vendredi 31 janvier 2020

Michael Walzer : Penser la justice. Entretiens avec Astrid Von Busekist

Albin Michel - Janvier 2020


Penseur engagé dans la vie politique américaine depuis le combat pour les droits civiques, Michael Walzer est une figure marquante de la gauche intellectuelle aux États-Unis. Convaincu que le débat philosophique n'est utile que s'il est adossé aux pratiques concrètes et à la moralité des sociétés, il développe une critique sociale aux antipodes de la philosophie désincarnée, qui ne répond ni aux préoccupations quotidiennes des gens ordinaires ni au sentiment d'injustice des perdants de la globalisation. Il est inutile, selon lui, de vouloir écrire une théorie de la justice : c'est à « penser la justice » en fonction du contexte donné (politique, économique, religieux, etc.) qu'il faut s'employer.
Grâce à la science d'Astrid von Busekist, nous entrons dans une oeuvre édifiante qui défend une morale politique « commune », enracinée dans des traditions culturelles particulières, mais capable de dialoguer par-delà les frontières. Face à l'urgence de l'engagement et de l'extrême attention à porter aux inégalités et aux injustices, elle définit le rôle que peut - et que doit - jouer le critique social ou le philosophe dans la cité moderne.

Astrid von Busekist est professeur de théorie politique à Sciences Po, co-directrice de la revue Raisons Politiques.

acheter ce livre

François L'Yvonnet : François Jullien. Une aventure qui a dérangé la philosophie

Grasset - Janvier 2020


Toute entreprise philosophique sérieuse commence par un écart, un décentrement. C’est le prix à payer pour se défaire des pensées sur mesure, des points de vue unilatéraux et s’ouvrir à l’originalité qui gît au cœur même du connu. Plonger dans la pensée de François Jullien, tout à la fois philosophe, helléniste et sinologue, c’est faire l’expérience de cette dissidence de l’esprit qui bouscule et reconfigure les frontières de la philosophie. 
Dans François Jullien, une aventure qui a dérangé la philosophie, François L’Yvonnet se propose de rendre compte de la trajectoire intellectuelle du philosophe et de l’audace de sa démarche. Une démarche qui a conduit très tôt François Jullien, à rebours du dogme universitaire, à faire un détour par la Chine, à se tourner vers un « dehors » pour mieux interroger nos concepts hérités du monde Gréco-latin (notre « dedans »). Une démarche qui dépayse la pensée et se retrouve, tel un fil d’Ariane, dans l’ensemble des objets d’étude du philosophe : le politique, l’esthétique, la morale, le vivre, l’Art, l’amour… autrement dit, dans toutes les couches de l’existence.
A ceux qui connaissent déjà l’œuvre de Jullien, l’essai de François L’Yvonnet saura donner les clefs pour approfondir leur lecture ; pour les autres, il constitue une excellente propédeutique.

Professeur de philosophie et éditeur, François L’Yvonnet dirige la collection « Via latina » chez Albin Michel et la série Philosophie des « Carnets » de l’Herne. Il est notamment l’auteur de Homo Comicus ou l'intégrisme de la rigolade, Mille et Une Nuits, 2012 et L'Effet Baudrillard, l'élégance d'une pensée, François Bourin, 2013. Il a dirigé le Cahier de l’Herne consacré à François Jullien (2018).

acheter ce livre

Nestor Capdevila : Liberté, un mot spécieux. Le jeu d'un concept

Editions de la Sorbonne - Janvier 2020 - La philosophie à l'œuvre


Hobbes nous dit que le mot "liberté" est spécieux.
Il existe de fait un contraste frappant entre la plénitude que peut donner l'énonciation du mot, comme dans le célèbre poème d'Eluard, et le sentiment de vide provoqué par la désolante diversité des usages concrets, parfois ouvertement contradictoires. Tôt ou tard, la réflexion bute sur la polarité de la liberté comme affirmation de l'ordre censé nous protéger de la licence, de l'anarchie ou du nihilisme, c'est-à-dire de la "fausse" liberté, ou comme négation de l'ordre dont les contraintes sont suspectées d'être oppressives et incompatibles avec la "vraie" liberté.
Les contradictions entre les conceptions de l'ordre associées à la liberté donnent une justification à la conception de la liberté comme négation. Mais celle-ci est également difficile à tenir car elle risque de nier son objet en basculant dans la licence illimitée. Le conflit entre la liberté comme affirmation et la liberté comme négation n'est pas un défaut du concept. Il faut plutôt dire : la liberté est l'un des concepts qui servent à penser la production historique d'objets par l'activité collective et conflictuelle des hommes. L'oscillation entre ces deux pôles, qui peut être embarrassante au point d'inciter à n'en plus parler, montre que de tels concepts ont une structure ludique, au sens de ce qui fait l'intérêt de jeux intellectuels aussi futiles que les échecs.
Ce livre peut se lire comme une introduction au jeu conceptuel de la liberté.

Nestor Capdevila est maître de conférences en philosophie politique à l'université Paris-Nanterre et membre de Sophiapol. Il a notamment publié Las Casas, une politique de l'humanité. L'homme et l'empire de la foi (éditions du Cerf, 1998) ; Le concept d'idéologie (PUF, 2004) ; Tocqueville et les frontières de la démocratie (PUF, 2007) ; Impérialisme, empire et destruction, dans B. de Las Casas, La controverse entre Las Casas et Sepúlveda (Vrin, 2007) ; Tocqueville ou Marx. Démocratie, capitalisme et révolution (PUF, 2012) ; Equivoques et tourments de l'utopie. Un concept en jeu (Publications de la Sorbonne, 2015).

acheter ce livre

jeudi 30 janvier 2020

Dominique Avon : La liberté de conscience. Histoire d'une notion et d'un droit

Presses universitaires de Rennes - Janvier 2020


Entre le XVIe et le XVIIIe siècle, la liberté de conscience a été conçue, d’abord en latin et dans une poignée de langues européennes, comme une possibilité de croire, de changer de croyance ou de ne pas en avoir. Elle a ainsi reçu une acception distincte de celle de la liberté religieuse ou de la liberté de religion. Lors de son inscription dans la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme, adoptée sans vote négatif par l’assemblée générale des Nations Unies en décembre 1948, ce droit individuel a néanmoins suscité des réserves ou oppositions qui ont empêché sa déclinaison constitutionnelle par plusieurs États-membres. Une génération plus tard, la contestation de la liberté de conscience s’est trouvée renforcée au nom de la reconnaissance de sensibilités culturelles différenciées, au nom d’une lutte contre l’apostasie – parfois associé au blasphème ou à l’insulte contre certaines religions -, ou au nom de la défense de l’unité d’un corps. L’enquête historique conduite dans cet ouvrage s’inscrit dans le temps long des sociétés humaines. Établie sur des sources linguistiques diverses, elle vise à saisir l’émergence d’une notion au sein de communautés spécifiques, du Bassin méditerranéen à la Chine et à l’Amérique du Nord, à comprendre les motifs d’adhésion et de rejet formulés par plusieurs centaines d’auteurs, à déterminer les modalités d’expansion de cette liberté, de sa traduction dans des langues qui n’en avaient pas dessiné les contours, ainsi qu’à appréhender les ressorts des remises en question contemporaines. Cette recherche met en jeu des autorités exerçant des fonctions complémentaires ou rivales et s’intéresse aux institutions dont elles ont la charge. Elle explore, entre autres, les registres de la philosophie, de la théologie et du droit. Elle met en exergue la force et la fragilité d’une des libertés fondatrices de la modernité, historiquement située et qui n’a cessé d’être louée ou décriée.

acheter ce livre

Andrew Culp : Dark Deleuze

Editions Divergences - Janvier 2020


Gilles Deleuze est connu comme le penseur de la création, de l'affirmation joyeuse et du rhizome. Mais Andrew Culp défend l'idée polémique que cette pensée radicale et joyeuse a perdu son potentiel de résistance au présent. Ces concepts créés pour combattre le capitalisme ont été recyclés dans des slogans publicitaires qui affirment allègrement que : « Le pouvoir est vertical ; le potentiel horizontal ! » Culp retrouve la négativité oubliée de Deleuze et perturbe la lecture dominante en révélant un réseau souterrain de conspiration, de cruauté, de terreur de l'extérieur et de la honte d'être humain. Un Deleuze révolutionnaire pour notre monde digital, de bonheur compulsif, de contrôle décentralisé et de surexposition.

acheter ce livre

Stéphanie Roza : La Gauche contre les Lumières ?

Fayard - Janvier 2020


Depuis plusieurs années déjà s’élèvent des critiques d’une radicalité inouïe contre le cœur même de l’héritage des Lumières : le rationalisme, le progressisme, l’universalisme.
Ces critiques se revendiquent de l’émancipation des dominés, marqueur traditionnel des différents courants de gauche.
Mais s’inscrivent-elles dans le prolongement de celles qui, depuis l’émergence des mouvements socialiste, communiste ou anarchiste, avaient pour horizon un prolongement et un élargissement des combats des Lumières « bourgeoises » ?
Il est malheureusement à craindre que non.
Une partie de la gauche est-elle dès lors en train de se renier elle-même ?

Stéphanie Roza est chargée de recherches au CNRS, spécialiste des Lumières et de la Révolution française. Ses recherches actuelles portent sur l’héritage du XVIIIe siècle français dans le monde contemporain. Elle a publié Comment l’utopie est devenue un programme politique. Du roman à la Révolution (Classiques Garnier, 2015). A paraître : Lumières de la gauche (Editions de la Sorbonne).

acheter ce livre

mardi 28 janvier 2020

Geneviève Fraisse : Féminisme et philosophie

Gallimard - Janvier 2020 - Folio essais


Sartre écrit, dans Plaidoyer pour les intellectuels, que l’intellectuel est celui qui se mêle de ce qui ne le regarde pas, quand Beauvoir – à l’évidence – se mêle de ce qui la regarde, dans ses livres Le Deuxième Sexe, La Vieillesse. La question sexe/genre s’impose désormais comme problème théorique, mais l’objet de pensée échappe encore à la sérénité académique, comme à la légitimité scientifique.
L’étudiante Geneviève Fraisse a compris que la philosophie était le bastion le plus solide, parce que le plus symbolique, de la prérogative masculine. Alors il fallait chercher les mots possibles de l’émancipation féministe, de la démocratie exclusive au consentement par exemple, pour leur donner une consistance conceptuelle et les colporter sur les chemins de l’universel. L’histoire est un bon matériau, les textes anciens comme l’actualité récente, voire les événements tel Metoo. Car il faut s’introduire dans la tradition pour mieux la subvertir.

acheter ce livre

Bernadette Bensaude-Vincent et Richard-Emmanuel Eastes (dir.) : Philosophie de la chimie

DE BOECK SUP - Janvier 2020 - Philosophie des sciences


Ce livre, qui réunit les contributions d’une trentaine de spécialistes français et étrangers, présente en 21 chapitres l’état de la recherche actuelle dans tous les principaux domaines de la philosophie de la chimie, avec une forte composante d'histoire de la discipline.
Il présente les concepts, les problèmes et les inquiétudes que les chimistes nous obligent à penser à travers leurs pratiques et réflexions quotidiennes, qu’elles soient académiques ou industrielles, et notamment sur les rapports de la chimie à la matérialité et à la société. L’originalité du livre tient à son organisation qui combine l’anthologie de textes clés – classiques ou modernes – avec des présentations synthétiques sur chaque thème abordé.
Il s’adresse ainsi aux étudiants de licence et de master en philosophie comme en chimie, ainsi qu’aux enseignants, techniciens, ingénieurs et chercheurs en chimie.

Sommaire

Introduction générale. Pourquoi une anthologie de philosophie de la chimie ?
Inquiétudes identitaires – Un cachet épisthémologique – Une science philosophiquement engagée – Défis éthiques et sociétaux 
I. L'identité de la chimie
Faire de la chimie – La question de l'alchimie – Identités de chimistes – Un territoire non assignable – L'avenir de la chimie
II. Epistémologie
Transporter la nature au laboratoire – Connaître par le faire – Théories et modèles – Nommer, écrire et classer
III. Ontologie
Matière, matières et matériaux – Substances et relations – Atomes, corps simples, éléments – Mixte et composé – Interfaces, surfaces, interactions
IV. Ethique et société
Promesses et désillusions – Les chimistes se responsabilises – Des responsabilités élargies – Chimie en société : vers une nouvelle identité

acheter ce livre

Natalie Depraz & Raphaël Künstler (dir.) : Enquête sur les représentations mentales. Comment les concevoir ? Comment s’en passer ?

Matériologiques - Février 2020


La référence aux représentations mentales joue un rôle central dans notre vision du monde. Non seulement leur existence semble indéniable, mais elles permettent d’expliquer un grand nombre de phénomènes : la conscience, la perception, les opérations cognitives, le langage, les réalités symboliques, les conduites individuelles et collectives. Aussi sont-elles étudiées par les psychologues, les sociologues, les anthropologues, les linguistes, les neuroscientifiques, etc. Cette puissance explicative paraît résulter du fait que le caractère représentionnel des représentations incarnées, corporelles, observables, dériverait d’une capacité représentationnelle primordiale de l’esprit.
Il est pourtant notoirement difficile de concevoir comment les représentations mentales pourraient jouer ce rôle, et cela pour plusieurs raisons. 1° Leur caractère mental rend plus mystérieuse encore la relation représentationnelle, puisque, celle-ci devant relier des esprits d’un côté, et des corps de l’autre, cette relation serait ontologiquement hétérogène. 2° Si la relation de représentation s’explique par des représentations mentales, le caractère représentationnel d’une représentation mentale devrait également s’expliquer par une autre représentation mentale, et ainsi de suite, si bien qu’on voit mal comment une relation quelconque pourrait être instaurée. 3° Les représentations mentales ne sont directement accessibles que par introspection : admettre dans les explications scientifiques des faits directement connus par une seule personne, ne serait-ce pas ouvrir la voie à toutes les dérives ? 4° Tous les scientifiques ne s’accordent pas sur la nature ou le format des représentations mentales : sont-elles des images ? Des propositions ? Des intentionnalités sui generis ?…
Le constat nous met devant une alternative : soit nous parvenons à concevoir les représentations mentales, soit nous devons apprendre à nous en passer. Ce sont chacune de ces deux voies qu’explore cet ouvrage.

acheter ce livre

lundi 27 janvier 2020

Richard Mervyn Hare : Penser en morale. Entre intuition et critique

Hermann - Décembre 2019


La morale n’est pas seulement affaire d’intuitions ; elle est aussi affaire de raisonnement. Si l’on apprécie spontanément le bien et le mal, le juste et l’injuste, on ne peut, face aux dilemmes éthiques, faire l’économie de l’argumentation. Dans cet ouvrage, devenu un classique incontournable de l’éthique contemporaine, Richard M. Hare propose de relier à un niveau intuitif, qui est celui du sens commun, un niveau critique, plus réflexif. Or, à ce second niveau, la logique même des concepts moraux nous conduit à adopter l’utilitarisme.
L’auteur montre ici comment le calcul peut trouver sa place en morale – si nous évaluons les actions humaines non seulement à partir de nos propres valeurs présentes, mais également à la lumière de celles que nous pourrons avoir à l’avenir ou que les autres se trouvent avoir.
Il affronte des questions pratiques qui concernent tous les hommes, car elles suscitent des conflits violents ; or « il est possible que la violence engloutisse le monde, si nous ne trouvons pas une manière d’en discuter rationnellement et dans l’espoir de nous accorder ».

Richard Mervyn Hare (1919-2002) est l’un des principaux philosophes moraux contemporains. Il enseigna à l’université d’Oxford et à l’université de Floride.

acheter ce livre

Denis Crouzet, Elisabeth Crouzet-Pavan, Philippe Desan, Clémence Revest (dirs) : L'humanisme à l'épreuve de l'Europe. XVe-XVIe siècle. Histoire d'une transmutation culturelle

Champ Vallon - Septembre 2019


L’Europe des XVe et XVe siècles voit émerger puis triompher le mouvement humaniste. Comment l’humanisme, né comme une contre culture et diffusé par des réseaux intellectuels italiens épris de la redécouverte des classiques, s’impose-t-il aussi vite comme un modèle dominant ? A cette question classique, ce livre apporte des réponses nouvelles. Il montre que l’humanisme triomphe à travers l’Europe selon des formes, des expressions et des degrés variables selon les espaces, les publics et les écosystèmes socio-politiques et socio-intellectuels. Il évoque les résistances parfois farouches que ce système d’interprétation du monde rencontra. Il brosse, en laissant toute leur place aux multiples capacités d’adaptation de cette culture, le tableau bigarré des humanismes européens.

acheter ce livre

Jean-Marie Nicolle : Le Laboratoire mathématique de Nicolas de Cues

Editions Beauchesne - Janvier 2020 - Le grenier à sel


Nicolas de Cues fait partie de ces philosophes qui n'hésitent pas à confronter leurs thèses aux données de la science. Cherchant à démontrer la puissance de son principe appelé "la coïncidence des opposés", il s'est lancé dans une recherche mathématique pour résoudre le problème de la quadrature du cercle, rédigeant en quatorze ans une douzaine de traités sur la question. Cependant, à la lecture de son oeuvre, de nombreuses questions se posent : Quelle est la nature des objets mathématiques ? Sont-ils des essences indépendantes ou des productions de la pensée humaine ? Quelle est la fonction des objets mathématiques dans la pensée du Cusain ? Sont-ils des illustrations, des analogies, des symboles, des paradigmes ? Comment les mathématiques pourraient-elles préparer à la théologie ? Si une "théologie mathématique" peut faire avancer la théologie, notamment pour penser la Trinité et la Création, des "mathématiques théologiques" sont une catastrophe pour le progrès de la science. Nous nous proposons ici de découvrir les obstacles épistémologiques dans les écrits mathématiques de Nicolas de Cues de façon à montrer comment les définitions théologiques qu'il a données aux notions mathématiques ont pu l'empêcher, malgré lui, de progresser vers la vérité.

Jean-Marie Nicolle est agrégé et docteur en philosophie. Il est spécialiste de Nicolas de Cues, membre fondateur de la Société Française Cusanus, membre de l'American Cusanus Society, membre du comité scientifique de la Cusanus Gesellschaft de Trêves. Sa thèse soutenue en 1998 à l'Université Paris X – Nanterre s'intitule : Mathématiques et métaphysique dans l'oeuvre de Nicolas de Cues. Il est l'auteur de deux ouvrages et de nombreux articles sur l'oeuvre cusaine.

acheter ce livre

dimanche 26 janvier 2020

Frédéric Worms et Claire Marin (dirs.) : Naître et renaître

PUF - Janvier 2020 - Questions de soin


Cet ouvrage explore la complexité et la richesse de l'événement de la naissance, la diversité des approches sociales et culturelles, la force des enjeux qui en découlent, qu'ils soient psychiques ou politiques. Comment se déroule une naissance, quels soins l'entourent, la précèdent, la prolongent, l'accompagnent ? Quels sont ceux et celles, parents, soignants, figures médicales ou symboliques, mythologiques ou magiques, qui participent à la naissance ou à la renaissance d'un individu ? Autour du paradigme de la naissance, se croisent d'anciennes questions et de véritables défis contemporains autour de la conception et de la fabrication des enfants. Que nous apprennent ceux qui accueillent les nouveau-nés et secondent leurs parents, mais aussi ceux qui entendent dans la souffrance d'un adolescent ou d'un adulte la douleur d'une impossible naissance à soi ?

Claire Marin est professeure de philosophie en classes préparatoires aux grandes écoles et membre associé de l'ENS-Ulm. Ses recherches portent sur les épreuves de la vie. Elle est notamment l'auteure de Violences de la maladie, violence de la vie (Armand Colin, 2008, Prix d'éthique Pierre Simon), Hors de moi (Allia, 2008, Prix de l'Aca­démie de médecine), L'homme sans fièvre (Armand Colin, 2013), La maladie, catastrophe intime (Puf, 2014) et Rupture(s) (L'Observatoire, 2019). Frédéric Worms est professeur de philosophie à l'ENS, où il dirige le Centre international d'étude de la philosophie française contemporaine. Il a dirigé aux Puf l'édition critique des oeuvres de Bergson et y est notamment l'auteur de Bergson ou les deux sens de la vie et du Moment du soin. A quoi tenons-nous ? (2010). Dans la collection " Questions de soin ", il est l'auteur d'A quels soins se fier ? Conversations avec Winicott (codir. avec Claire Marin, 2015) et Les Classiques du soin (codir. avec Céline Lefève, Lazare Benaroyo, 2015).

acheter ce livre

Adolfo Sanchez Vazquez : Philosophie de la Praxis

Delga - Janvier 2020


« La catégorie de praxis devient dans le marxisme la catégorie centrale. À la lumière de celle-ci, il faut aborder les problèmes de la connaissance, de l’histoire, de la société et de l’être lui-même. » Fort de ce primat, l’ambition affichée dans ce livre par Adolfo Sánchez Vázquez, sans doute le plus grand penseur marxiste latino-américain, est d’avoir « essayé d’élever la conscience philosophique de l’activité pratique matérielle [praxis] de l’homme ».
Parmi les multiples niveaux de ce livre sans équivalent, deux semblent saillir encore plus opportunément que les autres pour féconder notre présent :
– la conscience ordinaire qui à travers sa praxis prend pour objet le monde pour le transformer, ne prend pas par contre spontanément la praxis pour objet, qui apparaît donc comme un angle mort de la conscience bien que cette dernière paradoxalement en émane ontologiquement (voir les Thèses sur Feuerbach de Marx).
– ordinairement, bien que les praxis individuelles transformant le monde soient par définition intentionnelles, la praxis commune globale résultante de toutes ces praxis intentionnelles est, elle, non intentionnelle.
L’idéologie libérale a su enrôler ces deux taches aveugles de l’homme « pré-historique » en les exhaussant au rang de dogme : l’idéologie d’une « société civile » comme résultante du télescopage entropique de praxis non réflexives sou
mises à la seule main invisible du marché.
Il s’agira alors pour Adolfo Sánchez Vázquez de montrer que l’accumulation exponentielle des contradictions actuelles du libéralisme débridé nous fait basculer dans une phase d’accélération du développement historique dont la résolution décisive ne pourra se produire que par un saut qualitatif, prenant à rebours le libéralisme et la conscience ordinaire sur les deux points précités et devant se traduire par le fait :
– d’une authentique conscience de la praxis, qui devient objet pour la conscience. Le réel devient rationnel.
– que cette prise de conscience, conjuguée à la coïncidence éprouvée des intérêts des subalternes dans la promiscuité des luttes de classes grandissantes, conduira à travers l’émergence de fins communes à une praxis commune intentionnelle (la planification de l’appropriation collective des moyens de production, le socialisme). Le rationnel devient réel.

ADOLFO SÁNCHEZ VÁZQUEZ (1915-2011), professeur de philosophie à l’université autonome de Mexico, auteur de nombreux ouvrages. Membre du PCE, il fut un combattant actif pendant la guerre civile espagnole, puis dut émigrer au Mexique.

acheter ce livre

Marc Feix, Marie-Jo Thiel, Paul-H Dembinski (dirs) : Peuple et populisme, identité et nation. Quelle contribution à la paix ? Quelles perspectives européennes ?

 Presses universitaires de Strasbourg - Janvier 2020 - Chemins d'éthique


Peuple, populisme, identité et nation sont quatre mots utilisés comme slogans dans une cacophonie encore amplifiée par les réseaux sociaux. Or, lorsque les mots se vident de leur sens à force d'avoir été maltraités et manipulés, le dialogue devient impossible. Les auteurs de ce volume se penchent sur ces termes, en se tournant vers l'Ecriture et les traditions chrétiennes, pour préciser leur portée dans l'Europe d'aujourd'hui. Ils proposent ainsi au lecteur de mieux cerner la complexité de ces thématiques politiques, à rebours des discours réducteurs. Ce travail est le fruit d'une collaboration originale de l'Association internationale pour l'enseignement social chrétien (AIESC) et de la Faculté de théologie catholique de l'Université de Strasbourg.

acheter ce livre

samedi 25 janvier 2020

Judith Michalet : Deleuze, penseur de l'image

PU Vincennes - Janvier 2020 - La philosophie hors de soi


De la peinture de Francis Bacon aux films d'Alain Resnais, les œuvres visuelles de prédilection de Gilles Deleuze s'inscrivent dans une esthétique qui valorise l'excès, l'errance et la sublimation. De l'hystérie en peinture au surgissement de l'image-temps au cinéma, Deleuze promeut la propagation directe des forces que l'image véhicule, privilégiant la pure présence de ce qui est image. Sa critique de la mimésis et des distances réflexives de la représentation témoigne d'une forte défense des états de fusion et d'une fuite dans l'imaginaire. L'approche philosophique de Deleuze a pour singularité de penser l'image sans transcendance, sans manque et sans absence. Ce livre invite à considérer les origines et les conséquences d'une telle affirmation de l'immanence de l'image, y compris ses contradictions, tout en ouvrant un questionnement plus général sur le rapport entre image et subjectivité.

acheter ce livre

Jean-Marc Lévy-Leblond : Le Tube à essais. Effervesciences

Le Seuil - Janvier 2020 - Science ouverte


Ce livre rhapsodique réunit des essais sur l'histoire, la culture, la philosophie, la littérature, la langue, des sciences modernes. Il s'agit, comme dans une éprouvette de chimiste, de provoquer des réactions entre ces diverses matières de pensée, dans l'espoir de voir se produire des combinaisons inédites et stimulantes.
La science aujourd'hui est trop complexe quant à son travail propre, trop impliquée dans les rapports sociaux, trop liée aux formes idéologiques dominantes, pour n'être analysée qu'en termes épistémologiques, sociologiques ou historiques séparés. C'est de tous côtés à la fois qu'il s'agit de la comprendre – et, peut-être, de la transformer.
De la confrontation entre une histoire de la science à venir, une analyse du réel selon la physique, une réflexion sur les rapports de Simone Weil ou de Bergson avec la science, une relecture moderne de Lucrèce, un apologue sur l'ignorance savante, une visite au chat de Schrödinger, une lettre à Marie Curie et une autre à Gustave Flaubert, un éloge des controverses, une lecture critique de la culture scientifique, un divertissement sur la chute des astronomes dans les puits, un scénario de science-friction, etc., on souhaite que se dégage une certaine effervesc(i)ence.

Jean-Marc Lévy-Leblond, professeur émérite de l'université de Nice, est physicien, essayiste et éditeur. Il est aujourd'hui l'un des meilleurs artisans de la " mise en culture " des sciences.

acheter ce livre

Jean-Pierre Ehm : Engendrements. L'au-delà de la logique des fonctionnements

AFNIL - Janvier 2020


Une première découverte en a suscité d’autres en cascade; l’importance d’un isolat géographique dans la naissance des civilisations conduit à révéler deux autres artifices, le châssis et le conduit, tout aussi indispensables. Tous les trois sont retrouvés, non seulement dans les sociétés humaines, mais aussi, dans tout ce qui vit. Les mondes vivants et sociaux utilisent en outre les mêmes procédures dites émergentes pour naître et évoluer dont l’une, la différenciation organiciste conduit à la formation des organes au sein d’un organisme vivant, ainsi qu’aux métiers dans la société humaine. Enfin, il apparaît que le monde de l’esprit exploite lui aussi les mêmes artifices, les mêmes processus émergents et, cerise sur le gâteau, l’on réalise que le processus de différenciation organiciste correspond à la dialectique utilisée par les philosophes dans le domaine de l’esprit. La nature vivante philosophe sans le savoir alors qu’elle n’est pas douée de raison. Si elle le fait aussi bien malgré cette déficience, c’est que la dialectique n’est pas rationnelle. Hegel pourtant voit la dialectique prendre corps avec la raison; nous montrerons qu’il s’est égaré, lui est ses suiveurs. Il s’agit donc bien d’une aventure, car l’on risque de s’y trouver parfois dépaysé, plus précisément déconcerté. Elle ne sera permise qu’à la condition d’apprécier les fonctionnements et les engendrements comme des processus radicalement différents; à ce prix, cette lecture apporte de la fraîcheur dans le paysage intellectuel contemporain qui semble tourner en rond entre l’érudition et le refrain. Qu’on juge cette ouverture bonne ou mauvaise, l’on ne pourra lui faire le reproche de ressasser des idées éculées.

acheter ce livre

vendredi 24 janvier 2020

Chantal Jaquet, Pierre-François Moreau, Pascal Sévérac (dirs.) : Spinoza transatlantique. Les interprétations américaines actuelles

Editions de la Sorbonne - Janvier 2020


Dans cet ouvrage, les principaux philosophes et historiens de la philosophie des États-Unis, spécialistes de Spinoza, présentent leurs interprétations et dialoguent avec leurs homologues français. C'est la première fois qu'une discussion systématique entre ces deux traditions a lieu. Elle fait suite au dialogue engagé entre Italiens et Français dans le volume Spinoza transalpin [Éditions de la Sorbonne, 2014).
Si la philosophie ignore les nationalismes, elle n'ignore pas les langues. Ainsi se créent dans chaque pays des traditions d'interprétation : elles partagent des références communes, lisent les auteurs selon des problématiques liées à leur histoire et s'expriment dans des styles spécifiques, propres à leur formation et à leurs institutions. Loin de gêner le débat, ces différences rendent au contraire nécessaires les confrontations.
Cette rencontre révèle que les philosophes américains prennent en compte les analyses de Gueroult, Matheron, Althusser ou Deleuze pour les prolonger, les contester ou les mesurer à leurs propres recherches. Elle témoigne surtout d'une évolution du commentaire. Il fut un temps où la lecture américaine se concentrait sur la logique et la métaphysique, alors que les questions d'éthique et de politique ainsi que les discussions sur la religion semblaient un domaine réservé à la recherche française. Il apparaît maintenant que ces frontières se dissolvent et que durant ces dernières années, les thématiques de la communauté, de la superstition, de l'objectivité du bien et du mal, de la générosité se développent outre-Atlantique dans de nouvelles perspectives.

Étienne Balibar, Steven Barbone, Laurent Bove, Edwin Curley, Michael Della Rocca, Simon B. Duffy, Daniel Garber, Pascale Gillot, Céline Hervet, Jonathan Israel, Chantal Jaquet, Mogens Lærke, Jacqueline Lagrée, Yitzhak Melamed, Warren Montag, Pierre-François Moreau, Steven Nadler, Knox Peden, Alison Peterman, Charles Ramond, Michael Rosenthal, Pascal Sévérac, Hasana Sharp, Jack Stetter, Ariel Suhamy, Lorenzo Vinciguerra

acheter ce livre

Études sartriennes 2019, n° 23 : Sur les concepts d’histoire. Sartre en dialogue

Classiques Garnier - Janvier 2020


SUR LES CONCEPTS D’HISTOIRE
SARTRE EN DIALOGUE

Chiara Collamati
Introduction /
Introduction 11

Alexandre Feron
Dépasser le relativisme historique.
Merleau-Ponty et Sartre face à Aron /
Beyond historical relativism.
Merleau-Ponty and Sartre confronted with Aron 17

Chiara Collamati
Du cercle à la spirale.
Totalité ouverte et structures du temps historique /
From the circle to the spiral.
Open totality and the structures of historical time 41

Hervé Oulc’hen
Comment cartographier une totalité ?
Le « marxisme tardif » de Fredric Jameson /
How to map a totality? Fredric Jameson’s “late Marxism” 63

Matthias Lievens
L’hypothèse machiavélienne de Sartre.
Le conflit comme garant de la liberté /
Sartre’s Machiavellian hypothesis.
Conflict as the guarantor of freedom 85

Alix Bouffard
Processus et histoire chez Sartre et Lukács /
Process and history in Sartre and Lukács 109

Jérôme Lamy et Arnaud Saint-Martin
Des modes d’existentialisme des techniques ?
Une relecture de la Critique de la raison dialectique /
Are there existentialist modes of technology?
A rereading of the Critique de la raison dialectique 135

VARIA

Gilles Philippe
Les protocoles rédactionnels de La Reine Albemarle /
The writing techniques of La Reine Albemarle 151

Jean Bourgault
« Un rêve de pierre ». À propos du « Fragment
d’un journal romain » de Jean-Paul Sartre /
“A stone dream”. On Jean-Paul Sartre’s
“Fragment d’un journal romain” 169

Alain Corbellari
Sartre et le mythe tristanien /
Sartre and the myth of Tristan 189

Alexis Chabot
Le paradis perdu, un mystère sartrien /
Paradise lost, a Sartrian mystery 209

Résumés/Abstracts 227

acheter ce livre

Revue d'histoire de la pensée économique 2019 – 2, n° 8 : Y a-t-il une économie politique républicaine ?

Classiques Garnier - Janvier 2020



Cyrille Ferraton
Vision et analyse chez Robert Heilbroner 15
Patrick Mardellat
Marx, phénoménologie de la pauvreté
et mise au jour du commun 37
Cécile Renouard
De la personne comme don à la justice des communs.
Essai à partir de Martha Nussbaum 57
Adrien Vila
Du dollar-compensé au 100 % Monnaie.
La réponse d’Irving Fisher à la crise de 1929 81

SYMPOSIUM
Y A-T-IL UNE ÉCONOMIE POLITIQUE RÉPUBLICAINE ?

Thierry Demals, Alexandra Hyard
Introduction. L’économie politique et la république 111
Jean-Fabien Spitz
Droit de propriété et droit de nécessité chez Grotius.
Les fondements philosophiques de l’État social 125
Joël Thomas Ravix
Francis Bacon et William Petty.
Une autre économie politique républicaine ? 153
Catherine Larrère
Des républiques commerçantes à l’économie politique
républicaine. La question du territoire au xviiie siècle 185
Christopher Hamel
Diderot contre la physiocratie. Une critique républicaine ? 207
Michel Bellet, Philippe Solal
La notion de propriété chez Sismondi.
Un premier positionnement à partir des Nouveaux principes 241

REVUE DES LIVRES

Ryuzo Kuroki et Yusuke Ando (éd.), The Foundations
of Political Economy and Social Reform : Economy and Society
in Eighteenth-Century France (Christophe Depoortère) 271
Amanar Akhabbar, Wassily Leontief et la science économique
(François Etner) 274
Ragip Ege et Herrade Igersheim (éd.), The Individual
and the Other in Economic Thought (Dorian Jullien) 279
Nicolas Piluso, Fiches des Théories économiques de la monnaie.
Rappels de cours et exercices corrigés (Faruk Ülgen) 285
Résumés 289
Adresses professionnelles des auteurs 295

acheter ce livre

jeudi 23 janvier 2020

Corine Pelluchon : Pour comprendre Levinas. Un philosophe pour notre temps

Le Seuil - Janvier 2020 - La Couleur des idées


Emmanuel Levinas a renouvelé en profondeur la philosophie, qu'il s'agisse de la définition de la subjectivité par la responsabilité, des implications politiques de cette conception du sujet ou de son insistance sur la corporéité, pensée comme vulnérabilité ou associée à une phénoménologie du " vivre de " et des nourritures.
Dans un séminaire qui s'adressait à des étudiants en philosophie et à des soignants, Corine Pelluchon donne les clefs pour comprendre cette œuvre exigeante et communique une expérience de pensée liée à la manière dont la réflexion et le style de Levinas l'ont bouleversée. Elle montre en quel sens il a inspiré ses propres travaux, qui prolongent et parfois discutent ses thèses, soulignant aussi l'actualité de Levinas, y compris lorsqu'on s'intéresse à des sujets sur lesquels il ne s'est pas exprimé, comme la médecine, l'écologie et le rapport aux animaux.

Corine Pelluchon est philosophe et professeur à l'université Gustave-Eiffel. Elle a publié une dizaine d'ouvrages, parmi lesquels Les Nourritures. Philosophie du corps politique (Seuil, 2015, Points, 2020) et Éthique de la considération (Seuil, 2018). Son œuvre a été récompensé en 2020 par le prix de la pensée critique Günther Anders.

acheter ce livre

Mohammed Iqbal : La reconstruction de la pensée religieuse en Islam

Gallimard - Janvier 2020 - Bibliothèque des idées


La pensée de Mohammed Iqbal (1877-1938) commence à être identifiée comme une ressource majeure par la nouvelle génération des intellectuels musulmans en quête d’un Islam ouvert, capable de se repenser tout en contribuant de manière créative au débat désormais mondial sur le trajet de la sécularisation. Iqbal, honoré au Pakistan comme un père fondateur, a été formé à Cambridge et c’est donc en anglais qu’il publie en 1934 La Reconstruction de la pensée religieuse en Islam, son livre majeur. L’ambition de celui-ci est de «repenser le système total de l’Islam sans rompre complètement avec le passé». À cette fin, le texte coranique est ici relu en dialogue avec les philosophes occidentaux de son temps, notamment Whitehead ou Bergson. L’entreprise d’Iqbal n’a pas ainsi pour seul objet de tirer l’Islam de sa trop longue «pétrification» qu’il fait remonter à la destruction de Bagdad en 1258. Il est également de répondre aux interrogations de la civilisation contemporaine dans une perspective résolument universaliste, dont il énonce clairement le programme : «L’humanité a besoin de trois choses aujourd’hui : une interprétation spirituelle de l’univers, une émancipation spirituelle de l’individu et des principes fondamentaux de portée universelle orientant l’évolution de la société humaine sur une base spirituelle.» Cette inspiration novatrice a valu à Mohammed Iqbal le qualificatif de «Luther de l’islam», ce qui indique la vigueur de sa «reconstruction», incontournable pour l’élaboration d’une pensée islamique anti-traditionaliste. De là, l’importance de mettre une telle œuvre à la portée des lecteurs francophones, ce qui est chose faite avec cet ouvrage traduit, présenté et richement annoté par Abdennour Bidar, l’un des chefs de file en Europe de l’effort intellectuel et spirituel pour repenser l’Islam.

acheter ce livre

Alexandre Gefen et Sandra Laugier (dir.) : Le pouvoir des liens faibles

Cnrs - Janvier 2020 - Philosophie/Politique/Histoire des idées


Largement ignorés par la réflexion éthique et politique, les " liens faibles " sont pourtant au coeur des formes contemporaines d'attachement et d'attention aux autres : dans les réseaux sociaux, dans la sphère culturelle, dans notre rapport à l'espace urbain ou à l'environnement, ou encore dans l'espace démocratique du commun.
Si la notion de " liens faibles " a été initialement forgée par le sociologue Granovetter pour rendre compte des ressources sociales inaccessibles aux liens forts (comme la famille, l'amour, l'amitié, le travail, etc.), elle permet d'interroger notre rapport aux visages, objets, musiques, personnages de fiction, aux sentiments, aux lieux et situations du quotidien qui déterminent notre relation aux autres. Grâce à cette notion, nous pouvons observer en quel sens nos affinités esthétiques ou encore nos engagements éthiques et politiques infléchissent nos existences.
C'est donc aux ressources du concept de " liens faibles " pour saisir notre monde commun que se consacre ce volume polyphonique, avec l'ambition de rendre sensible la texture invisible de nos vies et de nos attachements ordinaires.

Alexandre Gefen est directeur de recherche à l'université Sorbonne Nouvelle-Paris 3. Ses travaux portent principalement sur la théorie littéraire appliquée à la littérature française contemporaine. Fondateur de Fabula.org, critique littéraire, il est l'auteur de Réparer le monde. La littérature française face au XXIe siècle (Corti, 2017).
Sandra Laugier est professeure de philosophie à l'université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et membre de l'IUF. Spécialiste de philosophie contemporaine et de philosophie du langage, notamment de Wittgenstein et d'Austin, elle a traduit les ouvrages de Stanley Cavell, et a développé ses approches en philosophie morale et en théorie de la démocratie. Elle a fait paraître Nos vies en séries (Climats, 2019) et, sous sa direction (avec E. Ferrarese), Formes de vie (CNRS Éditions, 2018).

acheter ce livre

mercredi 22 janvier 2020

Guillaume Le Blanc : L'insurrection des vies minuscules

Bayard Culture - Janvier 2020 - Philosophie



La crise de notre modèle politique éveille le plus grand pessimisme. Face à cette peur de l'avenir, Guillaume le Blanc nous propose une hypothèse détonante, aussi ludique qu'originale : l'hypothèse Charlot.
Chaplin invente le témoin précaire de son temps, celui qui, au bord de la désintégration, parvient néanmoins à survivre. Charlot appartient à une humanité vulnérable qui déroule sous nos yeux une vie minuscule. Et pourtant, que l'on regarde Les Temps modernes, The Kid ou Le dictateur, c'est bien lui qui remet en question tous les partages sociaux entre le grand et le petit, le centre et la périphérie, le dedans et le dehors, le normal et le pathologique : faut-il vraiment vivre en travaillant ? Qu'est-ce qu'être amoureux ? Etre père ? Sommes-nous tenus d'être des citoyens patriotes ?
L'hypothèse Charlot, c'est cela : contester les normes du monde commun pour le rendre justement encore plus commun, plus partageable, pour inventer et réinventer la démocratie. N'est-ce pas la force ultime de Chaplin et de son personnage de nous éloigner du nihilisme qui semble à nouveau guetter notre époque ?

Guillaume le Blanc est un philosophe et écrivain français. Il est depuis septembre 2015 professeur de philosophie à l'Université Paris Est Créteil où il est titulaire de la chaire de "philosophie pratique" après avoir été professeur de philosophie à l'Université Bordeaux Montaigne jusqu'en 2015.Il a publié de nombreux livres, parmi lesquels : Vies ordinaires, vies précaires (Seuil, 2007) ; L'invisibilité sociale (PUF, 2009), Que faire de notre vulnérabilité ? (Bayard, 2011)

acheter ce livre

Didier Deleule : Durkheim et la (re)naissance du projet sociologique. Suivi de Remarques sur les origines de la sociologie

Hermann - Janvier 2020


Cet ouvrage entend montrer que si Durkheim a eu pour projet d’achever l’émancipation de la sociologie vis-à-vis de la tradition philosophique, les préoccupations proprement philosophiques, et tout particulièrement morales et pédagogiques, ne l’ont cependant pas quitté. C’est sans doute dans des présupposés d’ordre philosophique que s’enracine l’ambition sociologique elle-même. La (re)naissance du projet sociologique exprime la dette de Durkheim à l’égard de Saint-Simon et de Comte avec lesquels, malgré les divergences, Durkheim n’a jamais rompu ses attaches.

Didier Deleule (1941-2019) a présidé la Société française de philosophie et dirigé la Revue de Métaphysique et de Morale. Spécialiste et traducteur de Bacon, de Hume, de la pensée écossaise, il a enseigné à l’université de Besançon-Franche-Conté, puis à l’université de Paris X-Nanterre. Ce livre, publié à titre posthume, est celui sur lequel il travaillait au moment de son décès.

acheter ce livre

Henri Bergson : La pensée et le mouvant. Introduction (première et deuxième parties) - Présentation de Caterina Zanfi et commentaire par Frédéric Worms

Desclée De Brouwer - Janvier 2020


La Pensée et le mouvant est le dernier livre publié par Bergson de son vivant, en 1934. Rassemblant des articles ou conférences (de 1903 à 1923) et introduit par deux essais alors inédits, ce volume constitue, selon son auteur, une « initiation à la vraie méthode philosophique » : celle qui permet de retourner vers la durée mouvante des concepts que le langage avait immobilisés.
Cette édition présente et commente, pour la première fois de façon séparée, les deux parties de l'introduction, qui traitent de la philosophie de l'histoire et du rapport entre la métaphysique et la science, mais aussi des concepts d'intuition et de mysticisme. Elles constituent donc en soi une excellente entrée dans la pensée de Bergson.

Caterina Zanfi est chargée de recherche au CNRS et présidente de la Société des amis de Bergson. Elle a publié, entre autres : Bergson, la tecnica, la guerra (2009) et Bergson et la philosophie allemande (2013). Elle a édité le tome VII des Annales bergsoniennes sur Bergson, l'Allemagne, la guerre de 1914 (2014).
Frédéric Worms, né en 1964, est philosophe et professeur de philosophie contemporaine à l'École normale supérieure française. Il est membre du Comité consultatif national d'éthique (2015). Depuis septembre 2015 il est Directeur adjoint Lettres de l'École normale supérieure.

acheter ce livre

mardi 21 janvier 2020

Emmanuel Banywesize Mukambilwa et Marcel Nguimbi (dir.) : Logique et Argumentation. Autour du discours philosophique

L'Harmattan - Janvier 2020


Chaque fois qu'un humain produit une idée ou écrit un texte, il produit un monde ou un individu autopoïèse, capable de se produire lui-même et de se maintenir, voire d'évoluer dans une interaction permanente avec son environnement. L'autocritique a une valeur rédemptrice, en ce qu'elle est un moyen d'identifier les failles et les impasses qui risqueraient de nous précipiter au désastre. La philosophie n'est pas une donnée, mais un construit de la raison, au départ des problèmes qui génèrent l'étonnement, c'est-à-dire la découverte de l'ignorance. La philosophie est un construit de la raison qui discourt, c'est-à-dire qui court d'un lieu à un autre et à tous les autres, pour tenter de comprendre l'objet-problème qui suscite l'étonnement et d'y apporter une solution. En dis-courant, on apprend ou on réapprend à comprendre la pensée, l'homme et la société.

acheter ce livre

Pierre-François Moreau et Lorenzo Vinciguerra (dir.) : Spinoza et les arts

Editions L'Harmattan - Janvier 2020 - La philosophie en commun


Versé autant dans les arts libéraux que dans les arts mécaniques, Spinoza fut aussi tailleur de verre à Amsterdam, sans doute acteur de théâtre, probablement dessinateur. Il fréquenta la boutique d'antiquaire de Franciscus Van den Enden et fut proche de la société des arts Nil volentibus arduum ; il habitait non loin de Rembrandt et Potter et appréciait la compagnie de peintres et de décorateurs. Élaborée au coeur du siècle d'or de la peinture hollandaise, cette philosophie a souvent inspiré les artistes. Comment expliquer un tel regard non philosophique sur une philosophie qui ne présente pas une pensée développée sur les arts ? Comment expliquer qu'on ait tenté d'emprunter les voies de l'esthétique pour pénétrer une philosophie qui ne constitue pas ce champ de réflexion en un domaine autonome ? A défaut d'avoir une esthétique à proprement dit, le spinozisme n'en contient pas moins une profonde réflexion sur les arts et leurs usages au sein d'un projet d'éthique conçue comme art de vivre.

Pierre-François MOREAU est professeur à l'École normale supérieure de Lyon. Lorenzo VINCIGUERRA est professeur à l'Université d'Amiens, directeur du Centre de recherche en arts et esthétique.

acheter ce livre

Philippe Desan : Dix études sur Montaigne

Classiques Garnier - Janvier 2020


Ces dix études sur Michel de Montaigne sont divisées en deux parties : la première propose des études sur l'histoire éditoriale des Essais. Ainsi, la genèse des reliures de l'Exemplaire de Bordeaux permet de mieux comprendre comment Montaigne travaillait sur le « troisième allongeail » manuscrit de son œuvre. De même, les éditions avec des adresses genevoises et néerlandaises donnent une nouvelle image de la réception de Montaigne en milieu réformé. Plus théorique, la seconde partie s'intéresse au texte des Essais pour en extraire l'esprit, avec notamment des études sur la forme et la morale, ainsi que des réflexions sur l'avarice et la théâtralité chez Montaigne, et enfin une analyse de sa biographie par Stefan Zweig.

acheter ce livre

lundi 20 janvier 2020

Gérard Bensussan : L’Écriture de l’involontaire. Philosophie de Proust

Classiques Garnier - Janvier 2020


À la recherche du temps perdu est une « recherche de la vérité » produite par la seule « écriture » romanesque. Le temps est le flux qui traverse « le réel, l’involontaire et la sensation ». Les affects sont des modes temporels du réel que la sensation involontaire révèle, entre instant et éternité.


acheter ce livre