mercredi 17 juillet 2019

Machuca (Diego E.), Marchand (Stéphane) (dir.) : Les Raisons du doute. Études sur le scepticisme antique

Classiques Garnier - Juillet 2019



Ce volume réunit des études de spécialistes de la pensée sceptique dans l’antiquité. Elles portent aussi bien sur le pyrrhonisme que sur la nouvelle Académie ou l’empirisme médical et utilisent une variété d’approches (systématique, historiographique) afin de mieux comprendre l’énigme du scepticisme.


acheter ce livre



Michel Guérin : André Leroi-Gourhan. L'évolution ou la liberté contrainte

Hermann - Juillet 2019


André Leroi-Gourhan (1911-1986) est un préhistorien, ethnologue, technologue et esthéticien, dont l’œuvre multiple, qui culmine avec la publication du livre Le Geste et la Parole, constitue l’une des plus importantes contributions à l’anthropologie du XXe siècle. Michel Guérin interroge ici trois concepts clefs du paléontologiste d’un point de vue philosophique : l’évolution, la matière (dont Leroi-Gourhan affirme le primat par rapport à la forme) et l’esthétique, dont il cherche les formes embryonnaires chez certains animaux. Selon Leroi-Gourhan, l’évolution humaine opérerait par libérations successives d’un potentiel physiologique (qui sont autant d’extériorisations de pouvoirs), celles-ci se payant toutefois de nouvelles contraintes. Notre liberté serait-elle alors « imaginaire », si elle porte ainsi la « marque du collier » ? Dans une optique résolument non finaliste, comment appréhender l’avenir de notre espèce ?

Michel Guérin est philosophe, professeur émérite de l’université d’Aix-Marseille et membre honoraire de l’Institut universitaire de France. Il a publié plus de trente livres et dirigé plusieurs ouvrages collectifs. Il signe également l’avant-propos de la réédition La Civilisation du renne d’André Leroi-Gourhan.

acheter ce livre

Jean-Claude Vuillemin : Foucault l'intempestif

Hermann - Juillet 2019


Fort d’une approche généalogique aux accents nietzschéens et nourrissant un scepticisme systématique à l’égard de tous les universaux, Foucault l’intempestif bouscule l’apparente immuabilité des choses et des êtres en les dévoilant comme résultant de catégories contingentes, et donc contestables. Contempteur des certitudes infligées et des consensus établis, il invite à se départir de l’assoupissement grégaire en s’étonnant de ce qui jusqu’alors semblait aller de soi ; à se déprendre pour mieux (se) comprendre. 
Outre les réflexions foucaldiennes, parfois déconcertantes mais toujours pertinentes, sur les processus d’assujettissement et les modalités de subjectivation, ce sont principalement deux aspects de la « pensée Foucault » – rupture des évidences tranquilles du bon sens et congruité des discours (logos), et des actions (ergon) – que ce livre met en exergue, tout en revisitant certains concepts phares qui lui sont attachés.

acheter ce livre

mardi 16 juillet 2019

Gilles Campagnolo (éd.) : La philosophie économique au Japon

Vrin - Juillet 2019 - Revue de philosophie économique


La Revue de philosophie économique propose deux numéros thématiques consacrés à l’Asie orientale.
Ce premier numéro traite du Japon. Il présente les productions d’économistes et de philosophes japonais d’hier et d’aujourd’hui dont une grande partie de l’œuvre restait hors d’atteinte. Le lecteur découvrira, dans une perspective historique, que la philosophie économique au Japon remonte à l’Entre-deux guerres, quand le champ d’études y est fondé par Sôda et Sugimura, présentés ici dans un texte inédit d’Yûichi Shionoya (1932-2015). Un hommage spécial est rendu à ce représentant contemporain majeur de la discipline, par Bertram Schefold. Dans une perspective plus récente, les contributeurs discutent les libertés économiques, les principes du revenu de base et de l’imposition au Japon, comme la réception de l’œuvre d’Adam Smith (soumise à des errances), la diffusion du nationalisme (qui passe par la socio-économie) et les philosophies inspirées par l’Occident (Kiyoshi Miki est présenté par une autre figure majeure du domaine, Kiichirô Yagi).

acheter ce livre

lundi 15 juillet 2019

Jean-Pierre De Giorgio et Anne-Marie Favreau-Linder (dir.) : La diatribe antique. Enquête sur les formes dialogiques du discours philosophique

Lambert-Lucas - Juillet 2019


Le terme grec diatribè (διατριβή, litt. ‘loisir’, ‘étude’, cf. lat. ludus) est bien éloigné de la violence polémique que revêt communément le mot diatribe et pourtant, il continue de susciter chez les spécialistes de l’Antiquité des débats d’une certaine âpreté sur l’existence d’un genre « diatribe » dans le monde gréco-romain. Malgré son titre, le présent ouvrage n’entend nullement soutenir l’antiquité d’un tel genre : la diatribe est une invention moderne (première occurrence française en 1558) dont l’histoire a été reconstruite à partir de testimonia qu’il convient d’interroger.
Les auteurs proposent d’examiner à nouveaux frais certaines facettes du genre en revenant sur les réalités antiques que recouvre le terme et en offrant une nouvelle lecture des textes philosophiques, satiriques ou religieux rangés dans la catégorie. L’étude des modalités dialoguées, dialogales ou dialogiques de ces textes – souvent d’une complexité remarquable – est une des clefs les plus fructueuses pour comprendre la dimension « diatribique » attribuée rétrospectivement à certains discours philosophiques (et plus généralement éthiques) de l’Antiquité.
Ce livre compte parmi les travaux de Dialogos, groupe de recherche sur le dialogue antique, médiéval et moderne.

acheter ce livre

dimanche 14 juillet 2019

Bulletin d’histoire et d’épistémologie des sciences de la vie, Volume 26, numéro 1

Kimé - Juillet 2019


Le premier numéro de l’année 2019 du Bulletin de la Société d’Histoire et d’Epistémologie des Sciences de la Vie sera un numéro d’articles aux thématiques variées. Nous proposerons un panorama des recherches actuelles dans les champs de l’histoire de la biologie, des neurosciences et de la tératologie. Ainsi dans un premier temps, Bernard Marty nous propose de nous pencher et de profiter du fruit de ses recherches sur « Philippe L’Héritier (1906-1994) et la sensibilité de la drosophile au gaz carbonique ». Puis Youssef Boughanmi, nous engage à nous interroger sur les « Obstacles à l’essor du temps profond et limites explicatives en géologie » au sein d’un passionnant article. Marine Carrère nous propose d’aborder les intéressantes thématiques des « Biologie moléculaire et médecine en France depuis les années soixante : de l’information à la connaissance et à la routine ». Silvia De Cesare nous invite à une réflexion épistémologique sur « Les « bioarchives » comme modèles pour l’écologie et les sciences de l’environnement » ; puis Céline Cherici s’interrogera sur le rôle d’Henri Gastaut dans l’histoire du microdosage dans son article intitulé : « Henri Gastaut (1915-1995, découvreur du microdosage ? ». J. Patrick Barbet, Patrick Conan et Jean-Louis Fischer nous proposent de nous interroger sur la valeur des collections anatomopathologiques, dans un article consacré aux « Fœtus humains préservés : un patrimoine à protéger ». Enfin nous proposerons une recension du livre de Fani Papadopoulou portant sur Le problème physiologique de la nutrition et ses enjeux (avril 2018).

– Biologie moléculaire et médecine en France depuis les années soixante : de l’information à la connaissance et à la routine
Marine Carrère

– Fœtus humains préservés : un patrimoine à protéger
Patrick Barbet, Patrick Conan, Jean Louis Fischer

– La nomenclature et le technolecte vernaculaires dans les traités de zoologie de Francesco Redi (1626-1697)
Moreno Campetella

– Les « bioarchives » comme modèles pour l’écologie et les sciences de l’environnement : Une perspective épistémologique
Sylvia de Cesare

– Quelques obstacles à l’essor du temps profond en sciences de la nature
Youssef Boughanmi

acheter ce livre

samedi 13 juillet 2019

Anikó Ádám, Eszter Horváth, Anikó Radvánszky (dir.) : Entre nous. Études Sur Jean-Luc Nancy

L'Harmattan - Juillet 2019


Le présent volume rassemble les actes du colloque consacré à Jean-Luc Nancy, qui a eu lieu à Budapest en février 2017. Honoré par la présence en personne de son sujet, le colloque tenait à rester digne à l'idée d'une « rencontre avec le penseur de l'ouverture », il tenait donc à rester ouvert, accueillant, libre. Ainsi, chaque intervenant du colloque présentait son sujet de prédilection, l'unique critère de présentation étant de rester le plus près possible de la pensée de Jean-Luc Nancy. Pourtant, malgré toute liberté de choix, la grande majorité des intervenants ont décidé de reprendre à leur compte un seul sujet, notamment « le Sujet » : sujet-ego, sujet-corps, sujet-chose, sujet-nous. À la limite, le colloque aurait pu se définir comme une sorte de compte-rendu du sujet de Jean-Luc Nancy, qui aurait mis en évidence la multiplicité d'approches au sujet de son œuvre multiple, au Sujet qui n'arrête de renaître sous sa plume depuis un demi-siècle.

acheter ce livre

vendredi 12 juillet 2019

Revue Esprit Juillet-Août 2019 : L'argent, maître invisible

Revue Esprit - Juillet 2019


Ce dossier, coordonné par Camille Riquier, dans la cuisine de l'argent, afin de rendre visible ce qui reste invisible : « l'argent est d'autant plus maître qu'il est invisible » (Péguy). Il s'agit faire l'histoire de la dématérialisation de la monnaie, de comprendre notre aveuglement devant la crise de 2008, et de poser la question d'une politique de la dette. Avec les contributions de Dominique Ancelet-Netter, Michaël Foessel, Thomas Piketty, Christian Chavagneux, André Orléan, David Graeber, François Ewald et Jean-Pierre Dupuy.

acheter ce livre

mercredi 10 juillet 2019

Stéphane Lemaire, Ophélie Desmons, Patrick Turmel (dir.) : Manuel de métaéthique

Hermann - Juillet 2019


Quelle est la nature de la morale ? Quelle place tient-elle dans l’existence humaine ? La métaéthique ne cherche pas à répondre aux questions éthiques, portant sur ce que nous devons faire ou sur ce qu’est la vie bonne, mais à en éclairer le sens. Elle s’interroge sur la possibilité et sur l’objet de la connaissance morale, sur la fonction réelle des discours moraux ou encore sur l’effet motivationnel qu’ont sur nous les normes et les valeurs. Elle soumet ainsi l’éthique à des questions relevant de l’épistémologie et de l’ontologie, de la sémantique et de la psychologie. Ce manuel, le premier en son genre en langue française, offre un panorama général des questions, des courants et des méthodes de la métaéthique contemporaine. Rassemblant treize études approfondies, il propose une introduction accessible et des contributions originales à ce champ en plein essor.

Félix AUBÉ BEAUDOIN, Florian COVA, Ophélie DESMONS, Bruno GNASSOUNOU, François JAQUET, Stéphane LEMAIRE, Olivier MASSIN, David ROCHELAU-HOULE, Mauro ROSSI, Isidora STOJAOVIC, Christine TAPPOLET, Cain TODD, Patrick TURMEL

acheter ce livre

mardi 9 juillet 2019

Buridan : Questions sur le traité De l’âme d’Aristote

Vrin - Août 2019 - Bibliothèque des Textes Philosophiques –Poche


Les Questions sur l’âme de Jean Buridan (né vers 1295, mort en 1361) sont un maillon essentiel de la tradition médiévale latine de commentaires sur le traité aristotélicien, dont l’importance reste fondamentale jusqu’au XVIIe siècle. Tout en prolongeant les problématiques du siècle précédent, ces questions en renouvellent profondément le contenu. Après quelques questions épistémologiques, le traité propose des questions détaillées sur le fonctionnement de chaque sens, des prises de position sur le statut de l’intellect agent et possible, sur les images et l’intellection, mais aussi une réflexion sur le rapport de l’âme et du corps, autrement dit sur la nature du composé humain.
Ces questions sont ici traduites pour la première fois, d’après la dernière lecture que Buridan donna à Paris dans la première moitié des années 1350.

Introduction, traduction et notes de Joël Biard, professeur émérite à l’université de Tours.

acheter ce livre

Robert Legros : Le jeune Hegel et la naissance de la pensée romantique

Vrin - Mars 2019 - Ousia


À travers l’examen de la pensée du jeune Hegel (périodes de Tübingen, Berne et Francfort), ce livre tend à interroger la mutation profonde qui s’est amorcée à l’aube de notre époque quand a pris naissance l’idée d’une réconciliation terrestre : d’un dépassement humain du sensible – du sensible comme élément qui subvertit l’achèvement de l’intelligible – et d’un accomplissement terrestre de l’intelligible – de la forme, de l’universel, de l’infini. Deux courants émergent en effet au cours de la fin du XVIIIe siècle, radicalement opposés l’un à l’autre mais qui s’attachent tous les deux à concevoir l’avènement d’un monde humain délivré de l’écartèlement du sensible et de l’intelligible (du conflit du particulier et de l’universel, de l’opposition du fini et de l’infini, de la séparation du profane et du sacré, de la division de l’immanence et de la transcendance) : le mouvement révolutionnaire et le romantisme politique. L’un tend à la réconciliation par une maîtrise (humaine) du sensible, l’autre y aspire par une spiritualisation (divine) du sensible, tous les deux visant l’accomplissement terrestre d’une totalité sans faille.

Robert Legros est professeur émérite. Il a enseigné la philosophie à l’Université de Caen, à l’Université libre de Bruxelles, à Sciences Po Paris et à l’Institut Catholique de Paris.

acheter ce livre

Pascal Montagnon : Intelligence artificielle. L'être humain, maître du jeu

Edipro - Juillet 2019


Et si une machine autonome réalisait avec rigueur, justesse et célérité, les tâches quotidiennes fastidieuses qui relèvent encore d'une intervention humaine ? Et si la machine apprenait de ses propres erreurs et s'adaptait durablement à notre mode de vie ? Qui serait le maître ? Et si arrivait le moment où le Robot remplace l'Homme ? Qu'on le sache ou non, qu'on le déplore ou non, la technologie recourant à l'Intelligence Artificielle (IA) est déjà à l'oeuvre et étend ses champs d'application à une vitesse inédite, grâce au développement de la puissance de calculs des algorithmes servant des ordinateurs de plus en plus performants. On ne peut déjà plus s'en passer. Mais la machine se passera-t-elle un jour de nous ? Cela dépend... de nous : de notre volonté de garder la main à travers une programmation maîtrisée. Facile à dire quand les chatbots des plateformes de e-commerce jouent désormais les assistants virtuels et rivalisent avec un opérateur téléphonique de chair et d'os. Rivaliser, le bon mot ? En réalité, il convient plutôt de déterminer quel type de relation construire entre cerveaux et microprocesseurs. De fait, opposer Robot et Humain constituerait une erreur ; il ne s'agit pas de faire avec quelqu'un ou sans personne. Car si la technologie synthétise, analyse et exécute à la perfection, elle ne pense toujours pas, à proprement parler. A date, un robot ne sait pas qu'il en est un ! Bref, il ne conscientise pas. D'ailleurs, voilà l'enjeu sociétal : La place de l'individu (qui sait en être un) dans le monde digital –donc déshumanisé au sens littéral –qu'il engendre. Dès lors, une réflexion éthique s'impose quant au cadrage d'un progrès technologique par et pour l'être humain.

acheter ce livre

lundi 8 juillet 2019

Charles Darwin : L'instinct (inédit)

L'esprit du temps - Juillet 2019


Ce texte à caractère « inédit » constitue la part « psychologique » des écrits de Darwin que celui-ci donna à son élève John Romanès, lorsqu il rédigea son livre sur L'Origine des espèces. Le texte fut publié de façon « confidentielle » à Londres en 1884, puis oublié et récemment redécouvert. Il est en définitive l'un des premiers textes (sinon le premier) d'éthologie, décrivant le comportement instinctuel, et appris, des espèces animales. Charles Darwin (12 février 1809 - 19 avril 1882) est un naturaliste anglais dont les travaux et les théories sur l'évolution des espèces vivantes ont profondément révolutionné la biologie. Il a développé l'hypothèse, appelée depuis « darwinisme », selon laquelle toutes les espèces vivantes ont évolué au cours du temps à partir d'un ancêtre commun ou d'un petit nombre d'ancêtres communs, grâce au processus de sélection naturelle.

acheter ce livre

Patrick Olivero : Les états du droit chez Spinoza

Transition - Juillet 2019


Parallèlement à son œuvre monumentale, écrite avec la rationalité d’un traité de géométrie, Spinoza s’est aussi penché sur l’autre versant de la vie des hommes, avec les trois jalons canoniques que sont le droit naturel, le contrat et le droit positif. Mais ces jalons, que l’on peut appeler « classiques » car on les trouve aussi, en particulier, chez Rousseau, s’appuient sur une conception très originale du droit divin. Il y a chez Spinoza une oscillation constante entre le transcendant, la béatitude et la démocratie qui limite les appétits individuels. Car il faut bien que les hommes vivent. Il faut bien occuper, réguler, maîtriser tant et tant d’années, tant et tant de chairs et d'os. Entre ténèbres et lumière, le crépuscule dit-on, est propice à la chouette de Minerve. Il l'est aussi, à l'hermine des prétoires. Tout est dit quand est posé, ou supposé posé le « pacte », et Spinoza peut à loisir dérouler les mille et une circonvolutions qui le drapent. Ces circonvolutions ne sont pas sans importance. L'irréductibilité du problème à ses simples composantes techniques ne signifie pas que ce problème soit strictement d'ordre spéculatif : des millions d'épaules en ont porté le poids. Mais elle signifie peut-être que d'autres lectures sont possibles qui diront, en d'autres temps, de quel droit se dit le droit.

acheter ce livre

Ronell Avital : La plainte

Max Milo - Avril 2019


" Qui connaît mieux la plainte que moi ? " demande Avital Ronell. Son expérience et sa connaissance des doléances l'ont conduite à tenir un registre des plaintes, les plus banales comme les plus métaphysiques. Doléances, lamentations, griefs... les plaintes expriment une souffrance qui ne peut être arrêtée, qui se répète sans espoir de réparation, liée à la pulsion de mort. Que cache la plainte ? Que dissimule-t-elle ? Elle contamine nos discours et nous paralyse, au lieu d'éliminer ce qui nous cause de la peine. À la différence de l'indignation, forte et rebelle, la plainte révèle plutôt une protestation impuissante. Avital Ronell cible les geignards et les râleurs sempiternels, mais elle s'étonne aussi de ceux qui affirment, par élégance, " je n'ai pas à me plaindre ". Car il y a bien lieu de se plaindre de la vie. La philosophe ouvre de nombreux dossiers de plaignants : la plainte des femmes et des mères, ou celle des êtres perdus qui ne trouvent pas de dieu à qui se plaindre. Elle dialogue avec Hamlet, Werther, Arendt, Derrida, de l'Allemagne à l'Amérique de Trump, et construit un théâtre philosophique où les personnages – elle-même dans le premier rôle – entendent plusieurs plaintes dans chaque complainte. 
Comme un effet pervers de ce Bureau des plaintes, Avital Ronell fait aujourd'hui l'objet d'une plainte qui a déclenché des rumeurs, spéculations et dénonciations, depuis la publication d'un article à charge (et sans droit de réponse) du New York Times. Pour la première fois, dans un avant-propos inédit, elle réagit à cette affaire. " Il est difficile de nier que cet épisode de la plainte déposée contre moi apparaît comme un reste spectral, car cette situation invraisemblable, dans laquelle j'ai été l'objet d'une plainte "officielle", a acquis une notoriété publique et a empiété sur l'achèvement de ce livre. C'est comme si cette étude avait d'elle-même enclenché un programme de doléances incontrôlé et un emballement médiatique. Quelque chose dans les thématiques râleuses de ce travail avait anticipé la persécution quasi judiciaire et les représailles paniquées de l'autorité institutionnelle, l'assujettissement à un terrifiant processus de destruction forcée. Il ne serait pas exagéré d'affirmer que j'ai été traquée par les obsessions mêmes que j'avais rassemblées dans ce livre. " A. R.

Avital Ronell est une philosophe mondialement reconnue. Elle est professeure à European Graduate School et à New York University. Elle a importé la déconstruction aux USA. Ses livres sont largement traduits en français : Stupidity (Stock, 2002), Telephone Book (Bayard, 2006), American philo (Stock, 2006), Test drive (Stock, 2009), Addict : Fixions et narcotextes (Bayard, 2009), Losers : les figures perdues de l'autorité (Bayard, 2015). 

acheter ce livre

samedi 6 juillet 2019

Miguel Benítez : Voltaire lit Locke. Une étude critique de la Lettre sur l’âme

Champion - Juillet 2019


L’ouvrage suit le parcours de la pensée de Voltaire sur la nature et sur la destinée de l’âme, inspirée par l’idée d’une matière pensante, sommairement avancée par Locke dans son Essay concerning Human Understanding et affinée dans sa dispute avec l’évêque Stillingfleet. Il s’articule autour des trois versions différentes que Voltaire a données successivement de la lettre Sur Mr. Locke, faisant partie de ses lettres sur les Anglais. La nature du sujet abordé fait que Voltaire se cache derrière Locke ; il n’entend pas le résumer, mais le repenser à sa manière, expliciter ce qu’il n’aurait pas osé dire. Poussé par le besoin de garantir par la raison l’immortalité d’une âme matérielle, il a d’abord « obscurci » dans la version publiée dans les Lettres philosophiques un premier discours « sur la nature de l’âme » qu’il fait circuler parmi ses amis. Sitôt publiée cette deuxième version, Voltaire, alerté par ses proches, pense à modifier son texte. Au cours des discussions avec Formont et le père Tournemine, il a mûri lentement la solution, qu’il a ébauchée en partie dans le Traité de métaphysique et dans les Eléments de la philosophie de Newton. La troisième version de la lettre sur Locke ne verra la lumière qu’en 1748, dans les Mélanges de philosophie et de littérature, où l’âme matérielle est réduite à la condition d’un atome dont les parties sont physiquement insécables, indestructibles par conséquent.

Miguel Benítez, chercheur associé au CELLF de la Sorbonne, a consacré de nombreuses études aux hétérodoxes des Lumières.

acheter ce livre

Raison présente 2019/2 (N° 210), Varia

Union rationaliste - Juillet 2019


Page 3 à 6 : - Avant-propos | Page 7 à 11 : Yves Bréchet - Partager la rationalité scientifique entre citoyens | Page 13 à 15 : Édouard Brézin - De la difficulté à enseigner au temps des « vérités alternatives » | Page 17 à 24 : David Jasmin - La formation en science des professeurs d’école primaire : l’expérience de La Main à la Pâte | Page 25 à 35 : Mathieu Farina, Elena Pasquinelli - Les sciences cognitives et l’éducation de l’esprit critique : voies croisées | Page 37 à 49 : Éric Bruillard - Enseigner à l’ère de l’internet : catalogues, couleurs et collections | Page 51 à 62 : Roland Pfefferkorn - Inquiétante cohérence des « réformes » Blanquer et Vidal. Hiérarchisation des établissements et aggravation des inégalités sociales | Page 63 à 71 : Laurence De Cock - Ce que les nouveaux programmes d’histoire en lycée(s) disent des réformes éducatives en cours | Page 73 à 82 : - Entretien avec un Conseiller principal d’éducation | Page 83 à 87 : Jean-Michel Besnier - Faut-il confier l’éducation aux neurosciences ? | Page 89 à 91 : Michel Casevitz - L’état présent des lettres anciennes dans l’enseignement | Page 93 à 94 : Alain Policar - Temps modernes : la cérémonie des adieux | Page 95 à 103 : Étienne Klein - Progrès et innovation : quels liens ? | Page 105 à 143 : - Trimestrielles.

acheter ce livre

Dix-huitième siècle, n° 51, 2019 : La couleur des Lumières

La découverte - Juillet 2019

Alors que le 18e siècle est souvent perçu comme une « oasis » ou une « parenthèse colorée », rares finalement sont les travaux qui ont été directement consacrés à la couleur des Lumières. Réunissant les contributions de littéraires, d’historiens et d’historiens de l’art, le présent dossier propose une approche pluridisciplinaire originale. Si elle révèle d’abord de quelles façons la couleur s’installe dans l’univers matériel et mental des individus, elle montre aussi que la couleur participe pleinement aux reconfigurations des représentations de la société et de la nature qui sont à l’œuvre.
Sommaire
Éditorial
Souvenir de Jean Starobinski, par Michel Delon
I / La couleur des Lumières
Couleur(s) sur les Lumières, par Aurélia Gaillard et Catherine Lanoë
Culture et pratiques de la couleur
La couleur des réjouissances monarchiques (Paris, 18e siècle), par Pauline Valade
\"On embellit mon corps pour l'exposer aux flammes, et souvent on le peint de diverse couleur\" (L'écran à main), par Nathalie Rizzoni
Harmonie et dissonance. La fonction de la couleur dans les collections du siècle des Lumières, par Valérie Kobi
La couleur dans le roman des Lumières. Enjeux, emplois et évolutions, par Élodie Ripoll
Les savoirs de la couleur
Les couleurs en physique au 18e siècle : débats autour du renversement de leur statut par Newton, par Bernard Maitte
Marat et Castel : l'expérience du prisme revisitée, par Michel Blay
La philosophie des couleurs de Bernardin de Saint-Pierre, par Marco Menin
Pour des couleurs plus solides ? Transgression des règlements et diffusion de l'indigo dans la teinture des étoffes de qualité intermédiaire au 18e siècle, par Marguerite Martin
L'art tinctorial de la soie chez Macquer ou la couleur en mouvement : aperçu terminologique et technique, par Francesca Piselli
La question du coloris
Palettes et tableaux : des laboratoires de la couleur ?, par Charlotte Guichard
Gravure et conception coloriste de la peinture. La réécriture du Traité des manières de graver d'Abraham Bosse (1645) par Charles-Nicolas Cochin (1745), par Élisabeth Lavezzi
Pour une sculpture pittoresque : l'oeuvre de Jean-Baptiste Lemoyne à l'église Saint-Louis-du-Louvre (1743-1768), par Cécilie Champy-Vinas
Discours et poétiques de la couleur
Traduire les couleurs. Madame Picardet, le Président de Virly, la minéralogie wernerienne et les palettes chromatiques allemandes, par Patrice Bret
La couleur de la peau dans le discours médical (1730-1770), par Guillaume Linte
Les effets merveilleux des couleurs dans Lameki du chevalier de Mouhy (1735-1738). Couleur de la peau et désordre du monde, par Emmanuelle Sempère
Le style \"couleur de rose\" de Marguerite de Lubert, par Kim Gladu
\"Commander le silence à sa physionomie\" : la rougeur des hommes, par Jean-Christophe Abramovici
Des pouvoirs de la couleur dans La Nouvelle Héloïse, par Christophe Martin
Grand entretien
\"Penser la couleur\". Entretien avec Michel Pastoureau
II / Varia
Littérature
De la mémoire affective comme instrument compositionnel : Corinne de Mme de Staël, par Jean-François Perrin
Le moment libertin dans la tradition crébillonnienne, par Francis Lorranger
Les manuscrits de Montesquieu : un château de cartes, par Catherine Volpihac-Auger
Rêves héroïques : lire Plutarque à la manière de Rousseau, par Nicolas Fréry
Histoire des idées
Châtiment et rédemption par la langue. Le Crocodile et la Lettre à un ami sur la Révolution française de Louis-Claude de Saint-Martin, par Vicenzo De Santi
Adrien Lamourette et les philosophes : rupture ou continuité ?, par Nicolas Brucker
Estime de soi et reconnaissance chez Vauvenargues, par Daniel Acker
De l'impôt, manuscrit physiocratique de Mirabeau et Mauvillon (1790-1791), par Pierre et Camille Le Masne
Le tâtonnement de l'expertise scientifique moderne : les éloges de Condorcet comme lieux de réflexion sur le rôle social des savants, par Sayaka Oki
Histoire
Le labyrinthe du Jardin du Roi (Paris, 1739-1788) : les enjeux de la fréquentation de cet espace de promenade, par Élisabeth Rochon
Représentations de l'Europe à l'époque des Lumières et de la Révolution grecque, par Alexandra Sfoini
III / Notes de lecture
Éditions de textes
Revues
Histoire des idées et histoire culturelle
Histoire
Histoire des sciences
Littératures
Arts et musicologie
Index
Résumés.


acheter ce livre

vendredi 5 juillet 2019

Après-demain 2019/2 (N ° 50, NF) : La peur

Association Après-demain - Juillet 2019


Page 3 à 4 : Christian Vigouroux - Éditorial | Page 5 à 6 : François Molins - La gestion des peurs | Page 7 à 8 : Grégoire Le Quang - Les « années de plomb » en Italie, laboratoire de la peur | Page 9 à 11 : Bernard Mossé - Racisme de la peur, racisme de la raison | Page 12 à 14 : Jean-Clément Martin - De la peur à la terreur ? | Page 15 à 17 : Mandy Rossignol, Érika Wauthia - Les peurs de l’enfant : quand la peur de la peur conduit à l’anxiété pathologique | Page 18 à 20 : Anne Lorient - Dans la rue, la peur, au quotidien | Page 21 à 22 : Hervé Pierre - La peur au combat | Page 23 à 25 : Fabienne Gomant - Le mouvement des « gilets jaunes » : une illustration criante de la peur du déclassement | Page 26 à 28 : Claude Fischler - L’alimentation : de la méfiance à la défiance | Page 29 à 30 : Gaëlle Le Guern-Camara - Apprivoiser la peur | Page 31 à 34 : Dominique Sipière - La peur dans la fiction : que montrent les monstres du cinéma ? | Page 35 : - Exemple à suivre.

acheter ce livre

Kurt Flasch : Le Diable dans la pensée européenne

Vrin - Juillet 2019


Le Diable a rôdé en Europe pendant des siècles, à l’affût de tous ceux qu’il pouvait dévorer. Fascinés par sa férocité, les penseurs européens n’ont pas seulement subi sa présence hostile, ils ont transformé son visage, ils lui ont attribué de nouveaux noms, un statut, une voix et c’est en fonction de lui qu’ils ont organisé la vie sociale. Ce livre est le portrait biographique d’une figure protéiforme et impure, d’une créature bien réelle sous la plume de Saint Augustin, devenue pur esprit sous l’autorité des auteurs scolastiques, à la fois adversaire de Dieu et des hommes, serpent tentateur, dragon cruel, chef des démons et des sorcières, « seigneur de ce monde » et personnification du Mal … Ce livre est aussi une histoire culturelle et intellectuelle qui décrit les préoccupations et les pensées de femmes et d’hommes vivant en ce bas monde, et qui met en lumière le fait que les doctrines théologiques et philosophiques sur le Diable et les démons ne sont pas uniquement des théories : elles s’inscrivent si profondément dans les pratiques sociales qu’elles vont jusqu’à décider de la vie et de la mort des individus.
Dans cet essai magistral et incisif, Kurt Flasch revisite le grand récit du progrès de la pensée grâce à ce négatif photographique que constitue la figure du Diable.

Kurt Flasch, né en 1930 à Mayence, professeur émérite de la Ruhr-Universität Bochum, est l’un des plus importants historiens de la philosophie médiévale et de la Renaissance.
Traduction de l’allemand par Iñigo Atucha.

acheter ce livre

Luc Brisson et Francesco Fronterotta (dir.) : Lire Platon (rééd.)

PUF - Juillet 2019 - Quadrige


Comment Platon invente-t-il ce savoir et ce mode de vie que l'on nommera à sa suite " philosophie " ? Quels sont les traits distinctifs de la pensée platonicienne ? Comment la tradition platonicienne s'est-elle développée et quels en sont les principaux enseignements ? Chez Platon, la philosophie est le principe de l'amélioration de l'individu et de la cité. C'est en accordant une place primordiale à l'âme et au savoir fondé sur l'intelligible que l'homme sera capable de penser, de parler et d'agir. A travers les contributions originales de spécialistes internationaux, cet ouvrage donne au lecteur les moyens de saisir clairement les grandes lignes de la pensée du philosophe athénien. Les chapitres successifs examinent chacun des aspects essentiels de son oeuvre, en présentant les dialogues dans leur contexte historique et en proposant de nombreuses références bibliographiques, nécessaires à l'approfondissement des éléments présentés dans cette introduction.

Luc Brisson est directeur de recherche émérite au CNRS. Francesco Fronterotta est professeur associé en histoire de la philosophie ancienne à la Sapienza – université de Rome.

acheter ce livre

jeudi 4 juillet 2019

Pierre Hadot : La philosophie comme éducation des adultes. Textes, perspectives, entretiens. (Édition établie par Arnold I. Davidson et Daniele Lorenzini)

Vrin - Juillet - Philosophie du présent


« Le philosophe n’apprend pas aux hommes un métier particulier, […] mais il cherche à transformer leur sensibilité, leur caractère, leur manière de voir le monde ou d’être en rapport avec les autres hommes. On pourrait dire qu’il leur apprend le métier d’homme. »
Si la tâche de la philosophie est de former plutôt que d’informer, la philosophie est précisément l’éducation des adultes.
C’est en ces termes que Pierre Hadot évoque une conception de la philosophie comme manière de vivre que toute son œuvre aura brillamment contribué à réactiver. Grand lecteur des philosophes antiques, de Socrate et Platon à Épictète, Marc Aurèle et Plotin, mais aussi des philosophes modernes ou contemporains, de Montaigne et Descartes à Nietzsche et Merleau-Ponty, dans ce recueil de textes – introuvables ou inédits – Pierre Hadot relit l’histoire de la pensée afin de nous aider à réorienter notre vie et à réapprendre à voir le monde. Ces textes témoignent de sa capacité de parler à la fois au public universitaire et aux non spécialistes passionnés de philosophie. On y reconnaît toujours la clarté et la puissance de sa pensée. Sommes-nous prêts à être (trans)formés par la philosophie?

acheter ce livre

Arnaud Valence : Montrer et démontrer. La dualité d'Isbell ou les voies à double sens des raisonnements scientifiques

Editions de la Sorbonne - Juillet 2019 - Logique langage science philosophie


De Hilbert à Girard, en passant par Geltand et Grothendieck, nombre de grands mathématiciens ont, en l'espace d'un siècle, obtenu des résultats aussi spectaculaires que profonds. Ce que peu d'historiens ou philosophes des mathématiques ont perçu, c'est que ces résultats sont les som-mets escarpés d'un puissant massif qui ne dit pas son nom. Ces mathématiciens affirment en réalité un nouveau constructivisme qui témoigne d'un renouveau du structuralisme mathéma-tique. Alors que les mathématiques modernes nous ont appris comment construire toute forme d'action (disons des fonctions) à partir d'observables (disons des points), les mathématiques contemporaines nous ont montré comment, grâce à différents théorèmes de représentation, nous pouvons réciproquement reconstruire les espaces d'observables à partir de la seule notion d'action. Cet ouvrage poursuit une triple ambition. Il vient d'abord combler une lacune : la relative indigence de la littérature philosophique consacrée à ce constructivisme représentationnaliste. Il avance ensuite une thèse structuraliste en proposant de rassembler les dualités géométrie/algèbre sous une structure mathématique unifiée appelée dualité d'Isbell. Il montre enfin comment ce constructivisme peut être fécond pour les sciences appliquées, en proposant de revisiter deux théories dans deux champs disciplinaires différents : la théorie de l'équilibre général (économie) et la théorie du problème (épistémologie).

Arnaud Valence est docteur en philosophie de l'université Lyon 3 et docteur en économie de l'Ecole des hautes études en sciences sociales (Paris). Il travaille à la rencontre entre les réflexions fondamentales et les disciplines appliquées, à l'interface entre les sciences et les techniques, entre l'abstrait et le concret.

acheter ce livre

Nicolas Emeric (dir.) : Barthes face à la norme. Droit, pouvoir, autorité, langage(s)

Mare et Martin - Juillet 2019


" Etre gaucher, cela veut dire quoi ? On mange au rebours de la place assignée aux couverts ; on retrouve la poignée de téléphone à l'envers, lorsqu'un droitier s'en est servi avant vous ; les ciseaux ne sont pas faits pour votre pouce. En classe, autrefois, il fallait lutter pour être comme les autres, il fallait normaliser son corps, faire à la petite société du lycée l'oblation de sa bonne main (je dessinais, par contrainte, de la main droite, mais je passais la couleur de la main gauche : revanche de la pulsion) ; une exclusion modeste, peu conséquente, tolérée socialement, marquait la vie adolescente d'un pli ténu et persistant : on s'accommodait et on continuait. " Roland Barthes par Roland Barthes, Paris, Seuil, 1975.

acheter ce livre

mercredi 3 juillet 2019

Bonaventure : Itinéraire de l’esprit jusqu’en Dieu

Vrin - Août 2019 - Translatio


Composé sur le mont Alverne en 1257, l’Itinéraire est un livre étonnant : relativement court, il possède l’envergure d’une somme; mystique dans sa finalité, il n’est guère compréhensible que par des philosophes, ou des théologiens philosophes; fruit de la méditation d’un « pauvre dans le désert », il se déploie dans la profusion des créatures et des savoirs; structuré selon le modèle du séraphin crucifié, il a pour tonalité principale la joie. Enfin, il s’agit aujourd’hui de l’ouvrage le plus célèbre et le plus lu de saint Bonaventure, avec le Breviloquium, alors qu’il est l’un des plus difficiles à lire. Ce texte énigmatique mérite pourtant bien son nom d’itinéraire, avec la fonction introductive que cela implique. Il suffit, à l’invitation de Bonaventure, de se « laisser conduire par la main ».

Texte latin introduit et annoté par L. Solignac.
Traduction dA. Ménard o.f.m.

acheter ce livre

Roland Jaccard : L'Enquête de Wittgenstein

Arléa - Mars 2019


"Il n'y a pas de philosophie de Wittgenstein, il y a l'histoire d'un homme qui lutta pied à pied contre la folie et le suicide avec pour seules armes la logique et l'éthique." 
Tel est l'axe de lecture de Roland Jaccard pour enquêter sur Wittgenstein. 
Ses nombreux recueils seront publiés à titre posthume : Le Cahier bleu et Le Cahier brun (1958), Remarques philosophiques (1964), De la certitude (1969).

Roland Jaccard, né le 22 septembre 1941 à Lausanne, est un psychologue, écrivain, journaliste, critique littéraire, essayiste et éditeur suisse.

acheter ce livre

Giorgio Agamben : Image et mémoire. Ecrits sur l'image, la danse et le cinéma

PUF - Juillet 2019 - Collection : Perspectives critiques


Au coeur de toute image se love un mystère inépuisable : celui qui en fait quelque chose de vivant et non de mort, d'animé et non d'inanimé. Ce mystère n'a cessé de préoccuper penseurs et poètes, artistes et cinéastes, chorégraphes et écrivains – pour qui, tous, la quête de l'image constitue l'interminable moteur de la création. Dans les essais profonds et virtuoses réunis dans ce recueil, Giorgio Agamben évoque certains d'entre eux, tels Guy Debord, Friedrich Nietzsche, Bill Viola et Victor Segalen. Il dessine, au milieu de leurs textes ou de leurs oeuvres, l'ombre portée qu'y occupe l'énigme de l'image. De cette ombre portée, il finit par proposer le nom, comme une hypothèse laissée en suspens : celui de la nymphe, créature divine mais créée à l'image de l'homme, et qui ne peut trouver que dans l'amour de celui-ci la possibilité d'être elle-même.

Philosophe italien proche de la pensée de Foucault, Giorgio Agamben est une des plus grandes figures de la pensée contemporaine. Ses livres sont traduits et commentés dans le monde entier. En français, ses dernières parutions sont Polichinelle (Macula, 2017), Karman (Le Seuil, 2018) ou Qu'est-ce que la philosophie ? (Galilée, 2018).

acheter ce livre