samedi 31 août 2019

Pierre Cassou-Noguès : Technofictions

Les éditions du Cerf (29 août 2019)


Comment la science-fiction est devenue notre réalité quotidienne ? C'est par de brèves nouvelles et saynètes qu'un philosophe nous montre ici l'inouïe transformation en cours de nos existences.

Des gants connectés qui donnent l'impression de toucher à de très grandes distances des êtres qui n'existent peut-être même pas ; un traitement médicamenteux qui permet à ceux qui ont un numéro de sécurité sociale de conserver une fausse éternelle jeunesse ; une application sur un smartphone qui permet de continuer à dialoguer avec les défunts ; un appareil qui nous indique en permanence et sans ambiguïté l'humeur, l'état d'esprit de ceux qui nous entourent, et notre propre état d'esprit lorsque la machine nous vise ; des conseils personnalisés (sous forme de notifications sur l'écran de nos téléphones) qui nous donnent une parfaite maîtrise sur nos corps et nos esprits... dans la mesure où il y a du réseau ! 
C'est parce que la technologie contemporaine modifie nos vies que son sens doit être interrogé. 
Les nouvelles rassemblées dans ce recueil mettent en scène des personnages hauts en couleur, dont un couple Marcel et Albertine, et leur vie dans plusieurs univers possibles.

Pierre Cassou-Noguès est professeur de philosophie à l'université Paris 8. Il aborde des problèmes théoriques par le biais de la fiction. Son travail concerne plus particulièrement les sciences et la technologie contemporaine. Il a publié Métaphysique d'un bord de mer en 2016.

acheter ce livre

Jacques-Louis Lantoine : L'intelligence de la pratique. Le concept de disposition chez Spinoza

Ecole Normale Supérieure - Août 2019 - Collection : La croisée des chemins


Si chacun a le pouvoir de vivre selon la raison, comment se fait-il que si peu la suivent, alors même qu'un grand nombre s'en réclament ? Certains voient le meilleur, mais font le pire. D'autres font le pire en croyant qu'il est le meilleur. Tous font tout ce qu'ils peuvent, et se réjouissent finalement de ce qu'ils sont. La philosophie de Spinoza rend compte de ces paradoxes : toute puissance est en acte. Qui peut le plus s'efforce nécessairement de faire le plus et ne peut faire moins. Qui peut le moins fait le moins volontiers, sans pouvoir faire plus. Chacun est aussi parfait qu'il peut l'être, et agit de la façon dont il y est disposé, malgré lui mais de gré, si ce n'est de bon gré. Le concept de disposition tel qu'il s'élabore dans l'Ethique, permet de saisir la pratique commune des hommes dans un cadre nécessitariste et actualiste, de l'inconstance affective à la régularité des coutumes, des obsessions passionnelles à l'éducation et à l'affranchissement de la servitude. L'existence humaine n'est pas une comédie, encore moins une tragédie. Avec Spinoza, il s'agit d'en produire l'intelligence.

Jacques-Louis Lantoine est professeur agrégé et docteur en philosophie. Chercheur associé à l'Institut d'histoire des représentations et des idées dans les modernités, il enseigne dans le secondaire et à la faculté de philosophie de l'université Jean-Moulin Lyon 3.

acheter ce livre

Louis Lourme (dir.) : Éduquer, c’est-à-dire ? Anthropologie chrétienne et éducation

Bayard - Août 2019


La manière dont nous accompagnons la croissance des enfants et des jeunes, que l’on soit parents, enseignants, éducateurs, dépend en grande partie de l’idée que nous nous faisons de la personne humaine et du monde dans lequel elle grandit.
A l’école, en famille, ou dans les différents lieux d’apprentissage, la variété des leviers éducatifs mobilisés, les types de discours qui sont tenus aux enfants et aux jeunes, et les expériences auxquelles ils sont confrontés sont autant d’éléments qui reposent toujours sur une anthropologie particulière, c’est-à-dire sur une certaine vision de la personne humaine et de sa place dans le monde. De ce point de vue, une anthropologie chrétienne porte en elle des présupposés fondamentaux dont il convient d’interroger la portée dans le monde contemporain. C’est précisément l’objet de ce volume qui réunit des contributions de spécialistes, (pédagogues, éducateurs religieux, philosophes), s’inscrivant dans cette perspective, pour éclairer les principaux enjeux et défis qui se posent à une éducation dans un cadre chrétien.

Louis Lourme. Il est professeur agrégé et docteur en philosophie, chercheur associé au sein du laboratoire SPH (Sciences Philosophie Humanités) de l’université Bordeaux Montaigne. Il dirige le prestigieux lycée jésuite Saint-Joseph de Tivoli à Bordeaux. Il a publié plusieurs ouvrages, parmi lesquels : avec Michaël Foessel : Cosmopolitisme et démocratie, (Puf 2016), et Le nouvel âge de la citoyenneté mondiale (Puf, 2014).

acheter ce livre

jeudi 29 août 2019

Francois Noudelmann : Penser avec les oreilles

Max Milo - Août 2019 - Collection : Voix libres


Et si nous enlevions les bouchons de nos oreilles pour entendre enfin le son des idées? La pensée fait du bruit, nous l'avons oublié : de grands vacarmes ou de légers bruissements. La voix des philosophes, leurs accents, font partie de leur pensée. François Noudelmann étudie les milieux sonores les plus favorables à la réflexion et propose une écologie sonore de la pensée.

La pensée fait du bruit, non seulement lorsqu'elle parle, mais aussi dans ses textes. La voix, le ton, l'accent, l'intensité, le volume font partie des idées. Une pensée doit s'écouter, déclarait Nietzsche qui se vantait d'avoir les oreilles les plus petites mais les meilleures de la philosophie. 
L'attention récente portée aux voix de philosophes, grâce aux enregistrements audio-visuels de penseurs tels que Arendt, Sartre, Beauvoir, Deleuze, Lacan, Foucault, Barthes, Kristeva... a influencé la façon de les lire et de les comprendre. À l'oral, mais aussi à l'écrit, des souffles, des vitesses, des rythmes particuliers inspirent le développement de leur pensée. Parfois ce sont des accents régionaux qu'un philosophe exprime, comme le bourguignon Bachelard, ou qu'il veut réprimer, comme Derrida, honteux de son accent juif algérien, ou encore le béarnais Bourdieu... Ausculter les textes, c'est écouter aussi les silences, les sons inarticulés –; hurlements ou murmures –; qui se logent dans la pensée : Deleuze entendait des cris dans les concepts de Spinoza. 
Et si nous écoutions les œuvres philosophiques comme des paysages sonores? 
Les sound studies se sont développées en Amérique du Nord depuis une dizaine d'années et enrichissent peu à peu l'histoire, la littérature, la sociologie, l'écologie. Cet essai propose d'en montrer la puissance pour une toute nouvelle approche de la philosophie : il observe les dispositifs acoustiques de la parole et de l'écriture philosophiques, dès l'Antiquité, lorsque Pythagore se cachait derrière un rideau pour enseigner à ses disciples, jusqu'aux théoriciens de l'écologie sonore qui montrent les enjeux politiques du son. 
Apprendre à lire avec les oreilles, tel est le programme d'une nouvelle écoute qui découvre les significations inouïes de la philosophie. 

François Noudelmann a écrit de nombreux essais sur la littérature et la philosophie, traduits en une dizaine de langues, parmi lesquels Le Génie du mensonge (Max Milo, 2015), Les Airs de famille, une philosophie des affinités (Gallimard 2012), Le Toucher des philosophes. Sartre, Nietzsche et Barthes au piano (Gallimard, 2008), Pour en finir avec la généalogie (Léo Scheer, 2004). Il a dirigé le Collège international de philosophie et fut producteur à France-Culture pendant onze ans. Il est aujourd'hui professeur à l'université de Paris 8 et membre de l'Institut Universitaire de France. Il enseigne régulièrement à New York University où il développe ses recherches sur les paysages sonores de la littérature et de la philosophie (Soundings and Soundscapes, Edinburgh University Press, 2018).

acheter ce livre

mercredi 28 août 2019

Eric Marquer : Art de penser et art de parler. Politique et poétique du langage dans la philosophie moderne

Classiques Garnier - Août 2019


L’ouvrage analyse la question du pouvoir des mots de l’âge classique aux Lumières. Le Léviathan de Hobbes en constitue le point de départ, et L’Essai de Locke en constitue la charnière. La troisième partie est consacrée à l’analyse des tropes chez Du Marsais, Rousseau, Condillac et Vico.


acheter ce livre

Clotilde Champeyrache : La face cachée de l'économie. Néolibéralisme et criminalités

PUF - Août 2019


A l'heure où Eurostat demande aux Etats membres de l'Union européenne d'intégrer au calcul du PIB certaines activités illégales telles que la prostitution, l'ouvrage réinterroge la notion de frontière entre économies criminelle et légale. Oligarques russes, économie au noir, corruption et criminalité en col blanc... Cet ouvrage dévoile et analyse les facettes les plus sombres de l'économie mondialisée, autour de deux convictions fortes : sphères légale et illégale ne sont en rien étanches ; le discours économique dominant, axé sur la toute-puissance du marché, banalise, voire favorise le développement des pratiques criminelles. Les principaux marchés illégaux et leur évolution sont ici présentés. La dimension économique de la criminalité organisée est également envisagée à travers l'infiltration de l'économie légale d'un point de vue tant financier (à travers le blanchiment et recyclage de l'argent sale) que productif (via les entreprises légales aux mains de criminels). L'ouvrage pose enfin la question du lien entre densification de la mondialisation et expansion criminelle.

Clotilde Champeyrache est maître de conférences en économie à l'université Paris 8 et enseigne également au CNAM. Spécialiste de l'infiltration mafieuse dans l'économie légale, elle est notamment l'auteur chez CNRS Editions de Sociétés du crime, Un tour du monde des mafias (2011) et Quand la mafia se légalise. Pour une approche économique institutionnaliste (2016).

acheter ce livre

Denis Kambouchner : Quelque chose dans la tête

Flammarion - Août 2019


Nous voulons que nos enfants soient bien éduqués, mais leur parlons-nous de la culture comme il faut ? Qu'on la réduise à une affaire d'héritiers ou qu'on se contente d'un « à chacun sa culture », on manque cette évidence : toute intelligence exige une culture qui ne s'hérite que si on la recherche. « Avoir quelque chose dans la tête » de clair et de solide, « se prendre la tête » autant qu'il faut, ce n'est ni un luxe ni une contrainte : plutôt la condition d'une plus grande présence aux choses et aux êtres. C'est ce que souligne avec simplicité et érudition ce court manuel à contre-courant des temps actuels. 
Empruntant ses exemples à la littérature, à la philosophie, aux arts, Denis Kambouchner ne cède pas à la nostalgie des modèles du passé : il montre combien la réflexion sur ces modèles s'impose pour penser le présent et l'avenir.

Denis Kambouchner, spécialiste de Descartes, enseigne la philosophie à l'université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Il est l'auteur de nombreux ouvrages.

acheter ce livre

lundi 26 août 2019

Romain Graziani : L'Usage du vide. Essai sur l'intelligence de l'action, de l'Europe à la Chine

Gallimard - Septembre 2019 - Collection : Bibliothèque des idées


Il semble que les états les plus désirables, à l'image du sommeil, ne puissent survenir qu'à condition de n'être pas recherchés, le simple fait de les convoiter pouvant suffire à les mettre en déroute. Or ce paradoxe de l'action volontaire, mal élucidé et jamais résolu dans la philosophie occidentale, est au centre de la pensée taoïste. L'auteur explore dans cette double lumière, à partir de diverses sphères d'expérience, de la pratique d'un sport à la création artistique, de la recherche du sommeil à la remémoration d'un nom oublié, ou encore de la séduction amoureuse à l'invention mathématique, les mécanismes de ces états qui se dérobent à toute tentative de les faire advenir de façon délibérée. Une telle approche, qui requiert une observation patiente des dynamiques du corps et des différents registres de conscience, permet de comprendre pour quelles raisons, et au terme de quelles expériences, les penseurs taoïstes de l'antiquité chinoise ont formulé les concepts si déroutants de non-agir ou de vide. Elle permet par la même occasion de démonter les erreurs et les leurres sur le pouvoir et la volonté qui sont à la base des représentations occidentales de l'action efficace. Mobilisant, sans les opposer, les ressources de la pensée chinoise et de la pensée européenne, l'ouvrage apporte ainsi une contribution originale à l'intelligence de l'action.

acheter ce livre

Jean-Pierre Engélibert : Fabuler la fin du monde. La puissance critique des fictions d'apocalypse

La découverte - Août 2019


Omniprésentes, les fictions d’apocalypse – littéraires, cinématographiques, télévisuelles – imprègnent plus que jamais les tissus profonds de nos imaginaires. Apparues avec la Révolution industrielle, elles accompagnent les désillusions politiques des XIXe, XXe et XXIe siècles. Elles prennent racine dans un désespoir issu d’abord de l’échec de la Révolution française, puis d’une critique de l’idéologie du progrès. Bien avant qu’on forge les concepts d’anthropocène et de capitalocène, elles ont exprimé la prise de conscience de l’empreinte du capital sur la planète.
Ainsi, contrairement à ce qu’on pourrait croire, elles ne sont pas nihilistes. Figurer la fin du monde, c’est opposer au présentisme et au fatalisme contemporains une autre conception du temps et une autre idée de la lutte. C’est chercher à faire émerger un horizon encore invisible, une promesse ouverte, indéterminée et en tant que telle nécessaire à l’invention politique : l’utopie.

TABLE DES MATIÈRES

Introduction
I / Faire table rase
Chapitre 1 : Anthropocène et apocalypse
Les ambiguïtés de l’anthropocène
Anthropocène et littérature
Les Lumières et l’apocalypse : Le Dernier Homme
Les apocalypses du progrès
Chapitre 2 : L’affirmation du négatif
En bord d’abîme
Il n’y a rien à sauver
L’énergie de la littérature
II / Échapper à l’emprise du présent
Chapitre 3 : Apocalypse immanente et messianisme
Immanence et tragique
Historiciser le présent
Formes de l’apocalypse et messianisme
Chapitre 4 : Temps messianique et cinéma
Dissolution de l’intrigue, suspension du temps
Un monde ordinaire et insupportable
Le temps messianique et l’amour
III / Retourner la violence
Chapitre 5 : Le sacrifice et la naissance
Un monde barbare
Sacrifice et résistance
Conter et mettre au monde
Chapitre 6 : La violence de l’inestimable
L’enfant dieu
La parole du prophète
IV / Reconstruire une société
Chapitre 7 : L’utopie du commun
La bombe et l’état de nature
Une utopie de l’après
« L’âme de la communauté »
Chapitre 8 : Vivre le temps de la fin
La société en reste
L’avenir dans le regard
Recoudre le temps
V / Repeupler le monde
Chapitre 9 : La communauté de tous les vivants
Les deux côtés de l’apocalypse
Une nouvelle diplomatie
Le mythe et l’histoire
Chapitre 10 : Faire monde au temps des cyborgs
Être ambivalent
Fusionner
Conclusion
Remerciements
Index.

acheter ce livre

Evelien Chayes (dir.), Renaissance et ascensions de l’âme. De la lanterne à la lune, de la lune au soleil

Classiques Garnier - Août 2019


Les essais de ce recueil étudient les différentes représentations de l’ascension de l’âme dans des sources anciennes, médiévales et pré-modernes. Ce livre forme un répertoire détaillé des manières dont ont été imaginées à travers les siècles les vacations de l’âme après sa séparation du corps.


TABLE DES MATIÈRES

Evelien Chayes : Introduction

Laurent Lavaud : Initiation mystique et ascension philosophique. De Platon à Plotin

Ana Palanciuc : L’iconographie byzantine de la Dormition de la Vierge. Une controverse balkanique sur l’ascension de l’âme

Sophie Delmas : L’ascension de l’âme après la mort chez quelques maîtres
en théologie du XIIIe siècle 

Margherita Belli : Neoplatonismo per adolescenti in alcuni commenti
alla Philosophiæ consolatio di Severino Bœzio (1456-1656)

Natasha Constantinidou : Popularising the Classics.The Soul and its Ascent in Pierre Charron’s
De la Sagesse, Trois Livres (1601-1607)

Christophe Poncet : En montant l’échelle des philosophes. Marsile Ficin et la vision des Idées 

Daniel Rakovsky : Une ascension sans élévation. La distinction symbolique entre l’œil gauche et l’œil droit
dans le portrait de la Renaissance

Moshe Idel : Ascensions de l’Âme dans la Kabbale de Safed


acheter ce livre

dimanche 25 août 2019

S. Conte, A. Oïffer-Bomsel, M.-E. Cantarino-Suñer (dir.) : Boèce au fil du temps. Son influence sur les lettres européennes du Moyen Âge à nos jours

Classiques Garnier - Août 2019


Référence essentielle depuis le Moyen Âge pour les intellectuels européens, l’œuvre de Boèce contribua à l’universalisation des savoirs. Ce volume collectif met en lumière l’héritage culturel de ce grand classique de l’Antiquité, figure exemplaire de l’éclectisme scientifique.


acheter ce livre

Ludger Schwarte : Philosophie de l'architecture

La découverte - Août 2019


Au-delà des théories classiques dont il retrace l'histoire de façon érudite, cet essai novateur propose une philosophie politique de l'architecture, conçue comme un art de la construction des possibles. Là où Michel Foucault étudiait l'architecture en tant que technologie de pouvoir, Ludger Schwarte tente à l'inverse de cerner son rôle dans les mouvements d'émancipation.

Au-delà des théories classiques dont il retrace l'histoire en remontant à Platon ou à Vitruve, cet essai novateur propose une philosophie politique –; et non pas simplement esthétique ou symbolique –; de l'architecture. 
Partant du constat que la Révolution française s'est déroulée dans des rues et sur des places qui avaient été construites moins d'un siècle auparavant, et que les masses révolutionnaires n'auraient pas pu se rassembler si ces nouveaux espaces publics n'avaient pas existé, il s'interroge sur les conditions architecturales de la démocratie : quels types d'espaces rendent possibles ou impossibles certains types d'actes ou d'événements ? Où l'on apprend que le cours de l'histoire dépend de la construction de l'espace... 
Là où Michel Foucault avait étudié l'architecture en tant que technologie de pouvoir, Ludger Schwarte tente de cerner son rôle dans les mouvements d'émancipation. Si l'on conçoit les espaces publics comme des théâtres de l'action collective, alors la question est de savoir si leur configuration permet des interactions événementielles, des expérimentations créatrices. En ce sens, tout espace public authentique est fondamentalement anarchique.

Ludger Schwarte est professeur de philosophie à la Kunstakademie de Düsseldorf. Il a publié de nombreux ouvrages sur la philosophie de l'architecture, la philosophie politique, la théorie de l'image, l'histoire des sciences et l'esthétique.

acheter ce livre

Alain Juranville : La fin de l'histoire. Epiphanie des religions

Parole et silence - Août 2019 - Signatures


L'intention est de montrer la portée décisive, pour le monde actuel comme fin de l'histoire, de toutes les grandes religions, au premier chef du judéo-christianisme. Et de montrer cela en faisant, de l'acte qu'accomplit le psychanalyste avec l'analysant, le modèle de l'accomplissement de l'acte historique qu'a engagé la philosophie depuis les Grecs et qui vise à l'institution de la société juste. On part de l'acte qu'accomplit le psychanalyste en libérant le sujet individuel et en lui permettant de devenir individu véritable (chap. I). De là on envisage l'obstacle auquel s'est heurtée la philosophie quand elle a voulu, depuis son commencement en Grèce, instituer, c'est son acte à elle, la société juste où l'individu ait toute sa place ― obstacle qui est l'entraînement du sujet social, du peuple, au mal social irréductible (pulsion de mort), à la violence sacrificielle empêchant l'individu d'advenir (chap. II). On établit ensuite que cet acte s'accomplit aujourd'hui, quand la philosophie en est venue à affirmer, outre l'existence proclamée depuis Kierkegaard, l'inconscient introduit par Freud (chap. III). On voit alors que la philosophie ne peut pas, par elle seule, faire admettre un tel accomplissement au sujet social (chap. IV). On soutient que cela ne lui est possible que dans la mesure où elle reconnaît, la déployant en rationalité pure, la vérité première de la révélation par laquelle l'homme est appelé à devenir individu (c'est ce qu'impliquent les commandements du Sinaï) et par laquelle Dieu se donne dans sa vérité trinitaire (chap. V). On conclut en montrant que cette révélation, qui est théologiquement celle du christianisme, doit commencer par le judaïsme et s'achever par l'islam, chacune des religions révélées ayant sa légitimité, comme, à partir de là, chacune des grandes religions humainement instituées (chap. VI).

Ancien élève de l'Ecole Normale Supérieure de la Rue d'Ulm, agrégé de philosophie, Docteur d'Etat, Alain Juranville a été maître de conférences de philosophie moderne et contemporaine à l'Université de Rennes 1. Il est également psychanalyste.

acheter ce livre

samedi 24 août 2019

Jean-Louis Bianco, Latifa Ibn Ziaten, Razika Adnani : Laïcité et islam, mission impossible ?

Nouvelles éditions de l'Aube - Août 2019


Dans une société marquée par le communautarisme, le terrorisme, le rejet de l'autre, la laïcité est un enjeu sans être une solution en soi. Pire, elle exacerbe souvent les tensions quand elle se substitue à une forme d'identité nationale, de repli, de refus de l'autre. Et le titre de l'ouvrage pose le problème qui est souvent avancé dès que l'on parle de cette laïcité à laquelle on oppose fréquemment l'islam. Au-delà des fondements et des réalités de ce concept républicain, y est abordé son difficile rapprochement avec l'islam pour qui le terme même de laïcité n'existe pas : ni dans la langue, ni dans la religion... Ce livre nous propose un voyage en laïcité concrète et vécue avec trois spécialistes de la question qui se répondent sans jamais s'affronter mais posent des problèmes d'hier, d'aujourd'hui et de demain.

Razika Adnani est philosophe, islamologue et conférencière. Elle est membre du Conseil d'orientation de la Fondation de l'Islam de France. Jean-Louis Bianco, ancien ministre, est président de l'Observatoire de la Laïcité. Latifa Ibn Ziaten, dont le fils fut assassiné par Mohamed Merah en 2012, a fondé l'Association Imad Ibn Ziaten pour la jeunesse et la paix.

acheter ce livre

Edouard Jolly ; Étranger au monde. Essai sur la première philosophie de Günther Anders

Classiques Garnier - Août 2019


Cet ouvrage propose une pensée critique adaptée à la compréhension du nihilisme, tenant compte de l’étrangeté fondamentale de toute présence humaine à partir de l’instabilité de son « être » et de l’artificialité de son « avoir », véritables pierres angulaires de la première philosophie d’Anders.


acheter ce livre

Didier Cahen : Trois pères. Jabès, Derrida, Du Bouchet

Editions Le Bord de l'eau - Août 2019 - Collection : Nouveaux classiques


Le parcours initiatique d'un jeune écrivain à travers les relations tissées avec Jabès, Derrida, du Bouchet, dans les années 1970 et au-delà... en insistant sur la rencontre et sur la filiation. Né en 1950 dans une famille juive dite "assimilée", fanatique de rock, l'auteur découvre par hasard les grands critiques d'alors, alors qu'il se destinait à un travail de journaliste musical. La lecture de Derrida l'ouvre à un monde insoupçonné : à la jointure de la pensée et du judaïsme. Derrida lui fait découvrir Jabès, la poésie et le Livre. "Je les ai très vite rencontrés et aimés ; la part de l'aventure humaine est indissociable du chemin d'écriture qui a alors commencé." Il rencontre André du Bouchet à l'occasion de l'enregistrement du Bon plaisir pour France Culture où il travaille comme producteur. L'oeuvre de du Bouchet devient une source de réflexion inépuisable sur la poésie. Il s'agit donc de trois portraits de "pères spirituels", trois grandes figures, poètes, penseurs et juifs à des degrés divers. La dimension biographique et littéraire l'emporte clairement sur la part critique. L'ouvrage a cependant des visées "pédagogiques", à tout le moins l'envie de rendre accessible des auteurs réputés difficiles. L'ambition de ce livre est de mieux nommer une aventure quasi spirituelle et de faire aimer ces "figures paternelles".

Didier Cahen est n2 à Paris en 1950. Son travail se partage entre la poésie et les essais consacrés à des penseurs et poètes de notre modernité (Jabès et Derrida d'abord, dont il fut proche). Il tient actuellement une chronique de poésie mensuelle dans Le Monde des livres, TransPoésie.

acheter ce livre

vendredi 23 août 2019

Marco Jean : Penser la laïcité avec Habermas. La place et le rôle de la religion dans la démocratie selon Jürgen Habermas

Hermann - Août 2019


Jürgen Habermas a sans contredit marqué la philosophie contemporaine. Défenseur d’une éthique de la discussion, il a lui-même sans cesse poursuivi un dialogue avec des théoriciens de divers horizons. Ces dernières décennies, il a accordé une attention toute particulière à la démocratie et à la religion. C’est à partir de sa réflexion sur ces thèmes, mais aussi d’écrits d’autres penseurs, que l’auteur dégage un cadre théorique et normatif permettant de penser la place et le rôle de la religion dans les démocraties libérales d’aujourd’hui. Le pluralisme des valeurs et des convictions étant devenu une caractéristique de notre époque, il importe en effet d’aménager celui-ci de manière juste. Cherchant à éviter les écueils du laïcisme et du communautarisme, l’auteur mobilise ici la philosophie morale et politique contemporaine, en particulier les travaux de Jürgen Habermas, pour définir les principes constitutifs et les conditions de réalisation d’une laïcité « bien comprise ».

Marco Jean a étudié la philosophie et la science politique à l’Université de Sherbrooke avant d’obtenir un doctorat en sciences des religions de l’Université du Québec à Montréal. Il est professeur de philosophie au cégep de Saint-Laurent (Montréal) depuis 2011.

acheter ce livre

François Jullien, Nicolas Truong, Pascal Lemaître : Pourquoi il ne faut plus dire "je t'aime"

Coédition Editions de l'Aube - Août 2019 - Monde des idées


Il faut casser cette image de l'amour-passion comme grand embrasement qui retombe en cendres, s'écarter de l'amour comme désir de possession qui, une fois qu'il a atteint sa satisfaction, se transforme fatalement en déception. Voilà ce que nous dit François Julien, qui plaide pour le concept d'intime. Si l'amour est équivoque, l'intime, lui, est ambigu. Dire je t'aime, c'est faire de l'autre un objet, quand dire je suis intime avec toi, c'est défaire l'isolement des sujets. De ce décalage entre l'image commune et passionnelle et celle à rapprocher de la notion d'intime, quelle pensée de l'amour peut-on dégager ? Une passionnante réflexion sur ce qu'est vivre.

François Jullien, philosophe, helléniste et sinologue, a déployé son travail entre les pensées de la Chine et de l'Europe. Il en a développé une réflexion interculturelle ainsi qu'une philosophie de l'existence. C'est l'un des penseurs contemporains les plus traduits dans le monde. François Jullien répond dans cet ouvrage à Nicolas Truong, journaliste au quotidien Le Monde. Pascal Lemaître est illustrateur.

acheter ce livre

jeudi 22 août 2019

Jérôme Lagouanère (dir.) : La Naissance d’autrui, de l’Antiquité à la Renaissance

Classiques Garnier - Août 2019


Le présent volume montre, en croisant philosophie, histoire et littérature, comment l’Antiquité païenne et chrétienne a pensé la notion d’autrui et étudie quel a été l’héritage de cette double tradition philosophique et chrétienne au Moyen Âge et à la Renaissance.


acheter ce livre

Christian Godin : La haine de la nature

Champ Vallon Editions - 22 août 2019 - Collection : L'esprit libre


L'amour de la nature, l'intérêt pour la nature, la joie éprouvée en présence des paysages et des êtres de la nature font partie des présupposés courants jamais remis en question. Notre civilisation est bien plutôt marquée par la haine de la nature. De la construction des villes à l'édification des corps, le monde de la technique est une véritable entreprise d'anéantissement. Les difficultés auxquelles aujourd'hui se heurtent les politiques environnementales, les échecs récurrents des conférences internationales ne peuvent être compris si ce fait est oublié. Les orientations "vertes" du capitalisme actuel ne sont que des ruses pour faire triompher l'artifice. Elles ne font que nous éloigner davantage du sens de la nature - désormais perdue. La catastrophe systémique qui a commencé a proprement valeur apocalyptique, de révélation. C'est la pulsion de mort qui travaille en silence, jusqu'à sa probable victoire finale.

Christian Godin est philosophe. Il est l'auteur d'une cinquantaine d'ouvrages, dont une encyclopédie philosophique consacrée à l'idée de totalité (La Totalité, Champ Vallon, 7 volumes, 1997-2003) et plusieurs essais qui annoncent les thèmes du présent livre : La Fin de l'humanité (Champ Vallon, 2003), Le Triomphe de la volonté (Champ Vallon, 2007), Le Pain et les miettes (Klincksieck, 2010).

acheter ce livre

mercredi 21 août 2019

Nicolas Poirier : Cornelius Castoriadis. Du chaos naît la création

Editions Le Bord de l'eau - Août 2019 - Collection : La bibliothèque du MAUSS


On reconnait en Castoriadis l'un des principaux penseurs politiques alternatifs contemporains, toujours actuel. Mais on connaît sans doute moins le lien étroit qui existe entre ses analyses politiques et ses prises de position philosophiques. Or, elles s'éclairent réciproquement. Le refus de subordonner la raison pratique à la raison théorique permet à Castoriadis de penser l'idée de création. Sa rupture avec Marx, auquel il reproche son ontologie déterministe, l'amène à repenser l'émancipation politique et sociale à partir de la notion d'imaginaire créateur. Pour bien comprendre cette notion, il faut la confronter avec les conceptions de l'imagination défendues notamment par la phénoménologie, particulièrement Sartre et Husserl. Elle débouche sur le concept de chaos, dont il ressort que l'action humaine repose sur un désordre pour une part irréductible, ce qui explique qu'on ne puisse fonder celle-ci, pas plus que la démocratie, en référence à une légitimité indiscutable. Cherchant à tisser un lien entre la pensée, l'oeuvre et la vie d'un homme engagé dans son temps, ce livre trace un parcours à travers les thèmes centraux de la pensée philosophique et politique de Castoriadis, qu'il met en rapport avec d'autres approches contemporaines : Maurice Merleau-Ponty, Claude Lefort, Richard Rorty, Vincent Descombes, ou encore Michel Foucault à propos de l'éthique du sujet. Un chapitre est également consacré à la place de l'exil dans la vie et la pensée de Castoriadis.

Nicolas Poirier est philosophe. Enseignant et chercheur rattaché au Sophiapol / Paris-Nanterre, il a publié Castoriadis. L'imaginaire radical (Puf, 2004), L'ontologie politique de Castoriadis (Payot, 2011) et Canetti. Les métamorphoses contre la puissance (Michalon, 2017).

acheter ce livre

Alain de Libera, Jean-Baptiste Brenet, Irène Rosier-Catach (dir.) : Dante et l’averroïsme

Les Belles Lettres - Août 2019 - Docet omnia


Dante averroïste ? Le plus grand poète du Moyen Age fut-il le disciple du plus grand philosophe arabe ? La Divine Comédie place Averroès, l'auteur du "Grand commentaire" d'Aristote, en Enfer, et en Paradis son disciple latin Siger de Brabant qui, dans l'actuelle "rue du Fouarre" à Paris, mettait en syllogismes "des vérités importunes". Jugement de Salomon ? Ce volume collectif traite en détail l'un des chapitres les plus controversés de l'histoire comme de l'historiographie de la philosophie et de la théologie médiévales. Revisitant les textes philosophiques et poétiques de Dante, de la Vita nova au Convivio, au De vulgari eloquentia et à la Monarchia, examinant les productions et les thèses de ses contemporains, interlocuteurs, amis et adversaires, médecins, philosophes et poètes, rappelant et discutant les thèses de ses lecteurs anciens et modernes, les meilleurs spécialistes des domaines concernés, philosophes et italianistes, dressent le bilan de deux siècles d'études sur Dante, mais aussi sur Cavalcanti et sur l'averroïsme latin. Suivant trois grands axes, le langage et la pensée, les émotions, la politique, c'est au coeur de l'histoire et de la culture européennes, à Paris, à Florence, sur les routes de l'exil, que les contributions ici rassemblées plongeront lectrices et lecteurs amoureux de Dante, de l'Italie et de la littérature.

acheter ce livre

vendredi 16 août 2019

Sébastien Neuville : Philosophie du droit

Dalloz - Août 2019


L'objectif de ce livre est de ne pas restreindre la philosophie du droit à la seule étude de la loi et de la justice. Le droit s'intéresse aussi à l'anthropologie et à la cosmologie (lorsqu'il envisage l'opposition classique entre les personnes et les choses) et à toute une série de notions que les philosophes ont développées : la raison ou la volonté, la vérité, la force, le devoir ou le pouvoir, le progrès, la dignité ou la prudence, la conscience, le corps, le doute ou l'égalité, l'interprétation, la parole, l'obligation ou le respect, l'obéissance, la propriété ou le travail, le sujet, le temps, la vie ou la violence. Sans une perspective historique, la philosophie et le droit perdent tout leur sens. Ainsi, partant d'Athènes, puis de Jérusalem, le plan de cet ouvrage a ensuite pour but de montrer les différentes synthèses entre ces deux traditions. La Renaissance apporte les premiers bouleversements, laquelle est suivie par la Modernité qui ébranle les fondations classiques. Puis deux tendances se présentent qui correspondent à l'Idéalisme et au Positivisme. Depuis lors, la philosophie du droit est confrontée à de nouveaux défis : 1) Elle ne peut plus être limitée à une approche purement occidentale. 2) La société s'est élargie, ce qui n'exclut pas une fragmentation, tout en étant affectée par la numérisation. 3) L'humain est concurrencé par l'animal ou le robot ; la différence sexuelle est questionnée par les réflexions sur le genre ; et la fragilité de la vie est manifeste. Ainsi, après des décennies où la technique a triomphé dans tous les domaines, l'humanité est désormais en quête de sens. Les juristes aussi veulent mieux comprendre leur discipline, la place qu'elle occupe dans la société et le rôle qu'ils ont à y jouer. L'ouvrage propose des références bibliographiques et des textes pour approfondir la matière. Ce livre est destiné aux étudiants de licence, master et doctorat, ainsi qu'à tout juriste qui désire mieux comprendre le droit et ses origines philosophiques.

Sébastien NEUVILLE est professeur des universités. Il enseigne à l'Université Toulouse Capitole (EA 1920) et à l'Institut d'études politiques de Paris. Il a aussi été invité à New York (Columbia University), Pékin, Buenos Aires, Abidjan, Varsovie et Gdansk.

acheter ce livre

jeudi 15 août 2019

Marc Guillaume : La philosophie poétique de Jean Baudrillard

Descartes & Cie - 15 août 2019


Les textes qui composent cet ouvrage sont construits autour de six mots de passe : disparition, destin, réel, jeu, valeur, altérité. Ils s'inscrivent dans la perspective de protéger la singularité d'une pensée. Le souci, en conséquence, de ne pas chercher à traduire en revenant à du familier, comme on l'a fait trop souvent. Chercher au contraire à faire saillir la singularité, donner à sonder les différences radicales. Tout en s'efforçant quand même d'utiliser ces mots comme des invitations à explorer des voisinages, des affinités ou des oppositions avec d'autres auteurs. Invitation aussi à rester près de Jean Baudrillard en continuant à lire l'actualité en partant du langage qu'il nous propose.

Marc Guillaume a publié des livres portant sur l'économie et la culture. Il a écrit avec Jean Baudrillard Figures de l'altérité, Descartes & Cie, 1994, et contribué au Cahier de l'Herne, 2004, consacré à Jean Baudrillard.

acheter ce livre

Johannes Reinke : Philosophie de la botanique. Suivi de Autobiographie

PU de Montréal - Août 2019


Deux chercheurs passionnés donnent à redécouvrir les textes fascinants, tout juste traduits en français, du botaniste allemand Johannes Reinke (1849-1931). Principalement connu pour ses travaux en phycologie, en physiologie et en biologie, Reinke a aussi écrit le premier livre ayant pour titre Introduction a la biologie théorique (1901), une discipline qu'il considérait comme analogue à la physique théorique. Il s'intéressait également à la politique et à la théologie, ce qu'expliquent bien les auteurs dans l'introduction de cet ouvrage riche de réflexions épistémologiques et historiques tant sur l'homme que sur les concepts qui tenaient lieu de pensée biologique à la fin du XIXe siècle. Ce livre, constitué dans sa partie la plus volumineuse des écrits de Reinke ― qui ne cessa de chercher à établir un lien entre sa pensée scientifique et sa pensée théologique pour parvenir à une conception unifiée du monde ―, sera d'un grand intérêt pour les lecteurs francophones férus de botanique, d'histoire et de philosophie. L'autobiographie de Reinke, illustrant son cheminement et ses préoccupations de croyant, aidera à mieux appréhender les concepts clés de sa philosophie.

Introduction et notes de Hildegund Janzing et Alain Cuerrier

Denis Barabé est chercheur émérite à l'Institut de recherche en biologie végétale et professeur associé à l'université de l'Ile-du-Prince-Edouard. Alain Cuerrier est écrivain, chercheur au Jardin botanique de Montréal, à l'Institut de recherche en biologie végétale et professeur associé à l'Université de Montréal

acheter ce livre

samedi 10 août 2019

Revue française d'éthique appliquée 2019/1 (N° 7) : La mort de l’éthique ? La démocratie en jeu

Erès - Août 2019


Page 5 à 6 : Pierre-Emmanuel Brugeron, Sébastien Claeys, Paul-Loup Weil-Dubuc - Présentation | Page 7 à 9 : Hélène L’Heuillet - Que peuvent encore les villes ? | Page 10 à 13 : Valentin Bourdon - Une éthique du projet pour la ville du XXIe siècle ? | Page 14 à 17 : Marianne Auffret - Le parti et le tout | Page 18 à 21 : Christophe Fradier - Urbanisme : une éthique de la complexité ? | Page 22 à 27 : Paul-Loup Weil-Dubuc - Introduction. Les pratiques de l’éthique : un flou nécessaire ? | Page 28 à 42 : Livia Velpry, Pierre A. Vidal-Naquet - Dans l’ordinaire de l’aide et du soin : la prudence éthique | Page 43 à 55 : Raymond Massé - Quelques enjeux de l’institutionnalisation de l’éthique : l’exemple des politiques publiques de santé | Page 56 à 71 : Jean-Pierre Cléro - L’éthique comme diplomatie | Page 72 à 88 : Claire Lobet-Maris, Nathalie Grandjean, Nathan De Vos, Florence Thiry, Pierre Pagacz, Sami Pieczynski - Au cœur de la contrainte : quand l’éthique se fait bricolage | Page 89 à 104 : Gilles Gauthier - Éthique et rationalité. La méséthicisation du débat public | Page 105 à 119 : François Athané - Le bon, le juste et le pathologique. Quelles inégalités de santé sont-elles des injustices ? | Page 120 à 127 : Emmanuel Hirsch - Est-il une éthique du soin de la douleur ? | Page 128 à 135 : Xavier Briffault - Au-delà de la bienveillance | Page 136 à 145 : Côme de Bellescize, Sébastien Claeys, Paul-Loup Weil-Dubuc, Jessica King - Le théâtre, ou l’intelligence des sentiments.

acheter ce livre

mercredi 7 août 2019

Chantal Jaquet : La générosité à l'oeuvre. Hommage à Jean-Marie Beyssade

Classiques Garnier - Août 2019


Les études réunies ici en hommage à Jean-Marie Beyssade s’inspirent de sa recherche selon trois modalités : l’examen des rapports Spinoza/Descartes ou Spinoza/Bergson, l’amplification de ses thèses sur les rapports entre affect et affection, l’étude des concepts de reconnaissance, de préférence, de justification.


acheter ce livre


samedi 3 août 2019

Alkemie 2019, Tome 23 : L'amitié

Classiques Garnier - Juillet 2019


Pierre GARRIGUES, « Argument sur l'amitié » - Roland JACCARD, « La complicité serait-elle supérieure à l'amitié ? » - Emöke SIMON, « Notice d'utilisation d'un(e) ami(e) imaginaire » - Ciprian V¿LCAN, « Le comptable et le sorcier » - Marc DE LAUNAY, « De l'amitié. Dialectique de l'hétérogène » - Odette BARBERO, « Les champs de l'amitié » - Franck COLOTTE, « La philia aristotélicienne. Une tekhnè au service de l'éthique foucaldienne du souci de soi ? » - Joan M. MARÍN, « Poésie et philosophie, une relation inépuisable » - Abdellatif EL AZOUZI, « Dés-amitiés... Le cas de Rousseau » - Fulvio SALZA, Andrea Schellino, « Jung, Aurélia et l'art visionnaire » - Sylvain LOUET, « La voix de l'amitié dans Pour l'exemple. Une reconnaissance de la loi morale intérieure et de la division de la cité » - Marie CÉHÈRE, « Amitié, triangle amoureux et désir mimétique. Que vaut l'amitié face à la passion amoureuse ? » - Lauralie CHATELET, « Le penseur privé au prisme de l'amitié » - Emmanuelle BRUYAS, « Clément Rosset et Emil Cioran, tendre critique » - Mihaela-Gen¿iana ST¿NI¿OR, « Entretien avec José Thomaz Brum » - Jean Marc SOURDILLON, « María Zambrano » - Guillaume SIMON, « Poèmes du bout des doigts » - Sandrine DAVIN, « Poèmes » - Isabelle AUQUIER, « Andreï Gregovski » - Michel LAMBERT, « La maison du dentiste » - Jean Gabriel COSCULLUELA, « Pas d'oubli » - Mihaela-Gen¿iana ST¿NI¿OR, « L'adaptation comme forme de ¿pathologie¿ et de fiction » - Ko IWATSU, « Benjamin Fondane en lettres argentines » - « Mihaela-Gen¿iana St¿ni¿or en dialogue avec Charles Versini » - R¿zvan ENACHE, « L'art de l'émerveillement »

acheter ce livre