vendredi 24 juin 2016

Jean-Baptiste Dussert et Adnen Jdey : Mikel Dufrenne et l'esthétique

PU de Rennes - Juin 2016


Ce livre s’efforce de réparer une injustice : proposer une réflexion d’ensemble sur l’œuvre du philosophe français Mikel Dufrenne (1910- 1995) qui semble un peu délaissée voire méconnue aujourd’hui. Si sa démarche phénoménologique héritée de Husserl le conduit immanquablement à s’interroger sur la place singulière que l’objet esthétique occupe dans notre monde, son projet est plus ambitieux. L’attention que Mikel Dufrenne porte aux différents arts (les arts plastiques, la musique, la poésie) ainsi qu’à la richesse des expériences esthétiques vécues, décrites et commentées, lui permet en effet de viser un but supérieur : non seulement redéfinir et réorganiser la phénoménologie autour de la question de l’art, mais faire de l’œuvre ce qui permet de remonter vers un principe originaire, la Nature, qui fonde toute création. Cette tâche singulière et méconnue méritait bien un effort philosophique collectif dont le présent ouvrage est le fruit.


acheter ce livre

May Paul : Philosophies du multiculturalisme

Presses de Science-po - Juin 2016 - Fait politique


Omniprésent dans les médias, régulièrement convoqué pour analyser des phénomènes sociaux aussi divers que les flux migratoires en Europe, les programmes éducatifs aux États-Unis ou la place de l'islam dans les pays d'Europe de l'Ouest, le multiculturalisme se trouve au centre de plusieurs thématiques cruciales de notre monde globalisé : l'immigration, la cohésion sociale et le devenir de l'État-nation, pour n'en citer que quelques-unes. Il n'en est pas moins méconnu en tant qu école de pensée. Quels sont ses origines philosophiques, ses principaux courants, les différentes critiques qui lui sont adressées ? Paul May invite à un tour d'horizon des principaux théoriciens tels Bhikhu Parekh, Charles Taylor, Will Kymlicka ou encore James Tully , qui ont élaboré et discuté la notion de multiculturalisme et dont la plupart des travaux n'ont jamais été traduits en français. Un vade-mecum pour l'étudiant, pour le chercheur et pour le citoyen engagé.

Paul May enseigne la science politique à l'Université Harvard (Department of Government). Il est également chercheur associé au Weatherhead Center for International Affairs de la même université.

acheter ce livre

jeudi 23 juin 2016

François Gachoud : Quand la philo donne le vertige. Exercices et initiation

Source Vive - Juin 2016 - Collection : Philo/sagesse


Nous nous posons tous des questions sur notre vie et celle des autres, sur le monde, le temps qui passe, la souffrance, la mort. Questions vertigineuses. La philosophie est là pour nous aider à les poser de manière plus précise, plus juste, au plus près de ce que nous ressentons et vivons. En quinze chapitres clairs et sans jargon, l’auteur aborde ces questions fondamentales en se référant aux plus grands philosophes occidentaux.
Ce livre est une initiation. Il ne donne ni réponses ni recettes, mais montre comment la philosophie peut ouvrir nos esprits, éclairer nos actes, guider nos pas dans l'inconnu.

François Gachoud, philosophe et professeur de philosophie, a également été chroniqueur au journal La Liberté (Fribourg) et a créé un espace de discussion publique, Agora. Il a publié entre autres Par-delà l’athéisme au Editions du Cerf et Sagesse de la montagne aux Editions St. Augustin.

acheter ce livre


Collectif : Inégalités entre globalisation et particularisation

PU Paris-Sorbonne - Juin 2016 - Collection : Philosophie appliquée


Comment élaborer une autre conception des inégalités ? En partant des données des injustices les plus extrêmes, fruits de recherches menées, entre autres, en Haïti et au Cameroun, à rebours des principes généraux traditionnels, ce livre questionne les injustices à travers le monde, et non plus au sein d'une seule société. Globale, la réflexion pose les limites des théories de la justice qu'ont été, depuis John Rawls, la plupart des théorisations contemporaines des inégalités, axées qu'elles étaient sur la recherche de principes universels. Après avoir dressé une cartographie des théories de la justice, les auteurs portent leur démarche à travers trois applications : les inégalités de genre, les inégalités ethnoculturelles et les inégalités liées au changement climatique. L'ouvrage s'emploie à tirer de ces renouvellements dans la pratique de la philosophie une saisie elle-même transformée des injustices du monde dans leur extrême radicalité, et conduit à la question de savoir comment l'humanité reste capable de s'infliger à elle-même et, plus spécialement, à certaines parties d'elles-mêmes de telles inégalités injustifiables.

Alain Renaut est professeur à Paris-Sorbonne et à Science-Po Paris, directeur du Centre international de philosophie appliquée (CIPPA). Il a publié une trentaine d'ouvrages et traduit de l'allemand une douzaine de livres de Kant, Fichte et Adorno. L'injustifiable et l'extrême. Manifeste de philosophie appliquée a paru en 2015 aux éditions Le Pommier. Etienne Brown est enseignant à Paris-Sorbonne. Ses travaux portent sur la philosophie politique fondamentale et appliquée, et notamment sur la justice ethnoculturelle. Marie-Pauline Chartron, diplômée d'HEC, développe une recherche sur Violence(s) et injustices de genre. Elle est ingénieure d'études du Centre international de philosophie politique Appliquée, et travaille également à une philosophie du cinéma. Geoffroy Lauvau, agrégé et docteur, est spécialisé en philosophie de la justice et de l'économie. Il a publié de nombreuses études de philosophie politique et d'éthique.

acheter ce livre

mercredi 22 juin 2016

Tanja Ruben : Le discours comme image. Enonciation, récit et connaissance dans le Timée-Critias de Platon

Les Belles lettres - Juin 2016 - Etudes anciennes



Pourquoi la mise en scène complexe du Timée avec ses contextes spatiotemporels emboîtés et ses narrations enchâssées ? Quelle est la fonction du discours cosmogonique et anthropogonique de Timée, intercalé entre le résumé du récit de l'Atlantide dans le prologue du Timée et la narration même de ce récit dans leCritias ? Quel est le rapport entre les discours des deux protagonistes et celui de Socrate sur la cité idéale dans la République ? Voilà les principales questions auxquelles tente de répondre cette étude intégrale du Timée-Critias, qui combine analyse littéraire et approche philosophique.
Elle cherche à mettre en évidence la fonction pragmatique et la cohérence narrative des récits de Timée et de Critias sur la genèse du cosmos, des hommes et des cités, tout en montrant comment leurs discours résultent de conceptions différentes de la nature humaine et du monde et des positions philosophiques divergentes sur l’être, le devenir et la connaissance. Elle propose enfin de lire le Timée-Critias à la fois comme une continuation et comme une réécriture de la République : non seulement les trois dialogues ont la même thématique (la cité idéale et la question de sa réalisation), mais ils présentent aussi des parallèles dans leur structure et leur situation dramatique.

acheter ce livre

Revue de métaphysique et de morale 2016, n°2 : La naissance de l'épistémologie française. Histoire et perspectives

PUF - Juin 2016


Cédric Chandelier
Présentation

Anastasios Brenner
L’épistémologie historique d’Abel Rey

Frédéric Fruteau De Laclos
Pour une Epistemologie française. Souriau et la connaissance du sens commun

Cédric Chandelier
De la foi méthodique au dogme de la liberté : l’institutionnalisation de la conscience

Gabriella Crocco
Poincaré et le problème de l’esprit

Oliver Schlaudt
Louis Couturat, ou une occasion perdue pour une approche sémiotique dans l’épistémologie française

Claude Romano
Pour un réalisme du monde de la vie

Théodore Geraets, Antoine Cantin-Brault
Hegel : l’articulation du sens. Lire Hegel après Gadamer

In memoriam

acheter ce livre

Jean-Claude Gens et Marc-Antoine Vallée (dirs.) : Gadamer, Art, Poétique et Ontologie

Mimesis - Juin 2016 - L'esprit des signes


Cet ouvrage collectif s ouvre sur la traduction d un texte de Gadamer encore inédit en français intitulé De la lecture des édifices et des images. En continuité avec ce texte, c est autour de la réflexion philosophique de Gadamer sur l art et l expérience du beau que gravitent les différentes contributions des spécialistes de l herméneutique qui participent à ce livre. Le but consiste non seulement à comprendre quel rapport entretiennent l art, la poétique et l ontologie dans la philosophie de Gadamer, mais aussi à proposer des éléments d interprétation renouvelée de Vérité et méthode. Cet ouvrage propose un aperçu des discussions les plus actuelles dans les études gadamériennes.

Jean-Claude Gens est professeur de philosophie contemporaine à l Université de Bourgogne. Spécialiste d herméneutique et de phénoménologie, il a entre autres publié sur Dilthey, Brentano, Jaspers (Karl Jaspers, 2003) et Heidegger (Les conférences de Cassel, 2003), et il est l auteur d Éléments d une herméneutique de la nature, 2009. Marc-Antoine Vallée professeur au Collège Edouard-Montpetit (Canada), il est notamment l auteur de Le sujet herméneutique. Étude sur la pensée de Paul Ric ur (2010) et de Gadamer et Ricoeur. La conception herméneutique du langage (2012).

acheter ce livre

mardi 21 juin 2016

Bruno Poucet et Patrick Rayou (dir.) : Enseignement et pratiques de la philosophie

Presses universitaires de Bordeaux - Juin 2016 - Études sur l'éducation


À partir de plusieurs approches disciplinaires (sciences de l’éducation, histoire, philosophie, sociologie), ce livre entend faire le point de l’état actuel des différentes pratiques d’enseignement de la philosophie en France. Ces pratiques confrontées à des expériences européennes (Belgique, Grande- Bretagne, Italie), à celles des différents acteurs en France, sont mises en perspectives et interrogées. Leur diversité fait sens et permet de comprendre les enjeux actuels d’un enseignement renouvelé de la philosophie dans le secondaire et à l’Université.
L’originalité scientifique de l’ouvrage est d’essayer d’articuler ces différentes perspectives afin de montrer comment l’enseignement de la philosophie dans les classes ou dans les amphithéâtres peut s’enrichir et se renouveler par des pratiques éprouvées depuis une vingtaine d’années : enseignement dans le primaire, en lycée professionnel, dans les UFR de médecine, par exemple. La confrontation à la pratique réelle des élèves et des étudiants, à la formation des enseignants, aux techniques d’enseignement et aux programmes permet d’envisager de façon sereine des évolutions et l’ouverture vers de nouveaux territoires où il serait possible de philosopher de façon solide et argumentée. La demande de la société civile en la matière est importante : les apports de la tradition éprouvée et les renouvellements en cours ont été l’objet d’un examen attentif dont cet ouvrage est l’expression. [Quatrième de couverture]

Bruno Poucet est professeur de sciences de l'éducation, historien de l'éducation à l'Université de Picardie Jules Verne, directeur du CAREF (EA 4697) et de la revue Carrefour de l'éducation.
Patrick Rayou est professeur de sciences de l'éducation à l'Université Paris 8, sociologue de l'éducation, membre de l'équipe Circeft-Escol.

acheter ce livre

Patrice Guillamaud : L'art et la renonciation. Essai d'ousiologie esthétique

Cerf - Juin - Idées


L'art est la chair de la vie. Il incarne la vie intérieure comme renonciation. L'art est en effet la réalité même de l'affect en tant que ce dernier s'annonce comme étant, dans son essence universelle, à la fois aspiration et renoncement à l'absolu. C'est cette thèse que le philosophe Patrice Guillamaud avait déjà défendue à propos du cinéma et qu'il développe ici à propos de l'ensemble des différents arts. Il s'agit ainsi d'un nouveau système des Beaux-Arts. Celui-ci met en évidence les différentes essences de l'art à partir des différentes manières dont celui-ci fait participer la vie aux différentes sphères de la réalité que sont notamment la pensée, la nature et l'histoire. De la littérature à la musique, en passant par la peinture et l'architecture, l'art est la vie comme renonciation. De Proust à Schönberg, de Botticelli au Corbusier et de Dostoïevski à Beckmann, c'est la même essence universelle de la vie qui se livre dans chacune des grandes oeuvres de l'art.

acheter ce livre

Philippe Soual : Eduquer avec Hegel

SOS Education - Juin 2016 - Collection : Réfléchir


La philosophie de Hegel propose une approche originale de la question de l'école. Sans avoir écrit de grand traité sur le sujet, le philosophe allemand fait résolument l'éloge de l'institution scolaire en apportant des éléments nouveaux à la réflexion éducative contemporaine. Philippe Soual, agregé de philosophie, revient dans ce texte court et précis, sur cette vision pertinente, idéaliste et d'une grande richesse pour notre époque.

acheter ce livre

jeudi 16 juin 2016

Sebastien Richard et Olivier Malherbe (dirs.) : Forme(s) et modes d'être

Presses Interuniversitaires Europeennes - Mai 2016 - Philosophie & Politique


Le présent ouvrage est un recueil d'articles de chercheurs internationaux sur l'apport à l'ontologie du phénoménologue polonais Roman Ingarden. Il contient des contributions sur des thèmes aussi divers que la dépendance existentielle, les catégories ontologiques, les modes d'être, la substance, la causalité, la forme, l'idéalisme ou encore l'ontologie des objets fictifs. Ce volume démontre que la pensée d'Ingarden ne se limite pas à la phénoménologie et à l'histoire de celle-ci, mais est susceptible d'apporter une contribution singulière à la recherche métaphysique contemporaine.

acheter ce livre

Olivier Massin : Le Corps et l' Esprit. Introduction à la Philosophie de l'Esprit

Éditions universitaires européennes - Mai 2016


Nous distinguons ordinairement le corps de l’esprit. Cependant, bien que cette distinction nous soit intuitive, dès lors que nous cherchons à spécifier le critère sur lequel elle repose, elle se dérobe. Tout se passe comme si nous n’avions aucun mal à situer les choses d’un côté ou de l’autre de la frontière qui sépare le corps de l’esprit sans que nous ne parvenions à la définir précisément. A quel critère obéissons-nous en effet lorsque nous opérons une bipartition entre phénomènes mentaux et phénomènes physiques ? Il est essentiel d'éclaircir cette distinction afin de pouvoir formuler le problème central de la philosophie de l'esprit : comment expliquer l'étroite corrélation entre épisodes psychologiques et épisodes physiques ? Comment expliquer que les états de notre corps et les états de notre esprit varient souvent de concert ? Quand la température extérieure s’accroît, nous avons plus chaud ; lorsque nous voulons lever notre bras, il se lève. Alors que la description de telles corrélations suppose que soit établie la distinction du corps et de l'esprit, leur explication conduit souvent à l'estomper.

Olivier Massin est agrégé de philosophie, il a soutenu deux thèses de philosophie, l'une sur l'objectivité de la perception tactile, l'autre sur la valeur du plaisir. Il a publié de nombreux articles en métaphysique, philosophie de l'esprit et théorie des valeurs et a co-édité avec Anne Meylan le recueil Aristote chez les Helvètes, chez Ithaque.

acheter ce livre