lundi 13 juillet 2020

Myrtille Méricam-Bourdet et Catherine Volpilhac-Auger (dir.) : La Fabrique du xvie siècle au temps des Lumières

Classiques Garnier - Juillet 2020


Comment le xviiie siècle constitue-t-il le xvie siècle en objet de pensée ? En abordant l’histoire littéraire, les domaines scientifiques, philosophiques et religieux, l’ouvrage montre comment les Lumières héritent de questionnements, de modèles et de contre-modèles s’enracinant bien en amont du xviie siècle.


acheter ce livre

dimanche 12 juillet 2020

Alkemie, Revue semestrielle de littérature et philosophie, 2020 – 1, n° 25 : La poésie

Classiques Garnier - Juin 2020 - Alkemie


ARGUMENT
Didier Cahen
Chaque poète invente son écriture /
Every Poet Invents his Writing    13
AGORA
Stéphane Cermakian
Poète et poésie. Éclats conjugués /
Poet and Poetry. Conjugated Bursts    23
Ciprian Vălcan
Galiani et les grenouilles / Galiani and the Frogs    31
DOSSIER THÉMATIQUE
LA POÉSIE
Pierre Garrigues
« Quelque chose de ce langage – appelé poésie… ».
Perse et les Choliambes /
“Something about this Language – Called Poetry…”.
Persius and the Choliambi
    39
Camille Rodic
Nietzsche et les poètes.
Les conséquences poétiques de la fin de la métaphysique /
Nietzsche and the Poets.
Poetical Consequences of the End of Metaphysics
    59
Rodolphe Olcèse
Du cri de l’existence au chant du monde /
From the Cry of the Existence to the Worlds Chant    79
Franck Colotte
Exil et ethos poétique. L’exemple des Tristes d’Ovide /
Exile and Poetic Ethos. The Example of Ovids Tristia    95
Michel Dion
Iris Murdoch et la poésie comme acte
de ré-humanisation du monde /
Iris Murdoch and Poetry
as an Act of Re-humanising the World
   111
Sylvie Gazagne
Le sacré et le saint sont-ils compatibles ?
Un exemple de leurs relations dans De lAngelus de laube
à l
Angelus du soir de Jammes et dans Poèmes de Bonnefoy /
The Sacred and the Saints Are They Compatible ? An Instance
of their Relationship in
 Angelus from dawn
to the evening Angelus by Jammes and in the Poems of Bonnefoy   131
Alberto Russo Previtali
Jacques Lacan et la poésie. De la structure à la sublimation /
Jacques Lacan and Poetry. From Structure to Sublimation   145
Vincent Teixeira
« Pratiquer la poésie » /
Practicing Poetry   157
EXPRESSIS VERBIS
Mihaela-Genţiana Stănişor
« Je crois que, contrairement aux thérapeutes ou aux
psychologues, les écrivains ne sont pas là pour nous conseiller
ou nous guérir. » Entretien avec Laurent Jenny /
“I think that, unlike therapists and psychologists, the writers are not
meant to counsel or cure us.” An Interview with Laurent Jenny
   177
ÉCHOGRAPHIES AFFECTIVES
Şerban Foarţă
Bouchèvre / Bouchèvre   187
Constantin Abaluta
Objets humains / Human Objects   193
Anca Vasiliu
Deux poèmes / Two Poems   201
Marco Bélanger
Entre ciel et terre d’écueils / Land of Reefs   207
Simon Louckx
Il revient quand, le cirque ? / When Will the Circus Return?   213
Michel Lambert
Garance / Garance   223
Jean Gabriel Cosculluela
Carnet de l’inoubli (Pas d’oubli 2) /
Notes on Unoblivion   235
DÉS/DEUX ORDRES DU MONDE ET DU LANGAGE
Marie Céhère
L’exil dans la langue.
Entendre, dire et écrire les mots étrangers /
Exile in the Language.
To Hear, to Say, to Write a Foreign Language
   243
Marilena Genovese
Sophie Bessis et l’exil dans « le pays des ciels gris » /
Sophie Bessis and the Exile in “the Land of Grey Skies”   253
Imen Kacem
Amélie Nothomb, de « l’exil » forcé à l’exil volontaire /
Amélie Nothomb, from Forced to Voluntary “Exile”   265
LE MARCHÉ DES IDÉES
Charles Versini, Une vision en été
(Mihaela-Genţiana Stănişor)   281
William Néria, Le Mythe de la caverne.
Platon face à Heidegger
 (Răzvan Enache)   285
Jean Gabriel Cosculluela, Samuïr suivi de
Résister aux mêmes (Mihaela-Genţiana Stănişor)   290

acheter ce livre

Rémi Paindavoine : La Fragilité du Réel - Esquisse phénoménologique II

L'Harmattan - Juillet 2020


Le Réel ne se suffit pas. Comme le Dieu de Silesius, il est à la merci de l'homme pour se déployer comme tel. Il lui manque ce qui lui serait le plus indispensable pour advenir, le rien ou le presque rien de la parole. Fragilité du Réel ! Quand nous pensons le Réel, nous pensons toujours trop peu. Nous présupposons l'homme, cette « brèche » (Heidegger) sans laquelle il n'aurait pas lieu.

Rémi Paindavoine a été professeur de philosophie de 1971 à 2005 à l'Ecole Normale Israélite Orientale.

acheter ce livre

Bruno Deschênes : Les modalités de la conscience. Formes expressives et relationnelles de l'intentionnalité

L'Harmattan - Juillet 2020


Parmi ses grands enjeux, la philosophie porte son regard sur la conscience, la raison, l'individualité, la subjectivité, l'intentionnalité et l'altérité, estimant que ces notions sont des états et attributs indélébiles de l'évolution de la conscience humaine. Peu de philosophes s'attardent sur le rôle de la relationnalité comme forme expressive de notre présence consciente au monde. Cet ouvrage suggère que la conscience est tributaire d'une relationnalité foncièrement humaine. Conciliant philosophies japonaise et européenne, il propose la notion de modalités de la conscience.

acheter ce livre

samedi 11 juillet 2020

Thomas de Koninck : La responsabilité de protéger. Écologie et dignité. Actes du colloque

Hermann - Juillet 2020


Ce colloque a eu pour objectif de proposer la dignité à titre de nouveau paradigme pour penser, orienter et imprégner les actions visant à préserver les écosystèmes mondiaux et à assainir les relations humaines concernées. Nous avons tenté de montrer que le respect de "la dignité inhérente à tous les membres de la famille humaine" , telle qu'elle a été rappelée dans la Déclaration universelle des droits de l'homme de 1948, appelle au respect de notre oikos ("habitat") auquel renvoie le mot "écologie" , bref de notre "maison commune" . Il importait aussi de s'éveiller encore plus à notre dignité d'agents libres, en vertu de laquelle nous avons à répondre de nos choix et de nos actes. Ceux-ci affectent tant la nature qu'autrui, à commencer par celles et ceux qui sont les plus immédiatement exposés à la grave dégradation actuelle du Nord, notamment les Autochtones du Canada. Nous osons penser que la sagesse des peuples autochtones, qui rend témoignage à la dignité de la nature elle-même, nous invite à redéfinir les rapports de l'être humain à son environnement et à dépasser le paradigme technocratique inféodé au profit à court terme.

acheter ce livre

Lukas J. Fosum : Quelle grammaire de l'obligation morale ? Une étude philosophique et théologique sur l'éthique d'Elizabeth Anscombe

Cerf - Juillet 2020


Parmi les concepts en usage dans le langage moral, certains s'avèrent être plus nocifs que féconds. Quels sont alors ceux dont nous pourrons nous servir dans jeu de la recherche du bien humain sans craindre de nous égarer ? Comment préserver et promouvoir l'héritage, la vitalité et la pertinence de la morale chrétienne dans un contexte qui s'en est éloignée ? Entre la défense apologétique et la recherche de compromis biaisés, quelle attitude le moraliste chrétien doit-il adopter pour faire entendre sa voix ? La philosophe britannique Elizabeth Anscombe (1919 2001), élève et amie de Wittgenstein, aristotélicienne et convertie au catholicisme, nous a laissé une contribution majeure pour répondre à ces enjeux éthiques contemporains. Son itinéraire intellectuel, par sa sobriété, son honnêteté et son réalisme, demeure exemplaire en la matière. En effet, elle a non seulement permis un renouveau de la " philosophie de l'action " suite la publication de son maître ouvrage, L'intention (1957), mais elle a aussi développé des réflexions originales en philosophie et théologie morales. Celles-ci, dispersées dans de nombreux essais, sont aujourd'hui accessibles grâce au remarquable travail d'édition de Mary Geach et Luke Gormally. Ce travail doctoral présente le premier essai de synthèse, en langue française, de l'apport anscombien sur la critique du langage déontologique et sa grammaire profonde.

acheter ce livre

vendredi 10 juillet 2020

Hervé Touboul : Etudes sur Marx et sur Hegel

Presses Universitaires de Franche-Comté - Juillet 2020 - Annales Littéraires


Dans sa démarche et ses résultats, cette enquête veut participer au mouvement de renouvellement du marxisme et du socialisme en chemin depuis une vingtaine d'années dans le monde occidental. Marx lit Hegel ; dans sa lecture il suit des Feuerbach différents : l'un veut retourner Hegel, l'autre le déplace. Cet ouvrage s'intéresse aux déplacements, les confronte à la démarche hégélienne dans les Principes de la philosophie du droit : Hegel bouge, Marx aussi, rencontrent le Lénine lecteur de Hegel, mais également Foucault et Derrida, jusqu'à ce qu'émerge l'idée d'une république démocratique.

acheter ce livre

Cathy Leblanc, Jean-François Petit, Fred Poché (dir.) : La condition des « nomades ». De l'internement à la question de l'hospitalité

Presses universitaires de Strasbourg - Juillet 2020 - Chemins d'éthique


Les auteurs de cet ouvrage – principalement des historiens et des philosophes européens – proposent une analyse des logiques qui conduisirent à l'internement puis à la déportation de nombreux « nomades », dans les années 1940, à travers toute l’Europe. Comment des populations, du seul fait de ce qu’elles étaient, de leur mode de vie et de leur dangerosité supposée ont-elles pu être humiliées, stigmatisées, exclues ?
Comment concevoir l’égalité dans la diversité ? Comment accepter la non-sédentarité, puis valoriser le dialogue interculturel et interconvictionnel ? La réflexion éclaire progressivement le sens et la pertinence d’une hospitalité, d’une solidarité et d’un engagement au service de populations marginalisées et discriminées.
À partir d’apports historiques, philosophiques, éthiques et religieux, il est mis en valeur ici la quête d’une restauration de la dignité humaine en vue d’une meilleure vie en commun. Les auteurs présentent la réalité de la déportation et de l’internement de populations stigmatisées en cherchant à penser la question du rapport à la différence et les conditions de la rencontre dans le contexte contemporain.

Jean-François Petit – Ouverture
Dominique Raimbourg – La condition des gens du voyage
Virginie Daudin – La patrimonialisation du camp d'internement de Montreuil-Bellay
Renato Boccali – Monumémoire ou de l’impossible souvenir
Cathy Leblanc – La spécificité du traitement des Tsiganes sous le IIIe Reich
Monique Heddebaut – La déportation des Tsiganes de France et de Belgique
 pendant la Seconde Guerre mondiale
Dominique Durand – La logique concentrationnaire et les nomades de France
 pendant la Seconde Guerre mondiale
Călin Săplăcan – Frontières et résistances pendant le Porajmos. Le cas de la Roumanie
Bernard Grasset – De la résistance du cœur, de l’intelligence et de l’esprit.
 Le chanoine Georges duret et le Père Jean Fleury
Fred Poché – Espace, différence et coexistence. Entre sédentarité et nomadisme
Vincent Laquais – La négation de l’altérité selon Levinas
Jean-François Petit – Du droit à l’hospitalité inconditionnelle. Dans les marges de la pensée de René Schérer
Fred Poché – Conclusion

acheter ce livre

Talitha Cooreman-Guittin et Marie-Jo Thiel (dir.) : La vulnérabilité au prisme du monde technologique. Enjeux éthiques

Presses universitaires de Strasbourg - Juillet 2020 - Chemins d'éthique


La notion de « vulnérabilité » est apparue ces trente dernières années comme un concept clé pour comprendre notre monde complexe. Dans le paysage académique, on parle de vulnérabilité dans la quasi-totalité des disciplines : en économie, sociologie, médecine, droit, politique, technologie, philosophie, éthique ou encore théologie.
Dans le monde des technosciences, la vulnérabilité est souvent présentée comme ce qu'il faut éradiquer à tout prix pour privilégier une autonomie (opposée à la vulnérabilité). Mais est-ce aussi simple ? Que devient l’être humain vulnérable et fragile dans le monde technologique ? Est-il souhaitable d’« augmenter » l’être humain jusqu’à le rendre invulnérable ?
Les auteurs de cet ouvrage interrogent la notion de vulnérabilité à partir des lieux différents où elle s'exprime. Ils le font dans une perspective éthique interdisciplinaire.


Roger Gil – Préface
Talitha Cooreman-Guittin et Marie-Jo Thiel – Introduction

I. La vulnérabilité, à quoi bon ?
Éric Fourneret – L'augmentation technologique face à la vulnérabilité
Béatrice de Montera et Thierry Magnin – Vulnérabilité et responsabilité au temps de l'homme augmenté
Jérôme Goffette – Humanité augmentée et vulnérabilité technologique jusqu’à l’intime de soi
Marie-Jo Thiel – Grandir en humanité au travers de sa vulnérabilité
Talitha Cooreman-Guittin – Vulnérabilité et enseignement religieux : 
enjeux pour la communauté éducative
Martin Kopp – Vulnérabilité et écologie

II. La vulnérabilité, un obstacle à la santé ?
Patrick Karcher – L’Ehpad : quel sens donner à la concentration des vulnérabilités ?
Marie-Claire Guerin, Catherine Fernandez – Sujets âgés face à une proposition de soin hyper technique : fragiles, et après ? Réflexion à partir d’un cas clinique
Gilles Bertschy – Vulnérabilité et dépression
Bruno Grollemund et Anne Danion-Grillat – Les progrès de l’échographie et du diagnostic prénatal.
réflexions éthiques autour de la découverte des fentes faciales en France
Christiane Olivier – Management et néolibéralisme face à la vulnérabilité. Dans le monde
 du travail et à l’hôpital
Marc Roux – Jusqu’où pourrions-nous être en bonne santé ?
 Un point de vue transhumaniste sur la vulnérabilité

III. Des technologies pour éradiquer la vulnérabilité ?
Frédéric Rognon – Jacques Ellul, le politique et le transhumanisme.
 Un regard chrétien sur le déferlement technologique
Sébastien Koci – De l’obsolescence des machines à l’obsolescence des humains.
 Qu’avons-nous fait de nos limites ?
Philippe Gillig – Une approche socio-économique de la vulnérabilité du travailleur 
face à la robotisation
Marie-des-Neiges Ruffo de Calabre – Éthique militaire, robotique et vulnérabilités
Jean-Christophe Parisot de Bayard – Postface

Résumés des contributions

acheter ce livre

Marina Garcés : Nouvelles Lumières radicales

Editions La Lenteur - Juillet 2020


Marina Garcés propose une conception élargie des lumières, qui ne soient limitées ni géographiquement (à l'Occident) ni historiquement (aux XVIIe et XVIIIe siècle), en un mot, des lumières plus globales qu'universelles.Elle appelle à de nouvelles lumières radicales, dans un contexte caractérisé par la condition posthume (l'effondrement des écosystèmes et la disparition possible de l'espère humaine), la servitude culturelle (science et impuissance se donnent la main), l'analphabétisme éclairé (la saturation de l'attention par le trop-plein d'information), et l'intelligence déléguée (le solutionnisme technologique).Un combat contre les savoirs établis et les autorités, par une figure montante de la philosophie espagnole.

acheter ce livre

jeudi 9 juillet 2020

Paul Clavier : Par ici la monnaie ! Petite métaphysique du fric

Le Cerf - Juin 2020


La monnaie ? Inventée, croyait-on, pour faciliter l’échange des biens et des services, elle est devenue signe de division et facteur d’inégalité.
Le crédit ? Instauré pour faire circuler la monnaie et libérer l’initiative, il a fini par écraser États et particuliers sous le poids de la dette.
Le coupable tout trouvé, c’est « la finance » : marchés dérégulés, actionnaires sans coeur, fonds d’investissement indifférents au sort de la planète. Mais à quoi bon dénoncer la cupidité des uns et la rapacité des autres, si on n’en dévoile pas les ressorts ? La source de notre asservissement est peut-être cachée dans le tréfonds de nos mentalités. Et si le vilain petit financier, c’était chacune et chacun d’entre nous ?
Face à un krach boursier ou une pandémie, l’État est capable de s’endetter massivement. Ce qui repose la question de fond : qui, en définitive, doit quoi à qui ?
Enjambant les débats ésotériques, cette Petite métaphysique du fric interroge ce qu’est la monnaie dans nos têtes, ce qu’elle devient entre nos mains, et défie notre tendance à désigner les coupables sans nous remettre en cause.

Paul Clavier est professeur de philosophie à l’université de Lorraine. Outre ses travaux sur Kant, la cosmologie et le concept de création, il est l’auteur de Dieu sans barbe, La fourmi n’est pas prêteuse et Anathèmes, Blasphèmes & Cie.

acheter ce livre

mercredi 8 juillet 2020

Olivier Rey : L'Idolâtrie de la vie

Gallimard - Juin 2020 - Tracts


"Quand on ne peut plus donner sa vie, il ne reste plus qu'à la conserver. "Olivier Rey 
En tant qu'il commande un respect absolu, le sacré se trouvait anciennement placé au-dessus de la vie. C'est pourquoi il pouvait, le cas échéant, réclamer le sacrifice de celle-ci. Comment la vie nue en est-elle venue à prendre elle-même la place du sacré ? Au point que sa conservation, comme l'a montré la crise engendrée en 2020 par l'épidémie de coronavirus, semble bien être devenue le fondement ultime de la légitimité de nos gouvernements. Que cela apprend-il du rapport des populations à la politique, au pouvoir ? À quelles servitudes nous disposons-nous, si nous accordons à la "vie" la position suprême ?

acheter ce livre