit selon lui être psychophysique, à savoir ancrée dans l’expérience interne autant qu’externe. La psychologie des émotions de Lewin s’oppose, sur ces trois points, à l’approche de psychologues tels que Titchener et les brentaniens, laquelle est analytique, statique et introspectionniste.

Le texte de Michel Le Du, « La conscience est-elle de glace ? », est centré sur le concept d’émergence, qui a été utilisé durant les dernières décennies par différents philosophes de l’esprit, notamment dans le but de livrer une interprétation de la relation corps-esprit évitant à la fois le dualisme et le réductionnisme ; John Searle a ainsi expliqué, à différentes reprises, que la conscience et l’intentionnalité étaient des propriétés émergentes du cerveau. Le but de l’article est de montrer que cette approche apporte une réponse ontologique à une question dont les termes mêmes témoignent, en premier lieu, d’une confusion conceptuelle.

Dans l’article « Anselme et l’actualité » (1970), David Kellogg Lewis (1941-2001), propose une analyse critique de l’argument ontologique développé par Anselme de Cantorbéry afin d’illustrer la teneur et la portée de sa thèse centrale, le réalisme modal. Récusant la conception ordinaire qui assimile l’existence réelle à l’actualité, Lewis montre que cette dernière est en réalité une notion indexicale : tout comme « ici », « maintenant » ou « ceci », elle n’acquiert en effet sens et signification qu’en vertu de son contexte d’énonciation. Désolidarisée de l’existence effective, l’actualité ne désigne alors, selon Lewis, qu’une étroite région du vaste royaume des possibles : celle qu’il se trouve que nous habitons.

acheter ce livre

Revue française d'éthique appliquée 2021/1 (N° 11) : Être touché. Éthique, épistémologie et politique des affects en temps de crise

 Erès - Janvier 2022


Sans avoir les pieds dans l'eau, peut-on être activement et collectivement affecté par la crise écologique ? Sans avoir la faim au ventre, peut-on être activement et collectivement affecté par la montée indécente des inégalités sociales ? Peut-on être activement et collectivement affecté au point de nous engager vers et avec l'autre, non plus seulement avec des slogans ou des valeurs, mais véritablement corps et âme, en résonance ? C'est donc de la construction d'un horizon éthique, épistémologique et politique des affects en temps de crise que ce dossier entend être une contribution. Comment les valeurs éthiques que nous défendons peuvent rentrer en résonance avec nos corps ou à travers tous nos sens ?
Comment peuvent-elles résonner aussi au travers de corps sociaux, de nos institutions dont les logiques guident nos actions quotidiennes et qui sont insensibles ou « muettes » face à ces valeurs ? Autrement dit, comment installer concrètement l'idée que l'affect est une forme de lien social et politique ?

Page 6 à 7 : Paul-Loup Weil-Dubuc - Introduction | Page 8 à 13 : Virginie Pirard - Les challenges infectieux humains, des essais cliniques comme les autres ? | Page 14 à 18 : Liem Binh Luong Nguyen et Odile Launay - Quelles seraient les conditions pour la réalisation d’essais de challenges vaccinaux humains en France ? | Page 19 à 22 : Stanley Plotkin - Défense du challenge humain dans le contexte de la Covid‑19 | Page 23 à 25 : Peter Singer et Anna C. Zielinska - Les essais de challenge humain dans le contexte de la Covid‑19 – l’agentivité retrouvée | Page 27 à 32 : Léo Coutellec, Sebastian J. Moser et Hartmut Rosa - Introduction | Page 33 à 45 : Renaud Hétier et Nathanaël Wallenhorst - Une enfance résonante ou le droit du sensible | Page 46 à 60 : Laura Garro - Peaulitiques de la catastrophe | Page 61 à 77 : Ingrid Gilcher-Holtey - Le moment critique | Page 78 à 92 : Pierre-Antoine Chardel, Émeline Gougeon et Jacques Verron - Politique du sensible et économie des affects dans la crise environnementale | Page 93 à 105 : Jean-Philippe Pierron - L’art d’être touché | Page 107 à 122 : Louis de Diesbach - Transparence de la technique dans les abattoirs : transparence de l’outil ou de l’homme ? | Page 123 à 140 : Pierre Mongiat-Artus, Céline Lefève, Didier Legeais, Éric Lechevallier, Christian Castagnola et Le Comité d’Éthique et de Déon de l’Association Française d’Urologie - Le triage, un enjeu éthique de la pandémie de la Covid‑19. Constats et questionnements autour d’un impensé | Page 141 à 155 : Anna C. Zielinska - L’hésitation vaccinale en France dans le contexte de la Covid-19. Une perspective comparatiste | Page 157 à 163 : Pauline Lachappelle - « C’est ma tournée ! Boire et déboires au pays de l’alcool » : faire vivre des connaissances par une conférence gesticulée.

acheter ce livre


Michael Löwy : La Comète incandescente

 Le retrait - Janvier 2022


Préface d’Alex Januário. Illustrations de Sergio Lima, Guy Girard et Penelope Rosemont

Quel est le rapport du surréalisme au romantisme ? Dans un célèbre paragraphe du Second Manifeste du surréalisme (1930), André Breton écrivait : nous sommes d’accord pour être considérés, historiquement, comme la queue de la comète romantique. Mais il ajoute une note d’umour : il s’agit d’une queue éminemment préhensile… Une comète avec une queue de singe : l’image est sans doute surréaliste. On peut l’interpréter comme une référence au caractère actif du surréalisme, et sa capacité à saisir ce qui lui semble important. Mais d’autre part, la queue d’une comète n’est pas moins une jetée météorique de feu dans les hauteurs, une trace incandescente de lumière dans le dôme céleste.

Sociologue et philosophe, Michael Löwy est directeur de recherches émérite au CNRS et ancien enseignant à l'Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales.

acheter ce livre


Revue de l'histoire des religions 2021/4 (Tome 238) : La magie entre Antiquité et Moyen Âge : traditions, innovations, autorités

 Armand Colin - Janvier 2021


Page 603 à 616 : Thomas Galoppin - La magie entre Antiquité et Moyen Âge : traditions, innovations, autorités | Page 617 à 639 : Florian Audureau - Le chant des voyelles dans les Papyri Graecae Magicae de l’Empire romain. De la pratique rituelle à l’invention moderne d’une tradition | Page 641 à 671 : Thomas Galoppin - « Dessine-moi… » une prière. Gemmes magiques et écriture des noms divins en images dans le monde romain | Page 673 à 697 : Korshi Dosoo - Auteur et autorité, tradition et révélation : études de cas des magies gréco-égyptienne et chrétienne copte | Page 699 à 728 : Julien Véronèse - La réécriture des rituels d’invocation des esprits dans les traditions latines attribuées à Salomon (XIIe-XVe siècle) | Page 729 à 732 : Alain J. Desreumaux - Joseph Yacoub, Le Moyen-Orient syriaque. La face méconnue des chrétiens d’Orient | Page 732 à 735 : Anna Van den Kerchove - Hermès Trismégiste, Paralipomènes grec, copte, arménien. Codex VI de Nag Hammadi, Codex Clarkianus 11 Oxoniensis, Définitions hermétiques, Divers, t. V, textes édités et traduits par Jean-Pierre Mahé | Page 735 à 738 : Bénédicte Sère - Thomas Tanase, Histoire de la papauté en Occident | Page 738 à 741 : Izabela Jurasz - Gilles Dorival, Alain Le Boulluec, L’Abeille et l’Acier. Clément d’Alexandrie et Origène | Page 741 à 743 : Guillaume Ducœur - La Prakaraṇapañcikā de Śālikanātha. Chapitre 6, section 1. Le moyen de connaissance valide et la perception. Traité Mīmāṃsaka d’épistémologie, présenté, traduit et commenté par Jean-Marie Verpoorten | Page 743 à 746 : Antoine Calvet - Paul O’Grady, La philosophie de la religion de Thomas d’Aquin, traduit et préfacé par Roger Pouivet | Page 746 à 749 : Marie-Anna Chevalier - Alain Demurger, Le peuple templier, 1307‑1312 | Page 749 à 752 : Pierre Lory - Nelly Amri, Croire au Maghreb médiéval – La sainteté en question, XIVe-­XVe siècle | Page 752 à 758 : Florent Libral - Marie-Christine Gomez-Géraud et Jean-René Valette (dir.), Le discours mystique entre Moyen Âge et première modernité, t. 1 : La question du langage | Véronique Ferrer, Marie Christine Gomez-Géraud et Jean-René Valette (dir.), Le discours mystique entre Moyen Âge et première modernité, t. 2 : Le sujet en transformation | Page 758 à 760 : Olivier Marin - Julien Ferrant et Tiphaine Guillabert-Madinier (dir.), Le Langage et la Foi dans l’Europe des Réformes (XVIe siècle) | Page 760 à 761 : Simon Icard - Patrick Goujon, Les Politiques de l’âme. Direction spirituelle et Jésuites français à l’époque moderne | Page 761 à 764 : Norihiro Morimoto - Jean-Pascal Gay, Le dernier théologien ? Théophile Raynaud (v. 1583‑1663), histoire d’une obsolescence | Page 764 à 767 : Mathilde Monge - Liesbeth Corens, Confessional Mobility and English Catholics in Counter-Reformation Europe | Page 767 à 769 : Guillaume Ducœur - Vincent Tournier, La formation du Mahāvastu et la mise en place des conceptions relatives à la carrière du bodhisattva | Page 770 à 771 : Philippe Chenaux - Stéphanie Roulin, Une abbaye dans le siècle. Missions et ambitions de Saint-Maurice (1870‑1970) | Page 771 à 773 : Xavier Boniface - David Motadel, Les musulmans et la machine de guerre nazie, traduit de l’anglais par Charlotte Nordmann, préface de Christian Ingrao | Page 773 à 776 : Samuel Dolbeau - Pierre Lassave, La sociologie des religions. Une communauté de savoir.

acheter ce livre


Michel Nodé-Langlois : Commentaire de la Critique de la faculté de juger de Kant

 Entremises - Janvier 2022


L'intérêt majeur de la troisième des Critiques kantiennes est que son auteur s'y affronte à lui-même en cherchant la solution de difficultés dont il a conscience que son système les laisse pendantes, bref en cherchant à sauver ce dernier de ce qui le menace de l'intérieur. Parallèlement, nul doute que cette dernière oeuvre ait préludé à l'histoire de la science naturelle ultérieure en réhabilitant philosophiquement les concepts et principes majeurs du finalisme aristotélicien, soit d'une conception de la nature qui donne à comprendre comment l'agir humain peut s'exercer et être pensé sans contradiction avec ce qui le précède et le rend possible. Dès lors que ladite science en est arrivée à renoncer au pseudo- déterminisme de la mécanique classique, le principe qui pour Kant menaçait essentiellement l'humanisme moral doit cesser du même coup d'être considéré comme un a priori constitutif de l'explication scientifique des réalités naturelles. Disparaît alors ce qui a été, de l'aveu même de Kant, la motivation fondamentale qui a donné son sens à la construction de son système. Si l'on ajoute à cela les contradictions qu'un Vaihinger, entre autres, n'a pas manqué de relever dans la Critique de la raison pure, on trouvera chez Kant les meilleures raisons de faire retour à la métaphysique à laquelle il passe pour avoir mis fin. C'est peut-être à ce titre qu'il y a lieu de considérer la Critique de la faculté de juger comme le « couronnement » de l'oeuvre de Kant, soit comme le moment où, poussant à sa limite l'intelligence de son propre système, il indique la voie dans laquelle celui-ci se révèle apte à produire des fruits philosophiques que sa lettre ne laissait pas prévoir.

Michel Nodé-Langlois, ancien élève de l'École Normale Supérieure, agrégé de philosophie, enseigne la philosophie et l'histoire de la philosophie en classe de khâgne au lycée Pierre- de-Fermat, à Toulouse. Il a publié plusieurs ouvrages, notamment chez Ellipses et Desclée De Brouwer.

acheter ce livre


dimanche 16 janvier 2022

Jacques Rancière : Les trente inglorieuses. Scènes politiques

 La Fabrique - Janvier 2021


Il y a trente ans les augures annonçaient le triomphe mondial de la démocratie et l’avènement d’un âge consensuel où la considération réaliste des problèmes objectifs engendrerait un monde apaisé. Si ces belles espérances ont été cruellement démenties, ce n’est pas seulement par l’agression de forces externes. C’est de l’intérieur que le consensus s’est révélé comme la violence d’un capitalisme absolutisé et comme une machine à fabriquer toujours plus d’inégalité, d’exclusion et de haine. Les interventions réunies ici suivent les étapes de ce retournement à travers les campagnes de la pax americana, de l’invasion de l’Irak à celle du Capitole, et la progression continue chez nous d’un racisme d’en-haut qui a su enrôler à son service les progressismes désenchantés. Mais elles s’attachent aussi à suivre la dynamique des mouvements qui n’ont cessé d’affirmer, contre la logique mortifère du consensus, la puissance des égaux assemblés et leur capacité d’inventer d’autres formes de monde.

acheter ce livre


Nathalie Kremer et Sarah Nancy (dir.) : Les cordes vibrantes de l'art. La relation esthétique comme résonance

 PU de Rennes - Janvier 2021


Depuis l'Antiquité, la métaphore des « cordes vibrantes » de l'art apparaît comme une constante pour désigner le sentiment de la beauté du monde ou du choc de l'art. Elle suggère que la relation esthétique aux œuvres et au monde peut être comprise sur un mode acoustique et peut ainsi être expliquée en recourant au modèle musical, où la résonance est centrale.
Cet ouvrage a pour but d'approfondir le sens de ces deux notions clés de la relation esthétique : la vibration intérieure en tant que sensation vibratoire, qui engendre une participation affective et/ou cognitive du récepteur, et la résonance, qui permet d'étudier de plus près la réciprocité dynamique qui lie le récepteur à l'objet d'art qui le touche.
En s'appuyant sur des textes de littérature et de philosophie européens de l'Antiquité à nos jours, les contributions réunies ici offrent un aperçu panoramique des apparitions du terme de résonance dans les textes, dans son rapport à la vibration et à la musique, ainsi qu'une interrogation théorique sur la valeur de la résonance comme concept opératoire dans l'expérience esthétique.

Sarah Nancy est maîtresse de conférences en littérature française du XVIIe-siècle à l'université Sorbonne Nouvelle. Elle travaille sur la voix aux XVIIe et XVIIIe¬siècles - ses pratiques, ses effets, ses représentations, notamment genrées -, et s'appuie pour cela sur sa propre pratique du chant lyrique.
Nathalie Kremer est maîtresse de conférences habilitée à diriger des recherches à l'université Sorbonne Nouvelle et membre de l'Institut universitaire de France. Elle est spécialiste de la poétique classique des XVIIe et XVIIIe siècles et des rapports entre les arts dans la théorie esthétique.

acheter ce livre


Günther Anders : Le rêve des machines

 Allia - Janvier 2021


“En ce qui nous concerne, nous consommateurs, nous sommes en premier lieu, bien que nous soyons richement servis, serviteurs : ou plutôt justement parce que nous le sommes si richement. Ceci signifie qu’il nous est attribué une tâche spéciale, celle de faire disparaître tous les produits par notre ‘travail de consommation’, afin de rendre nécessaire, par ce faire-disparaître, la production des prochains produits. Lorsque vous savourez votre Coca-Cola ou votre Chesterfield, vous remplissez votre devoir d’employé et vous le savourez pour la production ; ou plus exactement : le fait que vous le savourez, la firme le savoure, elle consomme avec jouissance votre jouissance de consommateur ; et c’est seulement parce qu’elle le savoure que vous devez le savourer. Si l’expression ‘joindre l’utile à l’agréable’ a une signification, c’est uniquement celle-ci.”
En 1960, Francis Gary Powers, pilote américain, est arrêté en mission en URSS en pleine Guerre froide. Günther Anders, inquiet des conséquences de cette arrestation et du risque de guerre nucléaire, écrit au pilote incarcéré. Sa “Lettre sur l’ignorance” reste sans réponse. Il en écrit alors une seconde : “Le Rêve des machines”, inédite en français comme en allemand.
Le Rêve des machines rassemble ces deux lettres qui éclairent l’évolution de la pensée d’Anders et ses thèmes de prédilection : risque nucléaire, machinisation du monde, suprématie de la consommation... En exposant à Powers comment celui-ci est devenu le rouage d’un système inhumain, il dénonce la toute-puissance de la technique et le monde des machines, produit d’un capitalisme qui annihile notre humanité. Anders développe ainsi une réflexion habitée par un souffle qui, à défaut d’être atomique, reste d’une puissance philosophique sans équivalent.
Traduit de l’allemand, de l'anglais et présenté par Benoît Reverte.

acheter ce livre


Études théologiques et religieuses 2021/4 (Tome 96) : Paul Ricœur. La fin du théologico-politique ?

Institut protestant de théologie - Janvier 2021


Page 409 à 417 : Olivier Abel - Liminaire | Page 419 à 437 : Paul Ricœur et Jean-Marc Tétaz - Le pouvoir politique : fin du théologico-politique ? | Page 439 à 452 : Jean-Claude Monod - Le dédoublement théologico-politique. Un triangle Schmitt-Ricœur-Lefort ? | Page 453 à 465 : Pierre-Olivier Monteil - Théologico-politique, démocratie, modernité | Page 467 à 488 : Aurore Dumont - Paul Ricœur ou le théologico-politique au miroir des Écritures. De déplacement en déplacement : décentrement d’un problème | Page 489 à 518 : Jean-Marc Tétaz - L’autorité du pouvoir-en-commun. La nouvelle théologie politique de Paul Ricœur | Page 519 à 537 : Parmi les livres.

acheter ce livre