mercredi 17 juillet 2019

Machuca (Diego E.), Marchand (Stéphane) (dir.) : Les Raisons du doute. Études sur le scepticisme antique

Classiques Garnier - Juillet 2019



Ce volume réunit des études de spécialistes de la pensée sceptique dans l’antiquité. Elles portent aussi bien sur le pyrrhonisme que sur la nouvelle Académie ou l’empirisme médical et utilisent une variété d’approches (systématique, historiographique) afin de mieux comprendre l’énigme du scepticisme.


acheter ce livre



Michel Guérin : André Leroi-Gourhan. L'évolution ou la liberté contrainte

Hermann - Juillet 2019


André Leroi-Gourhan (1911-1986) est un préhistorien, ethnologue, technologue et esthéticien, dont l’œuvre multiple, qui culmine avec la publication du livre Le Geste et la Parole, constitue l’une des plus importantes contributions à l’anthropologie du XXe siècle. Michel Guérin interroge ici trois concepts clefs du paléontologiste d’un point de vue philosophique : l’évolution, la matière (dont Leroi-Gourhan affirme le primat par rapport à la forme) et l’esthétique, dont il cherche les formes embryonnaires chez certains animaux. Selon Leroi-Gourhan, l’évolution humaine opérerait par libérations successives d’un potentiel physiologique (qui sont autant d’extériorisations de pouvoirs), celles-ci se payant toutefois de nouvelles contraintes. Notre liberté serait-elle alors « imaginaire », si elle porte ainsi la « marque du collier » ? Dans une optique résolument non finaliste, comment appréhender l’avenir de notre espèce ?

Michel Guérin est philosophe, professeur émérite de l’université d’Aix-Marseille et membre honoraire de l’Institut universitaire de France. Il a publié plus de trente livres et dirigé plusieurs ouvrages collectifs. Il signe également l’avant-propos de la réédition La Civilisation du renne d’André Leroi-Gourhan.

acheter ce livre

Jean-Claude Vuillemin : Foucault l'intempestif

Hermann - Juillet 2019


Fort d’une approche généalogique aux accents nietzschéens et nourrissant un scepticisme systématique à l’égard de tous les universaux, Foucault l’intempestif bouscule l’apparente immuabilité des choses et des êtres en les dévoilant comme résultant de catégories contingentes, et donc contestables. Contempteur des certitudes infligées et des consensus établis, il invite à se départir de l’assoupissement grégaire en s’étonnant de ce qui jusqu’alors semblait aller de soi ; à se déprendre pour mieux (se) comprendre. 
Outre les réflexions foucaldiennes, parfois déconcertantes mais toujours pertinentes, sur les processus d’assujettissement et les modalités de subjectivation, ce sont principalement deux aspects de la « pensée Foucault » – rupture des évidences tranquilles du bon sens et congruité des discours (logos), et des actions (ergon) – que ce livre met en exergue, tout en revisitant certains concepts phares qui lui sont attachés.

acheter ce livre

mardi 16 juillet 2019

Gilles Campagnolo (éd.) : La philosophie économique au Japon

Vrin - Juillet 2019 - Revue de philosophie économique


La Revue de philosophie économique propose deux numéros thématiques consacrés à l’Asie orientale.
Ce premier numéro traite du Japon. Il présente les productions d’économistes et de philosophes japonais d’hier et d’aujourd’hui dont une grande partie de l’œuvre restait hors d’atteinte. Le lecteur découvrira, dans une perspective historique, que la philosophie économique au Japon remonte à l’Entre-deux guerres, quand le champ d’études y est fondé par Sôda et Sugimura, présentés ici dans un texte inédit d’Yûichi Shionoya (1932-2015). Un hommage spécial est rendu à ce représentant contemporain majeur de la discipline, par Bertram Schefold. Dans une perspective plus récente, les contributeurs discutent les libertés économiques, les principes du revenu de base et de l’imposition au Japon, comme la réception de l’œuvre d’Adam Smith (soumise à des errances), la diffusion du nationalisme (qui passe par la socio-économie) et les philosophies inspirées par l’Occident (Kiyoshi Miki est présenté par une autre figure majeure du domaine, Kiichirô Yagi).

acheter ce livre

lundi 15 juillet 2019

Jean-Pierre De Giorgio et Anne-Marie Favreau-Linder (dir.) : La diatribe antique. Enquête sur les formes dialogiques du discours philosophique

Lambert-Lucas - Juillet 2019


Le terme grec diatribè (διατριβή, litt. ‘loisir’, ‘étude’, cf. lat. ludus) est bien éloigné de la violence polémique que revêt communément le mot diatribe et pourtant, il continue de susciter chez les spécialistes de l’Antiquité des débats d’une certaine âpreté sur l’existence d’un genre « diatribe » dans le monde gréco-romain. Malgré son titre, le présent ouvrage n’entend nullement soutenir l’antiquité d’un tel genre : la diatribe est une invention moderne (première occurrence française en 1558) dont l’histoire a été reconstruite à partir de testimonia qu’il convient d’interroger.
Les auteurs proposent d’examiner à nouveaux frais certaines facettes du genre en revenant sur les réalités antiques que recouvre le terme et en offrant une nouvelle lecture des textes philosophiques, satiriques ou religieux rangés dans la catégorie. L’étude des modalités dialoguées, dialogales ou dialogiques de ces textes – souvent d’une complexité remarquable – est une des clefs les plus fructueuses pour comprendre la dimension « diatribique » attribuée rétrospectivement à certains discours philosophiques (et plus généralement éthiques) de l’Antiquité.
Ce livre compte parmi les travaux de Dialogos, groupe de recherche sur le dialogue antique, médiéval et moderne.

acheter ce livre

dimanche 14 juillet 2019

Bulletin d’histoire et d’épistémologie des sciences de la vie, Volume 26, numéro 1

Kimé - Juillet 2019


Le premier numéro de l’année 2019 du Bulletin de la Société d’Histoire et d’Epistémologie des Sciences de la Vie sera un numéro d’articles aux thématiques variées. Nous proposerons un panorama des recherches actuelles dans les champs de l’histoire de la biologie, des neurosciences et de la tératologie. Ainsi dans un premier temps, Bernard Marty nous propose de nous pencher et de profiter du fruit de ses recherches sur « Philippe L’Héritier (1906-1994) et la sensibilité de la drosophile au gaz carbonique ». Puis Youssef Boughanmi, nous engage à nous interroger sur les « Obstacles à l’essor du temps profond et limites explicatives en géologie » au sein d’un passionnant article. Marine Carrère nous propose d’aborder les intéressantes thématiques des « Biologie moléculaire et médecine en France depuis les années soixante : de l’information à la connaissance et à la routine ». Silvia De Cesare nous invite à une réflexion épistémologique sur « Les « bioarchives » comme modèles pour l’écologie et les sciences de l’environnement » ; puis Céline Cherici s’interrogera sur le rôle d’Henri Gastaut dans l’histoire du microdosage dans son article intitulé : « Henri Gastaut (1915-1995, découvreur du microdosage ? ». J. Patrick Barbet, Patrick Conan et Jean-Louis Fischer nous proposent de nous interroger sur la valeur des collections anatomopathologiques, dans un article consacré aux « Fœtus humains préservés : un patrimoine à protéger ». Enfin nous proposerons une recension du livre de Fani Papadopoulou portant sur Le problème physiologique de la nutrition et ses enjeux (avril 2018).

– Biologie moléculaire et médecine en France depuis les années soixante : de l’information à la connaissance et à la routine
Marine Carrère

– Fœtus humains préservés : un patrimoine à protéger
Patrick Barbet, Patrick Conan, Jean Louis Fischer

– La nomenclature et le technolecte vernaculaires dans les traités de zoologie de Francesco Redi (1626-1697)
Moreno Campetella

– Les « bioarchives » comme modèles pour l’écologie et les sciences de l’environnement : Une perspective épistémologique
Sylvia de Cesare

– Quelques obstacles à l’essor du temps profond en sciences de la nature
Youssef Boughanmi

acheter ce livre

samedi 13 juillet 2019

Anikó Ádám, Eszter Horváth, Anikó Radvánszky (dir.) : Entre nous. Études Sur Jean-Luc Nancy

L'Harmattan - Juillet 2019


Le présent volume rassemble les actes du colloque consacré à Jean-Luc Nancy, qui a eu lieu à Budapest en février 2017. Honoré par la présence en personne de son sujet, le colloque tenait à rester digne à l'idée d'une « rencontre avec le penseur de l'ouverture », il tenait donc à rester ouvert, accueillant, libre. Ainsi, chaque intervenant du colloque présentait son sujet de prédilection, l'unique critère de présentation étant de rester le plus près possible de la pensée de Jean-Luc Nancy. Pourtant, malgré toute liberté de choix, la grande majorité des intervenants ont décidé de reprendre à leur compte un seul sujet, notamment « le Sujet » : sujet-ego, sujet-corps, sujet-chose, sujet-nous. À la limite, le colloque aurait pu se définir comme une sorte de compte-rendu du sujet de Jean-Luc Nancy, qui aurait mis en évidence la multiplicité d'approches au sujet de son œuvre multiple, au Sujet qui n'arrête de renaître sous sa plume depuis un demi-siècle.

acheter ce livre

vendredi 12 juillet 2019

Revue Esprit Juillet-Août 2019 : L'argent, maître invisible

Revue Esprit - Juillet 2019


Ce dossier, coordonné par Camille Riquier, dans la cuisine de l'argent, afin de rendre visible ce qui reste invisible : « l'argent est d'autant plus maître qu'il est invisible » (Péguy). Il s'agit faire l'histoire de la dématérialisation de la monnaie, de comprendre notre aveuglement devant la crise de 2008, et de poser la question d'une politique de la dette. Avec les contributions de Dominique Ancelet-Netter, Michaël Foessel, Thomas Piketty, Christian Chavagneux, André Orléan, David Graeber, François Ewald et Jean-Pierre Dupuy.

acheter ce livre

mercredi 10 juillet 2019

Stéphane Lemaire, Ophélie Desmons, Patrick Turmel (dir.) : Manuel de métaéthique

Hermann - Juillet 2019


Quelle est la nature de la morale ? Quelle place tient-elle dans l’existence humaine ? La métaéthique ne cherche pas à répondre aux questions éthiques, portant sur ce que nous devons faire ou sur ce qu’est la vie bonne, mais à en éclairer le sens. Elle s’interroge sur la possibilité et sur l’objet de la connaissance morale, sur la fonction réelle des discours moraux ou encore sur l’effet motivationnel qu’ont sur nous les normes et les valeurs. Elle soumet ainsi l’éthique à des questions relevant de l’épistémologie et de l’ontologie, de la sémantique et de la psychologie. Ce manuel, le premier en son genre en langue française, offre un panorama général des questions, des courants et des méthodes de la métaéthique contemporaine. Rassemblant treize études approfondies, il propose une introduction accessible et des contributions originales à ce champ en plein essor.

Félix AUBÉ BEAUDOIN, Florian COVA, Ophélie DESMONS, Bruno GNASSOUNOU, François JAQUET, Stéphane LEMAIRE, Olivier MASSIN, David ROCHELAU-HOULE, Mauro ROSSI, Isidora STOJAOVIC, Christine TAPPOLET, Cain TODD, Patrick TURMEL

acheter ce livre

mardi 9 juillet 2019

Buridan : Questions sur le traité De l’âme d’Aristote

Vrin - Août 2019 - Bibliothèque des Textes Philosophiques –Poche


Les Questions sur l’âme de Jean Buridan (né vers 1295, mort en 1361) sont un maillon essentiel de la tradition médiévale latine de commentaires sur le traité aristotélicien, dont l’importance reste fondamentale jusqu’au XVIIe siècle. Tout en prolongeant les problématiques du siècle précédent, ces questions en renouvellent profondément le contenu. Après quelques questions épistémologiques, le traité propose des questions détaillées sur le fonctionnement de chaque sens, des prises de position sur le statut de l’intellect agent et possible, sur les images et l’intellection, mais aussi une réflexion sur le rapport de l’âme et du corps, autrement dit sur la nature du composé humain.
Ces questions sont ici traduites pour la première fois, d’après la dernière lecture que Buridan donna à Paris dans la première moitié des années 1350.

Introduction, traduction et notes de Joël Biard, professeur émérite à l’université de Tours.

acheter ce livre

Robert Legros : Le jeune Hegel et la naissance de la pensée romantique

Vrin - Mars 2019 - Ousia


À travers l’examen de la pensée du jeune Hegel (périodes de Tübingen, Berne et Francfort), ce livre tend à interroger la mutation profonde qui s’est amorcée à l’aube de notre époque quand a pris naissance l’idée d’une réconciliation terrestre : d’un dépassement humain du sensible – du sensible comme élément qui subvertit l’achèvement de l’intelligible – et d’un accomplissement terrestre de l’intelligible – de la forme, de l’universel, de l’infini. Deux courants émergent en effet au cours de la fin du XVIIIe siècle, radicalement opposés l’un à l’autre mais qui s’attachent tous les deux à concevoir l’avènement d’un monde humain délivré de l’écartèlement du sensible et de l’intelligible (du conflit du particulier et de l’universel, de l’opposition du fini et de l’infini, de la séparation du profane et du sacré, de la division de l’immanence et de la transcendance) : le mouvement révolutionnaire et le romantisme politique. L’un tend à la réconciliation par une maîtrise (humaine) du sensible, l’autre y aspire par une spiritualisation (divine) du sensible, tous les deux visant l’accomplissement terrestre d’une totalité sans faille.

Robert Legros est professeur émérite. Il a enseigné la philosophie à l’Université de Caen, à l’Université libre de Bruxelles, à Sciences Po Paris et à l’Institut Catholique de Paris.

acheter ce livre

Pascal Montagnon : Intelligence artificielle. L'être humain, maître du jeu

Edipro - Juillet 2019


Et si une machine autonome réalisait avec rigueur, justesse et célérité, les tâches quotidiennes fastidieuses qui relèvent encore d'une intervention humaine ? Et si la machine apprenait de ses propres erreurs et s'adaptait durablement à notre mode de vie ? Qui serait le maître ? Et si arrivait le moment où le Robot remplace l'Homme ? Qu'on le sache ou non, qu'on le déplore ou non, la technologie recourant à l'Intelligence Artificielle (IA) est déjà à l'oeuvre et étend ses champs d'application à une vitesse inédite, grâce au développement de la puissance de calculs des algorithmes servant des ordinateurs de plus en plus performants. On ne peut déjà plus s'en passer. Mais la machine se passera-t-elle un jour de nous ? Cela dépend... de nous : de notre volonté de garder la main à travers une programmation maîtrisée. Facile à dire quand les chatbots des plateformes de e-commerce jouent désormais les assistants virtuels et rivalisent avec un opérateur téléphonique de chair et d'os. Rivaliser, le bon mot ? En réalité, il convient plutôt de déterminer quel type de relation construire entre cerveaux et microprocesseurs. De fait, opposer Robot et Humain constituerait une erreur ; il ne s'agit pas de faire avec quelqu'un ou sans personne. Car si la technologie synthétise, analyse et exécute à la perfection, elle ne pense toujours pas, à proprement parler. A date, un robot ne sait pas qu'il en est un ! Bref, il ne conscientise pas. D'ailleurs, voilà l'enjeu sociétal : La place de l'individu (qui sait en être un) dans le monde digital –donc déshumanisé au sens littéral –qu'il engendre. Dès lors, une réflexion éthique s'impose quant au cadrage d'un progrès technologique par et pour l'être humain.

acheter ce livre