jeudi 3 décembre 2020

Cités, n°81 (2020-1) : Lévi-Strauss, une anthropologie sans philosophie ?

 PUF - Juin 2020

Lévi-Strauss s’explique rudement, dans les premières pages de Tristes tropiques, avec la philosophie, en particulier avec celle qu’il a apprise à la Sorbonne. Celle-ci se résume pour lui à des « exercices verbaux », « fondés sur un art du calembour » ; à une « contemplation esthétique de la conscience par elle-même », où « le savoir-faire remplacerait le goût de la vérité ». Il y renonce donc dès qu’on lui propose, en 1935, une mission au Brésil. Tout au long de son œuvre, il lancera des flèches acerbes contre la philosophie, en particulier celle du sujet, lequel est qualifié « d’insupportable enfant gâté qui a trop longtemps occupé la scène philosophique » . D’où son opposition radicale avec Sartre. Mais on ne saurait s’en tenir là. Il y a aussi chez lui des références philosophiques dominantes. Il dit à maintes reprises sa dette, et celle de l’anthropologie tout entière, à l’égard de Montaigne et de Rousseau, mais aussi, à d’autres égards, à l’égard de Marx et de Freud. Mieux, l’immense matériau mythologique qu’il a étudié est sous-tendu par des interrogations philosophiques qu’il convient de mettre en évidence : une  épistémologie et une esthétique qui ne resteront pas sans portée éthique et politique. C’est ce rapport ambivalent à la philosophie qui est au centre des études qui composent cette livraison de Cités.

Sommaire

Éditorial par Yves Charles Zarka, Lévi-Strauss : diversité ou inégalité des cultures ?

I – DOSSIER : Lévi-Strauss : Une anthropologie sans philosophie ?

Marie-Anne Lescourret, Présentation

Philippe Descola, L’anthropologie a-t-elle une philosophie ?, entretien avec Emmanuel Alloa et Mariana Larison

Jean-Pierre Cléro, Y a-t-il trace d’éthique chez Lévi-Strauss ?

Jean-Marc Durand-Gasselin, Rousseau : un frère et un maître ?

François Frimat, L’histoire sans solitude : Claude Lévi-Strauss et Jean-Paul Sartre

Christian Godin, La dimension esthétique dans la pensée de Lévi-Strauss

Marie-Anne Lescourret, Mythe et musique

Avishag Zafrani, Le voyage ou l’exode : sur le sens archaïque d’un rite juif

II – GRAND ARTICLE

Claude Lévi-Strauss, Diogène couché : sur Race et Histoire, controverse avec Roger Caillois

III – VIE POLITIQUE

Mathias Bernard, L’apothéose de Jacques Chirac, un révélateur des impasses de la politique française contemporaine

IV – VIE INTELLECTUELLE

Yves Charles Zarka, Sur le 20e anniversaire de Cités

Roland Gori, Un récit national en miettes ?


acheter ce livre

Paul Valéry : L’Europe et l’Esprit. Écrits politiques

 Gallimard - Décembre 2020 - Les Cahiers de la NRF


Ce recueil inédit de Paul Valéry réunit des discours et des rapports centrés autour de la question de l'Europe, indissociable de celle de l'Esprit nécessaire à sa réalisation politique. Célébré après-guerre comme le poète de La Jeune Parque tout autant que pour les deux lettres de la Crise de l'Esprit (1919), puis pour les essais de Regards sur le monde actuel (1931 ), Paul Valéry apparaît ici dans une dimension politique active largement méconnue.
Au cours des années vingt et trente, Valéry s'est en effet investi dans de nombreuses initiatives publiques, et dans des cercles intellectuels. Il voyage alors dans toute l'Europe pour faire advenir une «Société de l'Esprit» et contribuer à l'amélioration de l'homme et de la Cité, alors que les espoirs du pacifisme s'effondrent devant la guerre imminente. Des divers travaux de Paul Valéry naît une réflexion originale sur le rôle de l'homme de lettres dans le monde.
Et son influence continue de grandir dans le domaine de la critique jusqu'à nos jours, de Marc Bloch à Jacques Derrida, en passant par Edward Saïd.

Édition de Paola Cattani

acheter ce livre




Études sartriennes, 2020, n° 24 : Sartre et Beauvoir : lectures en miroir

 Classiques Garnier - Décembre 2020 - Études sartriennes



SARTRE ET BEAUVOIR : LECTURES EN MIROIR /
SARTRE ET DE BEAUVOIR: MIRRORED READINGS

Esther Demoulin

Portrait de Sartre et Beauvoir lisant (1905-1945) /
Portrait of Sartre and de Beauvoir reading (1905–1945) 11

Esther Demoulin

Liste croisée des lectures
de Sartre et de Beauvoir (1905-1945) /
A cross-referenced list
of Sartre’s and de Beauvoir’s readings (1905–1945) 35

Jean-François Louette

Le Mur, dossier de réception /
Le Mur, Reception dossier 131

VARIA / MISCELLANEOUS

Alexandre Feron

La dialectique de l’Autre. Lacan et les sources
d’une nouvelle pensée de l’aliénation chez Sartre et Beauvoir /
The dialectic of the Other. Lacan and the sources of Sartre’s and
de Beauvoir’s new thinking about alienation 189

Jacques Lecarme

L’autre Simone / The other Simone 217

Claudia Bouliane

À la mer comme à la guerre.
Du conflit armé au tourisme de masse chez Sartre /
By the sea as in war.
From armed conflict to mass tourism in Sartre 233


acheter ce livre

Marie-France Hazebroucq (dir.) : L'Invitation à philosopher. Voyage initiatique au pays des idées

 Rue Echiquier - Décembre 2020


Cette Invitation à philosopher, un peu à la manière d'une invitation au voyage, s'adresse à ceux qui ont aperçu les contrées de la philosophie sans jamais y accoster, et qui peuvent alors éprouver cette « nostalgie du pays qu'on ignore », comme l'écrit Baudelaire. Elle veut simplement être une incitation à s'embarquer, à visiter non pas le pays tout entier, mais à y faire quelques incursions et tâter le terrain. En donnant à réfléchir à partir d'expériences ordinaires et de sentiments communément éprouvés, elle propose un certain dépaysement, en une dizaine de chapitres comme autant de destinations possibles. Les dix textes rassemblés dans cet ouvrage ont initialement été publiés dans la collection « Philo ado » aux éditions Rue de l'échiquier. Conçus d'abord pour être lus à partir de 14 ans, ces livres ont aussi su toucher un public adulte, désireux d'aborder la philosophie ou de renouer avec elle. Le souci premier d'allier clarté et simplicité, rigueur et accessibilité, explique le choix des thèmes abordés : Mentir / Dire la vérité, Perdre son temps / Prendre son temps, Se venger / Pardonner, Tomber amoureux / Être indifférent, Rêver / Être terre à terre, Être jaloux / Faire confiance, Voler / Posséder, Avoir peur / Être confiant, Désobéir / Obéir, Mourir / Ne jamais mourir.

Cet ouvrage a été conçu par Marie-France Hazebroucq. Agrégée de philosophie, elle a passé toute sa carrière à enseigner en terminale et en classes préparatoires. Sous sa direction, chacun des contributeurs de l'ouvrage Sabrina Cerqueira, Philippe Fontaine, Malcolm Hammer, Barbara de Negroni et Stéphanie Vermot-Petit-Outhenin a élaboré une réflexion personnelle autour d un sujet, présentée sous forme d'éclats, de fragments. Le discours s'appuie sur des exemples concrets empruntés au cinéma et à la littérature et sur des témoignages. En marge du texte, des notes apportent des repères et indiquent les références des textes des philosophes qui sous-tendent le propos de l'auteur.

acheter ce livre

Lydie Berdiaev : Profession : femme de philosophe

 Parole et Silence - Décembre 2020


Lydia Loudifovna est née le 20 août 1871 à Kharkov. D'une famille orthodoxe, mais de façon assez formelle, observant les rites pour se conformer à ce qui se faisait dans leur milieu, Lydia aspire à une vie spirituelle plus intense. Fruit d'un long chemin spirituel, elle se convertira au catholicisme. Avec sa soeur Euvgenia, elles s'adressèrent à Léon Tolstoï pour qu'il leur donne des conseils pour une vie dévouée à autrui. Celui-ci répondit qu'il fallait avant tout chercher à ne pas faire le mal. En 1904, Lydia rencontre le philosophe Nicolas Berdiaev. Adversaire idéologique du communisme, il est expulsé de Russie en 1922. Lydia et lui s'installent en 1924 à Clamart, près de Paris. Leur maison devient alors le lieu où se rassemblent de nombreux Russes émigrés, mais aussi des Français qui veulent mieux comprendre la Russie et qui s'intéressent aux idées du philosophe dont les livres sont traduits en français. Lydia aide son mari à corriger les épreuves, visite des malades, reçoit les nombreux invités, s'occupe de sa mère malade, soigne sa maison et son jardin. En 1934, elle commence à écrire un journal où elle note scrupuleusement les activités de son mari et ses commentaires. Elle l'écrira jusqu'à sa mort, en 1945. Ce journal traduit pour la première fois du russe est le tableau d'une époque et d'un milieu et relate les questions, parfois légères de la vie quotidienne, mais souvent profondes et existentielles que pouvaient partager les époux Berdiaev.

acheter ce livre


Angel Puyol, Jordi Riba et Patrice Vermeren (dir.) : Un nouveau regard sur la solidarité ?

 L'harmattan - Décembre 2020


La solidarité est une valeur croissante, mais soumise à des transformations. D'un côté, la crise sanitaire (Covid-19) a souligné la nécessité d'affirmer des principes et des valeurs pour aider à alléger les pires maux de la société individualiste et mercantile d'aujourd'hui. D'un autre côté, elle change parce que nos valeurs morales et sociales de cette société s'érodent. Dans ce nouveau scénario de contradictions et de changements sociaux, il faut repenser le concept de solidarité et voir s'il est possible de surmonter les problèmes que la démocratie et les théories de la justice ne peuvent résoudre, à savoir les énormes inégalités sociales et économiques.

Contributions de Cesar Candiotto ; Gustavo Celedon ; Emmanuel Gléveau ; Jean Lawruzensko ; Georges Navet ; Carlos Pérez ; Àngel Puyol ; Jordi Riba ; Jelson Roberto de Oliveira ; Josep Lluís Rodriguez Bosch ; Lorena Souyris ; Francisco Verardi Bocca ; Patrice Vermeren.

acheter ce livre


mardi 1 décembre 2020

Erling Kagge : Petite philosophie pour explorateurs polaires et autres aventuriers du quotidien

 Flammarion - Novembre 2020

« Il peut sembler inconfortable voire risqué de redéfinir les limites de son propre univers.Mais peut-être est-ce encore plus risqué de renoncer et de ne pas essayer de découvrir la vraie saveur de la vie. » De ses expéditions, Erling Kagge, aventurier des temps modernes, tire de multiples enseignements qui sont loin de ne s'appliquer qu'en milieux extrêmes. En dix-sept leçons pratiques, il nous apprend à adopter un esprit d'explorateur au quotidien et à partir en quête de notre pôle à nous, notre Everest à nous, notre rêve à nous.

Explorateur norvégien, Erling Kagge est le premier homme à avoir réussi le « challenge des trois pôles » (pôle Nord, pôle Sud et mont Everest). Quelques grammes de silence (Flammarion, 2017) et Pas à pas (Flammarion, 2018) ont été traduits dans une trentaine de langues.

acheter ce livre


Anne Hénault : Le pouvoir comme passion

 Cerf - Novembre 2020


Nous savons déchiffrer un propos qui représente de la passion mais savons-nous reconnaître un texte qui manifeste l'éprouver de la passion sans le transcrire ? La recherche sémiotique était parvenue à un point où il lui était absolument nécessaire de pouvoir observer cette inscription directe du vécu, du sensible dans la trame d'un discours donné. L'expérience la plus déterminante aura consisté à partir d'un texte, émotionnellement plat dans son écriture, et cependant captateur, pour démontrer ce qui le travaillait en sous-main, une qualité de présence qui modelait le texte et qui le nuançait en profondeur, alors qu'elle était muette et insignifiée dans le mot-à-mot du texte : Le pouvoir comme passion est la première expérience radicale de mise en évidence d'une expression sensible authentique " en-dessous " des mots. Cette expérience nous a conduits dans les premières années du règne personnel de Louis XIII et nous a montré, en pleine action, l'exaltation, les secrets bonheurs, les tacites mouvements d'humeur, de dépit ou de mépris qui chargeaient de sens, en profondeur, un texte émotionnellement neutre en surface, face à l'exercice du pouvoir de ce très jeune roi, dans les dernières années de son style " débonnaire " – juste avant le règne machiavélien de Richelieu. À travers les frustrations du fringant Robert Arnauld d'Andilly se profilent et la future politique de Port-Royal et les motivations de cette même classe d'esprits éclairés à la veille de 1789. Mais notre propos principal n'est pas de rétablir les vérités de l'Histoire. Le pouvoir comme passion s'efforce, avant tout, de procurer à la recherche, des matériaux concrets pour une description démonstrative des rythmes et des modes d'expression de ce " sensible sous les mots " qu'est l'éprouver. Cet ouvrage inclut la transcription du débat public qui s'était tenu le 23 mai 1989 entre A.J.Greimas et Paul Ricœur, sur la sémiotique des passions.

acheter ce livre


Jacopo Bodini, Mauro Carbone, Anna Caterina Dalmasso (dir.) : L'avenir des écrans

 Mimesis - Novembre 2020


D'une manière encore plus manifeste et controversée suite à la pandémie de Covid-19, les écrans sont des protagonistes indiscutables de notre époque. Ce volume s'interroge sur leur avenir à travers une exploration collective et transdisciplinaire qui réunit les contributions de spécialistes internationaux en esthétique, philosophie de la technologie, philosophie de la politique, études des médias, culture visuelle, sciences cognitives et théologie. Leur réflexion se développe autour de trois problématiques principales : le prolongement réciproque du corps dans les écrans et des écrans dans le corps ; les transformations perceptives et affectives produites par leur présence croissante, ainsi que leurs conséquences sur nos comportements, nos imaginaires symboliques et nos croyances collectives ; l'idéologie soutenant le désir d'immédiateté et de désintermédiation qui s'exprime aussi bien au niveau social que politique.

acheter ce livre

Gilbert Simondon : Deux leçons sur l'animal et l'homme

 Ellipses - Novembre 2020


Comment penser les rapports entre l'animal et l'homme ? Une science de l'homme, comme la psychologie, peut-elle ne pas être en même temps une science de l'animal ? Cette question peut paraître étonnante voire insolente, mais on ne peut comprendre ce qu'est devenue la psychologie moderne et ses rapports avec la biologie sans s'éclairer du développement de la notion de vie animale, qui est solidaire de celle d'humanité.
Gilbert Simondon en brosse une brève histoire, depuis l'Antiquité jusqu'au 17e siècle, où il n'évoque pas seulement les plus grandes figures de la philosophie, comme Socrate, Platon, Aristote ou Descartes, mais aussi des auteurs moins fréquentés des philosophes, saint François d'Assise, Montaigne, Bossuet ou La Fontaine. Où l'on voit que le problème des rapports de l'homme et de l'animal a des dimensions non seulement épistémologiques mais aussi éthiques, voire religieuses, et métaphysiques.

acheter ce livre


Liouba Bischoff : Nicolas Bouvier ou l'usage du savoir

 Zoé éditions - Novembre 2020


Nicolas Bouvier est devenu l’incarnation d’un art de voyager et son premier livre, L’Usage du monde, s’est imposé comme une référence indispensable, un classique de la littérature du voyage. Mais la critique sur son œuvre, encore très parcellaire, n’englobe pas les relations de Nicolas Bouvier à l’histoire, à la géographie, à tous ces savoirs qu’il dit vouloir ignorer avant de voyager afin d’être plus disponible à ce qu’il découvre. L’éloge de l’ignorance et la logique du désencombrement sont pourtant loin de mettre fin au désir de connaissance, explique Liouba Bischoff : ils visent surtout à fonder un rapport authentique au monde.
Liouba Bischoff explore les carnets inédits de Bouvier et l’ensemble de son œuvre dans le but de comprendre ce paradoxe. Elle démontre brillamment, avec limpidité et sans jargon, quel usage des savoirs Nicolas Bouvier a développé, dans ses voyages comme dans son œuvre.

acheter ce livre


Reiner Schürmann : Se constituer soi-même comme sujet anarchique

 Diaphanes - Décembre 2020


Le présent livre constitue le recueil de trois articles-charnières de Rainer Schürmann. Deux d'entre eux, Que faire à la fin de la métaphysique ? et Des doubles contraintes normatives sont des échos, respectivement récapitulatif et prospectif, des deux opus magnum de Schürmann, Le principe d'anarchie et Les hégémonies brisées. L'autre texte, Se constituer soi-même comme sujet anarchique, jette un éclairage tout à fait inédit sur ce qu'on pouvait déjà savoir à partir des deux autres textes, abondamment repris dans les deux ouvrages-phares de leurs auteurs. Ils les font lire différemment. C'est cet éclairage entièrement neuf, quant à la portée praxique que revêt la vaste méditation post-métaphysique de Schürmann, qui fait du présent recueil un inédit, au sens le plus plein du terme.

acheter ce livre


samedi 28 novembre 2020

Les Cahiers Philosophiques de Strasbourg N°48 : L'imagination chez Descartes et ses contemporains

 PU de Strasbourg - Décembre 2020


Ce numéro des Cahiers philosophiques de Strasbourg interroge le statut de l’imagination, de l’imaginaire et des images dans la pensée cartésienne et dans celle de ses contemporains. L’étude se focalisera sur les aspects de cette présence de l’imagination et de l’imaginaire dans tous les champs théoriques et pratiques chez Descartes, chez son prédécesseur Montaigne et chez les auteurs contemporains, comme Gassendi, Hobbes et More. Cette étude veut ainsi dépasser le statut longuement attribué à l’imagination par la tradition philosophique qui ne voyait que la fausseté et les erreurs que cette faculté pouvait produire, et ouvrir à l’acceptation de l’imagination comme un mode réel de savoir.

Ont participé à ce volume : I. Agostini, J.-P. Anfray, D. Bellis, É. Cassan, F. de Buzon, G. Frilli, D. Kambouchner, F. Lelong et J. Muller

acheter ce livre


Cités N° 84/2020 : Biopolitique du coronavirus

 PUF - Décembre 2020


Jamais sans doute le concept de biopolitique, inventé par Michel Foucault en 1975, il y a donc quarante-cinq ans, n'aura mieux prouvé sa pertinence que dans la période actuelle. La biopolitique chez Foucault se caractérise en particulier par deux dimensions : la prise directe du pouvoir sur le vivant (la natalité, l'alimentation, la reproduction, la mortalité, etc.) et l'application de ses procédures aux populations (et non plus aux individus en tant quel tels).
Ces deux dimensions sont exercées par le pouvoir politique aujourd'hui en une sorte de biopolitique du coronavirus, qui peut aller jusqu'à menacer les libertés individuelles (contrôle électronique de la population sous différentes formes). Il va de soi qu'elle ne consiste pas qu'en un exercice des procédures du pouvoir, elle a besoin, comme on vient de le voir, d'un discours pour produire et reproduire la croyance et donc l'ordre.
Donner crédit au discours du pouvoir est le rôle joué en France par ledit " conseil scientifique " (réunion de médecins et autres personnalités choisies en raison de leurs compétences supposées) : quelle que soit la compétence de chacun de ses membres, son fonctionnement sous l'oeil du pouvoir n'a rien de neutre ou d'anodin. Pour crédibiliser le récit du gouvernement, le conseil en question doit dire sur l'essentiel ce que le pouvoir veut entendre.
Il devient par nature, et malgré quelques divergences, l'instrument du pouvoir qui l'instrumentalise. Se forme ainsi le noeud du savoir et du pouvoir qui produit le récit (le récit de récits) du pouvoir.

DOSSIER : BIOPOLITIQUE DU CORONAVIRUS
Yves Charles Zarka, Présentation
Frédéric Gros, Le biopouvoir selon Foucault
Eric Garandeau, Les commissions d'experts
Michel Béat, L'épidémie, le corps et la relation à l'autre
Gaël Giraud, Le coronavirus et l'écologie
Franck Fischbach, L'épidémie et la question sociale
Wolfgang Streeck, L'Europe face au coronavirus
Jeremy Adelman, L'épidémie aux Etats-Unis
Danilo Martuccelli, Le coronavirus en Amérique latine
VIE POLITIQUE
Serge Audier, Le coronavirus et la mondialisation en question
VIE INTELLECTUELLE
Marc Le Glatin, Le coronavirus et la vie culturelle
Isabelle Barbéris, L'épidémie et la question identitaire

acheter ce livre


Victor Hugo : Philosophie. Préface philosophique des Misérables

 Flammarion - Novembre 2020 - GF


Edition de Pierre Laforgue

En 1860, Hugo reprend le manuscrit des Misérables, qu’il avait laissé de côté pendant douze ans. Mais avant de se remettre à l’écriture du roman, il consacre plusieurs mois à la rédaction d’un essai, en lui donnant pour titre Philosophie, suivi de l’indication Commencement d’un livre. De cet essai, Hugo dit qu’il « contient un quasi-ouvrage sur [sa] philosophie religieuse personnelle, pouvant servir, soit de préface spéciale aux Misérables, soit de préface générale à [ses] œuvres ».
Ces pages sont une méditation cosmique et politique, une réflexion sur l’organisation de l’univers et de la société, un laboratoire où Hugo cherche à penser le mystère de l’infini. Énumérant les singularités et les extravagances de la nature, il se heurte à l’incompréhensible, à l’inexplicable, au prodige. Parce que la réalité se dérobe à une intelligence totale, il faut en conclure qu’un principe supérieur est nécessaire à la compréhension de ce qui échappe aux seules données de l’expérience. Ce principe, c’est Dieu.

acheter ce livre


Laura Moscarelli : Antiphon d'Athènes et l'antidogmatisme philosophique et juridique

 L'harmattan - Novembre 2020


Antiphon, un des instigateurs de la révolution oligarchique à Athènes en -411, n'a participé à la vie politique que durant le bref gouvernement des Quatre-cents. Il a été condamné à mort après la prise de pouvoir par le peuple. Dans ses écrits, il défend et valorise la physis (la nature) et attaque le nomos (la loi), accusé de perpétuer les inégalités parmi les hommes. Pour cela, la tradition philosophique a souvent interprété la pensée du sophiste athénien comme étant antidémocratique. Cet ouvrage propose une autre lecture : si l'avocat Antiphon sépare théoriquement le nomos de la physis, c'est pour le rendre critiquable, toujours modifiable et prêt à s'adapter aux besoins de la communauté ; c'est pour fonder un nomos libre de tout fardeau dogmatique, un nomos exquisément humain.

Laura Moscarelli est docteure en philosophie de l'Université Paris 8 Saint-Denis et de l'Université de Naples Federico II.

acheter ce livre

Dimitra Panopoulos : Théâtres du Dire et Contredire

 L'Harmattan - Novembre 2020


À quelles nouvelles sources d'émancipation pouvons-nous puiser dans le théâtre contemporain ? Brecht proposa de penser que le théâtre réinvente encore et toujours la libération du regard qui nous restitue à notre pouvoir de transformation. Il reconfigura le clivage entre une voie aristotélicienne de l'identification (le théâtre comme imitation et purgation des passions), et une voie platonicienne qui le bannit le poète. Au XXe siècle, c'est une refonte intégrale qui est théorisée et expérimentée à partir de Brecht (la distanciation). Pour autant, en avons-nous fini avec la fascination et l'identification suscitées par le théâtre ? Aujourd'hui, le théâtre prend en charge quelque chose de la philosophie, concernant sa forme et son adresse.

acheter ce livre

Chiasmi international n°20 : Merleau-Ponty (1908-2018)

 Mimesis International - Novembre 2020


Ce vingtième numéro de "Chiasmi" rapporte quelques documents importants inédits de Merleau-Ponty: le dialogue de 46, qui pose le problème de l'individu après la guerre; le premier texte sur Heidegger; "En un combat douteux", critique de l'hypocrisie des partis politiques; deux interventions, dans lesquelles il condense sa position sur Husserl et tente une juxtaposition entre phénoménologie et philosophie du langage; et quelques lettres, dont une assez émouvante adressée à Simone de Beauvoir.

acheter ce livre