vendredi 6 décembre 2019

Louis-Albert Serrut (dir.) : Le cinéma de Jean-Luc Godard et la philosophie

L'Harmattan - Décembre 2019



Jean-Luc Godard a emprunté à la philosophie avant d'être à son tour objet d'études et de colloques. Il s'agit ici de considérer la cinématographie de Jean-Luc Godard comme discours philosophique propre et de comprendre son mode opératoire. Cette proposition est exposée selon quatre approches qui travaillent sur les réalisations du cinéaste, y repèrent l'expression philosophique, en développent la réalité et argumentent ses conditions de possibilité.

Louis-Albert Serrut, auteur et réalisateur, est docteur en sciences de l'Art. Sa thèse, Jean-Luc Godard, cinéaste acousticien. Des emplois et usages de la matière sonore dans ses œuvres, (Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 2010) a été publiée aux éditions l'Harmattan en 2011. Essayiste, romancier, auteur d'ouvrages et d'articles de philosophie politique, il est à l'initiative de la journée d'étude "Le cinéma de Jean-Luc Godard et la philosophie" organisée dans le cadre du Collège international de philosophie.

acheter ce livre

Wang Chong : Balance des discours. Traités philosophiques

Belles Lettres - Décembre 2019 - Bibliothèque chinoise


La Balance des discours (Lunheng) est l'une des grandes sommes philosophiques de la Chine ancienne. Elle consiste en un recueil de 85 traités rédigés par le lettré Wang Chong (27-97 ? ), l'un des principaux penseurs de la dynastie Han (206 av. J.-C.220 apr. J.-C.). Le but avoué de Wang Chong est la "lutte contre l'erreur" : dans ses traités, il s'en prend à toutes sortes de conceptions qui ont cours de son temps, que ce soit les idées de penseurs anciens, l'idéologie officielle de l'Empire ou des croyances plus largement partagées. Dans sa critique, il mobilise, outre son bon sens et ses qualités d'observation, une immense érudition, multipliant les arguments et les exemples, ce qui fait de la Balance des discours non seulement une oeuvre philosophiquement importante en tant que telle, mais aussi une véritable encyclopédie des savoirs de la Chine ancienne. La présente anthologie propose la traduction de vingt traités importants d'un point de vue philosophique. Wang Chong y aborde des questions centrales de la pensée chinoise ancienne, comme celle de la nature humaine ou de la destinée. Il traite de toutes sortes d'histoires et légendes rapportées par les anciens textes, n'hésitant pas à les critiquer même lorsqu'elles peuvent se réclamer de l'autorité des plus grands auteurs ; il se permet d'ailleurs de mettre en doute l'infaillibilité des Classiques du confucianisme eux-mêmes. Il s'en prend nommément à quelques-uns des penseurs de l'époque pré-impériale, et à Confucius lui-même, en des termes sévères, dans un traité, "Questions à Confucius", qui valut à Wang Chong d'être sévèrement condamné plus tard par les confucianistes bien-pensants.

Traduction de Nicolas Zufferey

acheter ce livre

Marie-Hélène Parizeau et Kash Soheil (dir.) : La société robotisée. Enjeux éthiques et politiques

Hermann - Janvier 2019


Mobiles, interactifs, capables de communiquer, les robots peuvent-ils pour autant « penser » ou prendre des décisions à la place des humains ? Faut-il les considérer comme des agents moraux ayant une « autonomie » ou leur donner un statut juridique particulier ? Qui est alors responsable de leurs actions – le concepteur informaticien, le fabricant industriel, l’usager consommateur ? Pour quelles finalités tous ces robots sont-ils conçus ?
Depuis peu, le public a découvert comment des robots pouvaient remplacer l’être humain dans un nombre croissant d’activités économiques, sociales et politiques. Les robots-drones sont utilisés dans les conflits armés ou encore dans des contextes non armés pour la surveillance ou l’assassinat ciblé. Des robots aux formes androïdes ont fait leur apparition dans le domaine de la santé et du bien-être. Dans les hôpitaux, des robots opèrent sous la direction du chirurgien, d’autres robots aux formes animales deviennent des « compagnons » pour les personnes âgées. Dans des écoles, des robots sont utilisés par des enseignants pour l’apprentissage des langues ou des matières scientifiques. Dans des maisons, des robots de service aspirent la poussière des tapis tandis que des jouets-robots s’occupent des enfants. Dans le domaine de l’agriculture, des robots traient les vaches et nettoient l’étable. Dans les usines, les robots accélèrent la productivité et l’efficacité de la production industrielle.
Tous ces robots qui remplacent les êtres humains dans des tâches devenues « robotisables » font-ils de notre société « une société robotisée » ? Tant par la réflexion théorique qu’à l’aide d’exemples précis, cet ouvrage multidisciplinaire examine comment les robots modifient la qualité de nos relations humaines, en quoi ils transforment certaines valeurs fondamentales comme la liberté et l’égalité, ou encore de quelle façon ils entraînent des changements sociaux et culturels, par exemple dans nos relations aux animaux ou à l’environnement.

Marie-Hélène Parizeau est professeure titulaire à la Faculté de philosophie de l’Université Laval (Québec). Elle dirige depuis 2003 la Chaire de Recherche du Canada en bioéthique et en éthique de l’environnement.
Kash Soheil est philosophe. Il a été professeur à la Faculté de droit, sciences politiques et administratives de l'Université libanaise à Beyrouth. Il est professeur associé à la Faculté de philosophie de l'Université Laval à Québec.

acheter ce livre

mercredi 4 décembre 2019

Jean Barbier : L'alternance féconde. Une philosophie de la contemplation et de la création

Les éditions du Cerf - Décembre 2019


Comment vivre dans la joie ? Pour répondre à cette question cruciale, deux modèles se sont souvent affrontés : l'existence joyeuse a été conçue comme une vie contemplative ou bien comme une vie créatrice. Entre le repos contemplatif et l'acte créateur, de nombreux penseurs nous ont condamnés à faire un choix. Pourtant la créativité ne trouve-t-elle pas sa source d'inspiration dans la contemplation ? Le philosophe et l'artiste s'émerveillent face à la beauté du monde et cet émerveillement a suscité le désir de créer une oeuvre. Quant à la personne charitable qui crée de nouvelles relations avec les plus démunis, elle contemple leur malheur puis leur renaissance. Sur le plan du vrai (la philosophie), du beau (l'art) et du bien (la charité), attitude contemplative et démarche créatrice sont intimement liées. Nous avons ainsi étudié cinq auteurs qui ont pressenti la nécessité de penser ensemble contemplation et création (Schiller, Jacques Maritain, Bergson, Luigi Pareyson et Simone Weil) avant de proposer une thèse plus personnelle : contemplation et création forment deux pôles entre lesquels se joue une alternance féconde. Deux pôles entre lesquels la vie oscille, s'inscrivant dans une dynamique de progrès et s'élevant vers des joies toujours plus grandes.

Docteur en philosophie, Jean Barbier enseigne à la fois en lycée et à l'université catholique de Lyon.

acheter ce livre

Jean-Michel Le Lannou : Voir infiniment. Malevitch, Klein, Soulages

Hermann - Décembre 2019


La production de passivité qu’est la « phénoménologie » ne s’élucide pas d’elle-même. Elle ne réfléchit ni le statut, ni la provenance de la passivisation à laquelle elle œuvre. D’où provient ce désir de passivité ? À qui est-il indispensable d’identifier la réalité à la passivité ? Qui exige cette assimilation, quels effets en attend-il ? Qui veut l’être comme impuissance ?
L’idéalisme radical, se libérant de cette servitude, reconnaît la force du désir de passivité qui opère en nous. Contre « l’évidence » en laquelle celui-ci se présuppose à l’origine de toute pensée, nous n’accèderons à sa vérité qu’en défaisant son initiale domination. Comment donc parvenir à ne plus aimer la passivité ? Comment la pensée parvient–elle à ne plus s’identifier à cette absurde opération de passivisation ? Comment se libérer enfin de l’amour de l’impuissance ? Telle est l’interrogation de ce livre.

Jean-Michel Le Lannou est philosophe. Il est l’auteur de nombreux livres et publications, dont La puissance d’être (2016).

acheter ce livre

mardi 3 décembre 2019

Léon Dumont : De l'habitude et du plaisir

Classiques Garnier - Novembre 2019 - Textes de philosophie


Dans la perspective physiologiste d’une réification du sentiment, Léon Dumont propose une théorie scientifique de la sensibilité, qu’il conjugue au darwinisme pour expliquer la pluralité des habitudes en lutte ou en alliance dans les corps et les pensées, poursuivant le but du corps : le plaisir.


acheter ce livre


lundi 2 décembre 2019

Xavier Lambert : Emotion, cognition, et création artistique

L'Harmattan - Décembre 2019


Cet ouvrage propose de s'interroger sur l'articulation qui peut exister entre l'émotion que provoque la création artistique, tant du point de vue des processus de création que de celui de la réception, et les dispositifs de cognition. Il part du constat que la création artistique, dans son articulation avec l'émotion esthétique, est un processus complexe, sur lequel il n'existe pas de consensus, et dont les approches scientifiques semblent insuffisamment pertinentes. L'enjeu est d'analyser la façon dont les pratiques artistiques, aussi bien dans leur processus de création que dans leur dispositif de réception, reposent sur des constructions cognitives singulières et en quoi ces constructions, dans leur singularité, contribuent aux constructions du monde.

Xavier Lambert est professeur des universités en arts plastiques à l'université Jean Jaurès de Toulouse. Il est responsable de l'axe de recherche « Poïétiques plastiques et technologies de l'émergence » au sein du LARA-SEPPIA. Ont collaboré à l'ouvrage : Frédéric Darbellay, Xavier Lambert, Marion Laval-Jeantet, Gregory Chatonsky, Camille Prunet, Christian Xerri, Heidi Charvin, Olivier Auber, Khaled Abida, Jean-Pierre Balpe, Hervé Fischer.

acheter ce livre

dimanche 1 décembre 2019

Martin Heidegger : Méditation

Gallimard - Novembre 2019 - Bibliothèque de philosophie



Rédigé à la suite des Apports à la philosophie à la fin des années 1930, le texte publié sous le titre Méditation est une pièce maîtresse du chemin sur lequel Heidegger s’est engagé après ce qu’il est convenu d’appeler le «tournant». La question de l’Être reste la question centrale, mais elle est abordée ici dans une perspective originale, celle de l’histoire de l’Être. Méditation met au jour les présupposés philosophiques de la modernité, qui sont aussi et plus généralement ceux de la pensée occidentale depuis son commencement grec, et au premier rang desquels figure la Machenschaft, la fabrication. On voit en même temps se mettre en place les thèmes qui prendront une importance de plus en plus grande dans l’œuvre heideggerienne, comme la question de la technique ou de la structure quadripartite du monde où se croisent le ciel et la terre, les divins et les mortels. À travers toutes ces analyses, Heidegger entend œuvrer au dépassement de la métaphysique et préparer l’avènement de l’autre commencement, un commencement promis à la pensée depuis son premier matin mais qu’elle a manqué sans le savoir ni le vouloir. Cette préparation est en même temps celle de la décision de se mettre à l’écoute de l’Être. Cette décision cependant ne peut pas être entièrement la nôtre, elle est d’abord et avant tout celle de l’Être lui-même qui peut seul nous permettre d’entrer en possession de notre propre Être.

acheter ce livre


Sophie-Jan Arrien, Jean-Sébastien Hardy, Jean-François Perrier (dir.) : Aux marges de la phénoménologie. Lectures de Marc Richir

Hermann - Novembre 2019 - Rue de la Sorbonne


L’œuvre de Marc Richir, riche et polyphonique, nous lègue un ensemble complexe d’analyses, de propositions et de concepts qui puisent tant dans la tradition philosophique que dans les sciences exactes, l’anthropologie, l’esthétique et la pensée politique, créant entre ces discours autant d’intersections inédites opérées en régime phénoménologique. En chacun de ces croisements, l’œuvre de Richir appelle à être examinée, déchiffrée et éclairée à partir de perspectives inédites que lui-même a rendu possible. L’immensité du corpus richirien invite à travailler autant aux marges de la phénoménologie husserlienne qu’aux marges de sa phénoménologie, à travers ses dialogues, ses obsessions et ses ambitions, afin de mieux ressaisir en elles la vivacité et l’originalité des phénomènes.

acheter ce livre

Alberto Romele : Digital Hermeneutics. Philosophical Investigations in New Media and Technologies

Routledge - Octobre 2019 - Routledge Studies in Contemporary Philosophy


This is the first monograph to develop a hermeneutic approach to the digital—as both a technological milieu and a cultural phenomenon. While philosophical in its orientation, the book covers a wide body of literature across science and technology studies, media studies, digital humanities, digital sociology, cognitive science, and the study of artificial intelligence.

In the first part of the book, the author formulates an epistemological thesis according to which the “virtual never ended.” Although the frontiers between the real and the virtual are certainly more porous today, they still exist and endure. In the book’s second part, the author offers an ontological reflection on emerging digital technologies as “imaginative machines.” He introduces the concept of emagination, arguing that human schematizations are always externalized into technologies, and that human imagination has its analog in the digital dynamics of articulation between databases and algorithms. The author takes an ethical and political stance in the concluding chapter. He resorts to the notion of "digital habitus" for claiming that within the digital we are repeatedly being reconducted to an oversimplified image and understanding of ourselves.

Digital Hermeneutics will be of interest to scholars across a wide range of disciplines, including those working on philosophy of technology, hermeneutics, science and technology studies, media studies, and the digital humanities.

acheter ce livre

samedi 30 novembre 2019

Mathilde Lequin : Bipédie et origines de l'humanité. Philosophie et histoire de la paléoanthropologie

Hermann - Novembre 2019


« Nous étions préparés à tout admettre sauf d’avoir débuté par les pieds », écrivait en 1964 le préhistorien André Leroi-Gourhan. De nombreuses découvertes fossiles ont depuis permis de dépeindre nos lointains ancêtres comme des bipèdes à petit cerveau, et même d’envisager une bipédie vieille de plusieurs millions d’années, qui aurait évolué sous diverses formes dans la lignée humaine. Si la paléoanthropologie a été encore peu explorée par la philosophie, les questions sont nombreuses. L’humain n’est-il qu’un singe dressé sur ses deux pieds ? La bipédie est-elle au contraire un ultime « propre de l’homme » ? Comment notre ancestralité est-elle reconstruite à partir de traces fragmentaires ? Quel sens donner à la quête de nos origines ? Telles sont les questions creusées dans ce parcours philosophique qui conduit de Platon aux plus récentes découvertes fossiles de la paléoanthropologie.

Ancienne élève de l’École normale supérieure et docteure en philosophie des sciences, Mathilde Lequin a enseigné la philosophie à l’université Paris Nanterre et à l’université Toulouse II Jean Jaurès.

acheter ce livre

vendredi 29 novembre 2019

Luca Salza et Orgest Azizag (dir.) : Orient, orientation, désorientation, réorientation

Mimesis - Décembre 2019


S'il apparaît qu'apprendre à s'orienter dans la pensée (dans le monde, dans le présent, dans l'histoire, dans la vie...) est une question philosophique de première importance - de quel Orient cette activité conserve-t-elle la mémoire ? Car, cela est attesté par Kant, c'est à partir de l'Orient que nous nous orientons. Une évidence solidement enracinée dans l'étymologie : Orient, du latin oriens : là où le soleil se lève. Ce qui va donner orientalis, oriental puis orienter, orientation, désorientation et, enfin, orientaliste, orientalisme... C'est cette riche et contradictoire descendance que cet ouvrage collectif va soumettre au regard des ses auteurs, provenant des horizons les plus divers ... car l'Orient s'est progressivement établi comme un topos associé à la perte des repères, voire à la perdition, à des formes d'altérité dont le propre est, précisément, de désorienter.

acheter ce livre

Pauline Pujo (dir.) : L'Innovation pédagogique des Lumières

PU de Bordeaux - Décembre 2019 - Lumières


Par l'ouverture à un nouvel horizon d'attente tourné vers l'avenir, l'affirmation des droits naturels face aux dominations héritées du passé, de la primauté de l'acquis sur l'inné, les Lumières apparaissent aujourd'hui comme le moment fondateur d'une nouvelle pédagogie émancipatrice : nouvelle par ses finalités, ses acteurs et ses méthodes, nouvelle également parce qu'elle prépare l'avènement d'un monde nouveau. C'est pourquoi ce numéro interroge la notion d'innovation en pédagogie à la fois comme créativité théorique et comme démarche concrète s'inscrivant dans des contextes pédagogiques, politiques, nationaux ou encore sociaux bien précis. Se pencher sur l'héritage des Lumières dans sa diversité, du XIXe au XXIe siècle, invite ainsi à une réflexion sur les usages de cette notion pour l'histoire de la pédagogie. L'originalité du dossier thématique tient à 2 traits : - C'est un dossier sur l'innovation en matière pédagogique (idées, méthodes, expérimentations) et non un énième volume sur l'éducation à l'époque des Lumières. - C'est un dossier qui montre l'héritage des idées des Lumières jusqu'à nos jours et a donc un enjeu important dans nos débats contemporains sur les modèles éducatifs

Pauline Pujo est enseignante en classes préparatoires au lycée Saint-Sernin à Toulouse et docteure des universités Sorbonne Université et Potsdam. Son ouvrage Transmettre l'histoire pour former les citoyens : écriture et réécriture des livres d'histoire pour la jeunesse dans l'espace germanophone et en France (1760-1800) va paraître en 2019 aux Presses universitaires de Bordeaux.

acheter ce livre

Antoine Daratos et Paul Walter (dir.) : Penser l’évolution. Nietzsche, Bergson, Dewey

Vrin - Décembre - Annales de l’institut de philosophie de l’université de Bruxelles


Ont collaboré à ce volume : A. Daratos, D. Debaise, Ch. J. Emden, L. Lawlor, P.-A. Miquel, T. Pearce, T. Posteraro, W. Stegmaier, B. Stiegler

Par-delà leurs différences, Nietzsche, Bergson et Dewey accordent une importance stratégique majeure à l’évolution du vivant. Très tôt, ils cherchent à exploiter l’ensemble des potentialités qui pourraient découler de la révolution darwinienne. Sans hésiter à intervenir et à prendre parti dans les débats biologiques de leur temps, ils s’appuient sur ceux-ci pour nourrir leurs propres entreprises philosophiques. L’évolution des espèces devient chez eux le moyen de repenser celle de la réalité dans son ensemble, d’initier de nouvelles relations aux sciences, de restaurer la force de proposition de la philosophie et de mettre celle-ci au service de l’action et de l’expérimentation. C’est cette double relation – dialogue avec le darwinisme et les sciences du vivant, usages philosophiques de l’évolution biologique – que les contributions qui forment cet ouvrage se proposent d’explorer.

acheter ce livre

mardi 26 novembre 2019

Simone Weil : Écrits de New York et de Londres (1942-1943). Œuvres complètes (Tome 5 Volume 1)

Gallimard - Novembre 2019


Ce volume reproduit les textes composés par Simone Weil dans la dernière année de sa vie, parallèlement à L’Enracinement, entre juillet 1942 et sa mort le 24 août 1943. Le 14 mai 1942, Simone Weil et ses parents embarquent à Marseille pour Casablanca, puis New York, où ils arrivent le 6 juillet. À côté d’articles destinés à informer le public américain sur les problèmes français, qu’elle ne parviendra pas à publier, Simone Weil poursuit sa réflexion sur les sujets philosophiques ou spirituels qui la préoccupaient à Marseille. Elle donne lieu à deux textes importants, Israël et les «Gentils» et la Lettre au père Couturier. Le premier développe son projet de «purger» le christianisme de ses références hébraïques, en promouvant au contraire sa composante hellénique. Le second expose les pensées que Simone Weil déclare porter en elle depuis des années et qui font obstacle à son adhésion à l’Église. Ayant installé ses parents aux États-Unis, Simone Weil quitte New York pour Londres, qu’elle rejoint le 14 décembre 1942. Elle devient «rédactrice» dans les services de la France Libre. En dépit de leur caractère conjoncturel, lié aux circonstances de la guerre, les écrits de cette période esquissent «les grandes lignes d’une doctrine», comme l’avait justement souligné Simone Pétrement. Qu’il s’agisse de sa fameuse Note sur la suppression générale des partis politiques, de ses réflexions sur la nature de la guerre, sur la question coloniale, sur le statut de la minorité juive ou sur la constitution à envisager pour l’après-guerre, ils témoignent de son souci constant de redonner une inspiration spirituelle à la politique. En quoi ils rejoignent les thèmes de L’Enracinement.

acheter ce livre

Cahiers Philosophiques, 158 (3/2019) : Les limites du langage

Vrin - Novembre 2019


Quel sens y a-t-il à parler des « limites du langage » dès lors qu’on reconnaît qu’il est impossible de circonscrire a priori ce qui peut être dit par un locuteur dans une langue donnée? L’expérience d’une impossibilité de parler ou de dire certaines choses est pourtant ordinaire. Mais c’est plus encore la possibilité de produire des énoncés dénués de sens, de croire dire quelque chose et de n’en rien faire, qui manifeste les contraintes grammaticales inhérentes à nos différents usages du langage.
Les articles de ce numéro s’inscrivent dans le sillage des analyses de Wittgenstein et explorent sous divers angles le vaste domaine de « ce qui ne peut être dit ».
À cet ensemble s’ajoute la traduction inédite d’un texte d’Elizabeth Anscombe intitulé « La question de l’idéalisme linguistique ».

Anaïs Jomat, Jeanne-Marie Roux, Ghislain Casas et David Lemler (coord.)

acheter ce livre

Laurent Jaffro : La couleur du goût. Psychologie et esthétique au siècle de Hume

Vrin - Novembre 2019 - Essais d’art et de philosophie


Comment une préférence esthétique peut-elle être plus juste qu’une autre? Les philosophes anglophones du XVIIIe siècle ont débattu de la « règle du goût », qui fait le titre d’un essai décisif de Hume. Deux traditions, empiriste et platonicienne, s’affrontent. En combinant vision d’ensemble et analyse des argumentations, ce livre retrace l’histoire de ce débat et le poursuit.
Les valeurs sont-elles analogues à des couleurs? Sont-elles des fantasmes ou des réalités? Une psychologie suffit-elle à éclairer le goût? Est-il semblable à un organe sensoriel ou est-il une émotion? Est-il plaisir ou jugement?
Une hypothèse : La diffusion des représentations de l’univers qu’induit la révolution scientifique modifie le regard sur les beautés de la nature et sur le sens de l’activité artiste.
Un parti-pris : Une bonne théorie se place sur un terrain commun au subjectivisme raisonnable de Hume et au cognitivisme modéré de Reid; elle met d’accord l’inspiration platonicienne, trop minorée, de l’esthétique anglophone, et la méthode psychologique.

Laurent Jaffro est professeur de philosophie morale à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et membre senior de l’Institut universitaire de France.

acheter ce livre

dimanche 24 novembre 2019

Vladimir Jankélévitch : Fauré et l'inexprimable

Plon - Novembre 2019


Vladimir Jankélévitch approfondit dans cet ouvrage ses réflexions sur le mystère d'ambiguïté qui rend si déroutante aux yeux de certains la musique de Fauré et qui empêche de définir cet art autrement que par des couples de contradictions. Il retrouve ces paradoxes aussi bien dans l'œuvre de piano que dans les mélodies, aussi bien dans la musique de chambre que dans le Requiem.
Évasif et précis, négligent et rigoureux, mystérieux et limpide comme un regard d'enfant, absent et présent comme une nuit d'été, lointain et proche comme une amie, distant et passionné comme un cœur secret, patent et latent comme une âme, tel est le langage de Fauré.

Philosophe et musicologue, Vladimir Jankélévitch a été professeur à la Sorbonne durant plusieurs décennies. Il est l'auteur d'une œuvre de philosophie morale considérable, ainsi que d'ouvrages essentiels sur la musique des XIXe et XXe siècles.

acheter ce livre

Laurent Fedi : La culpabilité. Essai de démystification

Kimé - Novembre 2019


Notre conception de la culpabilité est marquée par vingt siècles de culture chrétienne. Pourtant, comme on essaie ici de le démontrer, le péché n'est pas l'unique matrice pour penser la culpabilité. Si l'on se réfère à l'expérience, la culpabilité est d'abord une conduite d'auto-accusation. Elle concerne un individu qui s'est engagé envers autrui ou envers toute la société, mais qui a en plus passé cet engagement avec lui-même par une sorte de "contrat personnel". Cette expérience que le sujet fait de lui-même échappe en partie au christianisme, qui est une doctrine de l'intériorité mais non de la subjectivité. Elle permet en revanche de comprendre la valorisation des images du péché en termes de souillure et de contamination. Cette nouvelle proposition sur la culpabilité permet de repenser tout le scénario de l'innocence au pardon sans présupposition religieuse ni métaphysique et sans passer par les hypothèses coûteuses de la psychanalyse. Elle permet aussi de résoudre les grands problèmes relatifs la culpabilité collective des sociétés postcoloniales sans tomber dans les stériles oppositions idéologiques. Ce travail fournit de nombreux éclaircissements sur les notions de responsabilité subjective et objective, sur le remords, la tentation, la mauvaise conscience, les pathologies de la culpabilité, en même temps qu'il fournit des propositions concrètes pour traiter de questions touchant à notre existence collective.

Laurent Fedi : né en 1969, ancien élève de l’Ecole normale supérieure (Ulm), agrégé de philosophie, docteur de la Sorbonne, maître de conférences à la Faculté de philosophie de l’Université de Strasbourg.

acheter ce livre

Élie Halévy : Métaphysique et morale, 1891-1937. Œuvres complètes, tome IV

Les Belles Lettres - Novembre 2019


Philosophe de formation, auteur d'une thèse sur Platon et d’une somme sur La formation du radicalisme philosophique et animateur dès 1893 de la nouvelle Revue de métaphysique et de morale, Élie Halévy (1870-1937) peut également être rangé parmi les grands historiens du XXe siècle français.
Il est notamment l’auteur d’une Histoire du peuple anglais au XIXe siècle (Hachette, 1912-1932 et rééd. 1973-1975), vaste fresque commencée en 1906 et restée inachevée malgré la conclusion d’un Épilogue fondamental en deux volumes, Les Impérialistes au pouvoir (1895-1905) et Vers la démocratie sociale et la guerre (1905-1914), et la publication posthume, en 1946, du Milieu du siècle (1841-1852).
« Historien philosophe », telle avait été la définition/fonction qu’il s’était du reste attribuée lors de la fameuse séance de la Société française de philosophie du 28 novembre 1936 consacrée à la discussion sur « l’ère des tyrannies » et publiée dans l’ouvrage du même nom en 1938 (à titre posthume). Cette position revendiquée l’avait conduit, à partir de « l’interprétation de la crise mondiale de 1914-1918 », à concevoir l’apparition d’un nouveau régime, produit d’un processus d’étatisation du point de vue économique et du point de vue intellectuel, représenté dans le fascisme mais aussi dans le « soviétisme ». « Le soviétisme, sous cette forme, est, à la lettre, un "fascisme" », développa-t-il pendant cette séance à laquelle participèrent Raymond Aron, Léon Brunschvicg, ou Célestin Bouglé. La modernité des thèses d’Élie Halévy résidait dans le rapprochement rarement tenté à cette époque entre les deux phénomènes, en apparence opposés, du fascisme et du stalinisme, identifiant l’un des mécanismes du national-socialisme allemand et esquissant une théorie du totalitarisme avant la lettre. Elle tenait aussi à la lecture qu’il faisait de la Grande Guerre et du « régime de guerre » qui fit entrer l’Europe dans « l’ère des tyrannies ». Cette expression forte donna son titre au livre posthume de 1938, recueil d’articles et de conférences qui démontraient autant la cohérence d’une pensée personnelle que le pouvoir d’un philosophe à comprendre les transformations majeures de la politique contemporaine.

acheter ce livre

samedi 23 novembre 2019

Anne-Françoise Schmid et Muriel Mambrini-Doudet (dir.) : Epistémologie générique. Manuel pour les sciences futures

Editions Kimé - Novembre 2019 - Philosophie en cours


"Epistémologie générique, Manuel pour les sciences futures" donne à voir ce qui fait "science" en dehors des organisations disciplinaires. Notre capacité à caractériser ce qui est produit en dehors des disciplines académiques est limitée. Les initiatives interdisciplinaires se multiplient mais restent difficiles à transmettre tant elles reposent sur l'"intuition" des instigateurs et la somme de "petits riens" qui se placent mal dans le cadre épistémologique classique. C'est l'extension de ce dernier que vise ce manuel écrit "à quatre mains" par la philosophe Anne-Françoise Schmid et la biologiste Muriel Mambrini-Doudet sur la base de plus de 10 années de recherche en commun. Au fur et à mesure de l'ouvrage, apparaissent les composantes d'une science interdisciplinaire et ses conditions. Dans ces nouveaux lieux et objets de science, l'éthique n'est pas mise de côté. Rien dans cet ouvrage n'est " donné ", il ne s'appuie ni sur une trajectoire historique, ni sur des exemples pour ne pas limiter les envies d'explorer et reconnaître la valeur en soi de l'expérience. L'ouvrage est en revanche truffé d'exercices (expériences de pensée, expériences vécues, expérience de mise en visibilité, carnet de pratique, proposition d'expérimentation), pour "donner la main" à celles et ceux qui veulent multiplier des "espaces communs de science". Ce livre est destiné aux académiques ou non, aux scientifiques ou non, agissant pour une conception collective de notre monde futur.

Anne-Francoise Schmid, philosophe parmi les scientifique (Ecole Polyrgechnique Fédérale de Lausanne, Institut Nationale des Sciences Appliquées, Institut Nationale de la Recherche Agronomique, MinesParistech) et plus récemment philosophe parmi les artistes (film Vimeo « Letre » de Benoît Maire et Raphaël Pfeiffer, collaborations avec Robin Mackay, Benoît Maire, Alice Lucy Rekab) est Maître de Conférences honoraire habilitée à diriger des recherches à l’Institut National des Sciences Appliquées de Lyon, et chercheur associé à la Chaire de Théorie et Méthodes de la Conception Innovante (MinesParisTech) ainsi qu’au Laboratoire de Philosophie et d’Histoire des Sciences – Archives Henri Poincaré (Université de Lorraine, UMR 7117). Nutritionniste et généticienne, habilitée à diriger les recherches, Muriel Mambrini-Doudet effectué la plus grande partie de sa carrière à l’Institut National de la Recherche Agronomique (INRA) où elle est directrice de recherche 1ère classe. Tout au long de sa carrière, elle a ouvert les champs disciplinaires pour renforcer la durabilité des élevages (déterminisme du métabolisme azoté des poissons, sélection des poissons pour une meilleure efficacité alimentaire) et promouvoir la valeur académique et sociale de la recherche agronomique.

acheter ce livre

Yannick Bosc et Emmanuel Faye (dir.) : Hannah Arendt, la révolution et les Droits de l'Homme

Kimé - Novembre 2019


Après Condition de l'homme moderne et La crise de la culture, l'essai De la révolution (1963) est le troisième ouvrage d'une série dans laquelle Hannah Arendt expose le nouveau paradigme du politique qu'elle entend développer ainsi qu'un nouveau paradigme de la révolution. Dans un contexte de Guerre froide, elle propose de tirer les leçons de l'histoire en opposant ce qu'elle nomme le "désastre" de la Révolution française aux leçons d'une révolution supposée réussie, incarnée par la "Déclaration des droits" américaine. Les contributions des historiens et philosophes réunies dans ce volume, analysent la manière dont Arendt instrumentalise l'histoire des Révolutions américaine et française et se détermine par rapport à la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen. Elles étudient également la place qu'Arendt attribue au peuple au cours de ces processus et dans quel esprit elle se réfère, dans le dernier chapitre de son essai de 1963, aux "conseils" révolutionnaires. La formule arendtienne du "droit à avoir des droits" amorce-t-elle, comme certains le soutiennent aujourd'hui, un tournant politique dans la considération des droits de l'homme ? Ne représente-t-elle pas plutôt une machine de guerre contre la notion même de droit naturel, qui se trouve au fondement de ces droits ? Dès lors, que reste-t-il de l'idée d'humanité dans la perspective construite par Arendt ?

acheter ce livre

Pierre Macherey : Sagesse ou ignorance ? La question de Spinoza

Editions Amsterdam - Novembre 2019


L'objectif ici poursuivi est de reproblématiser la pensée de Spinoza en la prenant, non de front et dans son envergure manifeste, mais en quelque sorte par la bande, grâce au biais que fournit un point crucial, l'alternative entre sagesse et ignorance, où se croisent sans se confondre un certain nombre d'enjeux fondamentaux qui concernent l'ontologie, l'éthique et la politique. Cela conduit à s'intéresser à des notions comme celles de "don" et d'"ingenium", que Spinoza emploie sans les thématiser mais qui jouent un rôle non négligeable dans le déroulement de sa réflexion. Réfléchir sur l'usage de ces notions permet de projeter sur la doctrine de Spinoza une lumière transversale, qui en fait ressortir certains aspects à première vue inattendus. Sont ainsi mis en relief des enjeux de pensée et des problèmes qu'un abord plus structuré et plus englobant, unifiant et synthétique de la philosophie élaborée par Spinoza tendrait à minorer ou à rejeter, alors que, s'ils n'y détiennent effectivement qu'une position latérale, ils y font saillie, ils surprennent, ils interpellent : par là ils stimulent la réflexion, ce qui justifie qu'on s'emploie à fixer sur eux l'attention.

Pierre Macherey a entre autres consacré plusieurs études à la pensée de Spinoza : Hegel ou Spinoza (Maspero, 1979), Avec Spinoza (Puf, 1992), Introduction à l'Ethique de Spinoza (5 volumes, Puf, 1994-1998).

acheter ce livre

jeudi 21 novembre 2019

Paul O'Grady : La philosophie de la religion de Thomas d'Aquin

Presses universitaires de Rennes - Novembre 2019 - Philosophica


Comment prouver l’existence de Dieu ? Quelles relations entretiennent la raison et la foi ? Quelle est la nature de Dieu et pouvons-nous le connaître ? Pour exposer et expliquer les réponses de Thomas d’Aquin à ces questions, ce livre reconstruit ses thèses et ses arguments. Il examine sa métaphysique, sans hésiter à la comparer à des développements récents dans la philosophie analytique, chez Wittgenstein, Carnap ou Quine, mais aussi Peter Geach ou Anthony Kenny, et dans la philosophie analytique de la religion. Sans délaisser la perspective historique, la question fondamentale, posée dans ce livre, est de savoir pourquoi Thomas d’Aquin pense pouvoir décrire la réalité naturelle et surnaturelle des choses et comment il la décrit. Ce que dit Thomas est-il vrai ? C’est en répondant à une telle question que ne le comprendrons le mieux.

acheter ce livre

François Châtelet, Jacques Derrida, Jean-Pierre Faye et Dominique Lecourt : Le rapport bleu. Les sources historiques et théoriques du collège international de philosophie

Presses universitaires de Paris Ouest - Novembre 2019 - Collège international de philosophie


Le "Rapport bleu" est le texte fondateur du Collège international de philosophie. Commandité par Jean-Pierre Chevènement, alors ministre de la Recherche et de l'Industrie, et remis en septembre 1982 par ses quatre co-signataires, François Châtelet, Jacques Derrida, Jean-Pierre Faye et Dominique Lecourt, il a jeté les bases du Collège international de philosophie fondé en 1983. Composé d'une partie collective et d'une contribution en nom propre de chacun de ses auteurs, il est non seulement un document historique mais également un texte philosophique qui a fait date. Le Collège international de philosophie est une institution singulière et pionnière qui reconnait à chacun et chacune un droit à la philosophie. Local et international, il est un lieu d'enseignement, d'expérimentation, de création, ouvert à tous et toutes, où la philosophie s'expose à la réalité du monde et s'ouvre aux pratiques et aux théories en provenance d'autres champs pour transmettre des savoirs, penser et transformer le contemporain.

acheter ce livre

Laure Blanc-Benon (dir.) et Dominic McIver Lopes : Les arts et les images. Dialogues avec Dominic McIver Lopes

PU Paris-Sorbonne - Novembre 2019 - Philosophies


"La moralité fait la promotion de ses saints ; l'esthétique a ses sommités. Vous et moi nous débrouillons avec nos vies esthétiques, en croisant les doigts. Les sommités, elles, ont ce qu'il faut pour y arriver". Ces quelques mots du philosophe canadien Dominic McIver Lopes résument l'esprit du recueil d'articles qu'est Les Arts et les images. Introduction aux principaux terrains d'investigation de Dominic McIver Lopes dans le champ de l'esthétique et de la philosophique de l'art, cet ouvrage se veut aussi une réflexion sur les méthodes employées en esthétique et philosophie de l'art aujourd'hui, qu'on soit un philosophe dit "analytique" ou bien "continental". Lopes cherche à penser le lien entre les deux traditions. Les trois philosophes à l'origine du recueil, Laure Blanc-Benon, Jacques Morizot et Frédéric Pouillaude, ont cherché à aller plus loin. En transcrivant un dialogue qu'ils ont eu avec Lopes, ils abordent ainsi tour à tour chacune de ses théories. L'esthétique et la philosophie de l'art s'entrecroisent en philosophie analytique depuis la seconde moitié du XXe siècle jusqu'à aujourd'hui.

Laure Blanc-Benon est maîtresse de conférences en philosophie à Sorbonne Université et membre du Centre Victor Basch. Elle est l'auteure du livre La Question du réalisme en peinture (Vrin).
Dominic McIver Lopes est professeur au département de philosophie de l'université de Colombie Britannique (UBC). Depuis Understanding Pictures (1996), ouvrage mondialement reconnu, les travaux de Dominic McIver Lopes portent principalement sur l'esthétique et notamment sur la valeur esthétique et épistémique des images ; les nouvelles formes d'art ; les théories de l'art ; ou l'image photographique.

acheter ce livre

mardi 19 novembre 2019

Philippe Cabestan : La philosophie de Sartre

Vrin - Novembre 2019 - Repères Philosophiques


Si on se souvient de la réplique : « L’enfer, c’est les autres » et si le nom de Sartre est encore relativement connu, son œuvre proprement philosophique l’est désormais beaucoup moins. Sans doute n’est-elle pas toujours facile à lire. Pourtant une idée simple et lumineuse la domine : l’homme est condamné à être libre. Autrement dit, l’homme, mieux : les hommes sont libres mais ils n’ont pas choisi de l’être. Qu’ils le veuillent ou non, ils leur faut donc assumer leur liberté et décider de ce qu’ils vont faire dans un monde dominé par la rareté, la violence et l’aliénation.

Philippe Cabestan est professeur de philosophie en classes préparatoires à Janson de Sailly (Paris)

acheter ce livre

Jean-Joël Duhot : Leçons sur Platon

ELLIPSES MARKETING - Novembre 2019 - Cours de philosophie


Des cours de référence consacrés aux grands auteurs de la philosophie. Rédigé par des spécialistes, chacun des titres de la collection se révèle être un outil de travail complet pour expliciter les concepts fondamentaux d’un philosophe et entrer de manière plus approfondie dans son œuvre.

Dans ces Leçons sur Platon, Jean-Joël Duhot reconstitue de façon précise et méthodique l'élaboration de la pensée platonicienne, à travers un itinéraire s'articulant au plus près des textes du philosophe.

Agrégé de philosophie et historien de la philosophie antique, Jean-Joël Duhot enseigne à l’université Jean Moulin-Lyon III.

acheter ce livre

Georges Canguilhem : OEuvres complètes. Tome 3, Écrits d'histoire des sciences et d'épistémologie

Vrin - Novembre 2019 -  Bibliothèque des Textes Philosophiques


Ce troisième tome des Œuvres complètes, réunit trois ouvrages. Le premier, Du développement à l’évolution, est issu d’un séminaire de recherche de la fin des années 1950 : il offre l’exemple alors rare d’un travail d’équipe mené en commun jusqu’à la publication des résultats. Les deux autres ouvrages, les Études d’histoire et de philosophie des sciences et Idéologie et rationalité dans l’histoire des sciences de la vie, consacrèrent la réputation d’historien des sciences et d’épistémologue de Georges Canguilhem.
Cette nouvelle édition offre une mise en contexte de chacun de ces écrits, en y adjoignant de nombreuses variantes et d’importants ajouts que Canguilhem avait destinés à la publication mais qui, par accident, restèrent inédits.
Tous ces travaux confirment l’originalité de la mise en œuvre par Canguilhem de l’épistémologie historique, qu’il définit comme la déontologie d’une histoire critique des sciences. Leur lecture corrobore la fécondité de ses contributions conceptuelles propres et le caractère pénétrant de ses analyses.

Textes édités, introduits et annotés par Camille Limoges.

acheter ce livre

lundi 18 novembre 2019

Archives de Philosophie 2019/4 (Tome 82) : Penser la politique en Islam

Centres de Sèvres - Novembre 2019


Page 675 : - Éditorial | Page 677 à 681 : Anoush Ganjipour - Penser la politique en islam | Page 683 à 699 : Makram Abbès - Le concept de politique dans la pensée islamique. Qu’est-ce que la siyâsa ? | Page 701 à 718 : Karine Michel - L’art politique et sa visée téléologique | Page 719 à 728 : Meryem Sebti - Le gouvernement selon Avicenne | Page 729 à 748 : Anoush Ganjipour - La pensée politique islamique et l’idée de société moderne | Page 749 à 769 : Gilles Campagnolo - Hegel et l’économie politique de son temps | Page 771 à 790 : Michel Bourdeau - Saint-Simon et Auguste Comte : la fin d’une collaboration, 1822-1824 | Page 791 à 812 : - Notes de lecture | Page 815 à 852 : - Bulletin de littérature hégélienne XXIX (2019) | Page 853 à 890 : - Bulletin de bibliographie spinoziste XLI.

acheter ce livre

Makey Auguy : L'Aurore de la Philosophie. Negro-Africaine du Xxe Siecle - Oeuvres, clés, analyse

L'Harmattan - Novembre 2019


Auguy Makey présente et analyse les essais les plus représentatifs de la production philosophique négro-africaine du siècle dernier. L'Occident, dans ses multiples Histoire de la philosophie, ne mentionne pas les textes africains. Ignorance ou mépris ? Il faut souligner, en toute honnêteté, la jeunesse et même l'inexpérience de cette pensée philosophique négro-africaine qui cherche encore ses marques et sa propre voie. En Afrique, le débat philosophique est lancé. Il reste maintenant aux Africains d'investir l'arène internationale et d'y déployer, enfin, toute la mesure de leur talent.

Auguy Makey, né à Brazzaville, titulaire d'un doctorat de philosophie à l'université de Paris I Panthéon-Sorbonne, est spécialiste de la philosophie africaine. Il vit et travaille à Libreville.

acheter ce livre

Gilbert Lechermeier : Le vivant. La singularité et l’universel

Matériologiques - Novembre 2019


La singularité et l’universalité du vivant procèdent d’un double constat : tout vivant est taillé dans la même étoffe que les autres systèmes matériels ; les systèmes vivants sont des entités matérielles différentes des autres systèmes avec lesquels elles partagent cette communauté matérielle. Voici donc le cadre général du questionnement auquel nous convie le livre de Gilbert Lechermeier.
Le vivant, singulier car il exhibe une organisation et des propriétés matériellement inédites, mais universel parce qu’il les déploie dans toutes ses instanciations, semblent se dérober à nos analyses les plus perspicaces tout en étant l’un des sujets de recherche scientifique et philosophique les plus opiniâtrement explorés. Phénomène éminemment multiple, la vie est nécessairement redevable d’approches multi et transdisciplinaires, nécessairement enchevêtrées : la question des (non-)frontières est cruciale. C’est également le lieu épistémique d’une tension entre un réductionnisme analytique et une profusion empirique. Les définitions, pléthoriques et jamais complètes, brouillent l’idée spontanée qu’on se fait généralement de ce qui caractérise le vivant ; toutefois, elles sont des jalons utiles et ce livre nous aide à nous repérer afin d’éviter les risques permanents d’une essentialisation de la vie ou, à l’opposé, d’un nominalisme incontrôlable. Difficile de s’y retrouver tant le chemin de la compréhension du vivant est tortueux.
C’est pourquoi ce livre est utile car il présente et organise la cartographie profuse, fût-ce dans ses arcanes les plus subtils ou les plus opaques de ses définitions, des théories, des modélisation, des épistémologies, voire des soubassements ontologiques, qui ont été pensés depuis des centaines d’années au sujet du vivant. Là encore, Gilbert Lechermeier nous permet de mieux comprendre ce que nous sommes : vivants parmi les vivants à s’interroger sur le vivant…

Préface de Michel Morange
Postface de Thomas Heams

acheter ce livre